Site blog

Logo Baptiste Etienne - Paléographie
by Baptiste Etienne - Saturday, 21 November 2020, 11:51 AM
Anyone in the world

À l'heure du Covid-19 et de cette pandémie qui a débuté à la fin de l'année 2019 en Chine et dont le virus a été identifié le 9 janvier dernier, il paraît évident d'évoquer une autre maladie qui a fortement marqué les esprits en raison de son extrême contagiosité et de sa mortalité hors norme : la peste.
Toutefois, s'il s'agit d'un sujet d'actualité, une comparaison est impossible tant notre société est différente de celle de l’Ancien Régime, ne serait-ce qu’en matière de prophylaxie. Ainsi, de 1619 à 1668, une ville telle que Rouen connaît trois grandes vagues de pestes. Mon analyse de ce sujet repose en grande partie sur de riches échanges que j’ai eu avec le docteur Daniel Christmann, du service des maladies infectieuses du CHU de Strasbourg.

D'année en année et de vague en vague, trois paroisses sont systématiquement l'épicentre de l'épidémie : Saint-Maclou, Saint-Vivien et Saint-Nicaise. Celles-ci regroupent nombre d'artisans et de métiers du drap et sont parmi les plus étendues. Elles occupent 38 % de l'espace de la ville intra-muros et regroupent – à elles seules – près de la moitié de la population rouennaise. Au total, dans la cité, la pestilence aurait provoqué près de 14 500 décès en l’espace d’un demi-siècle.

Répartition mensuelle des entrées à l’Hôtel-Dieu (1637)
Répartition mensuelle des entrées à l’Hôtel-Dieu (1637)

Comme en témoigne ce graphique des admissions à l’Hôtel-Dieu durant l’année 1637, la saison chaude et un hiver doux semblent propices au développement de l'épidémie. Sur l’ensemble des vagues, les registres du temple confirment la tendance. La peste frappe essentiellement de juin à décembre, avec un total de 723 cas pour seulement 136 pour les mois de janvier à mai.
La transmission de la peste se fait par la promiscuité. Ainsi, une famille d’artisans, les Gueroult, perd une dizaine de membres. Frère, neveu, nièce, belle-sœur, la famille du curé de Notre-Dame-de-La-Ronde subit, elle aussi, directement la peste en 1623 et en 1624. La transmission s’observe d’habitation en habitation, comme le souligne un prêtre en 1638 : « en l'espace de 8 jours, il y eust plus de 8 maisons proches de l'un & de l'autre saisies ». Enfin, même si ces mentions demeurent rares, on observe la présence de bubons, aussi appelés « charbons », notamment lorsque le prêtre Philippe Josse affirme en 1624 que « le bruict estoit commun qu'il y avoit sur luy plus de 16 à 17 charbons, il en a esté preservé au despens de sa bourse et de l'assistence des Peres de la Mort, chirurgiens et medecins ». L'ensemble de ces éléments confirme le caractère épidémique, avec phases de rémissions et de réapparitions ponctuelles. La présence de bubons suggère une peste de type bubonique qui possède la faculté de « s'éteindre » durant plusieurs années avant de réapparaître brutalement.

Cette forme clinique la plus fréquente se caractérise, après un temps d’incubation de quelques jours, par un syndrome infectieux très sévère (forte fièvre, atteinte profonde de l’état général), accompagné d’une hypertrophie du ganglion lymphatique (bubon) drainant le territoire où la piqûre de puce a transmis la maladie. Il est donc intéressant de détailler les différentes catégories de victimes : 42,5 % ont moins de 10 ans et un quart sont âgées de plus de 50 ans ; dans environ 70 % des cas, il s'agit donc de personnes que l'on peut considérer comme vulnérables. Jusqu'à 5 ans, les fillettes sont le plus largement frappées, mais la tendance s'inverse à mesure qu’elles grandissent. On peut supposer que les garçons sont alors plus livrés à eux-mêmes en occupant l'espace public. Ils se trouvent donc plus régulièrement en contact avec les détritus et les déchets qui jonchent les rues d'une ville insalubre telle que Rouen au milieu du XVIIe siècle.

Victimologie de la peste (1620-1640), d'après P. Josse
Victimologie de la peste (1620-1640), d'après P. Josse

Par ailleurs, l’écrit privé du religieux Philippe Josse permet d'établir un tableau clinique précis, même si, tout au long de son  Journal, il n'évoque dans le détail que 224 personnes touchées par la peste. Le plus souvent, ces mentions se limitent à son entourage, et cela ne constitue qu'une part infime des victimes. Au sein de cet effectif réduit, le temps d'incubation est en moyenne de 4 à 5 jours et les victimes ont tendance à décéder rapidement ou au huitième jour. Cette observation rejoint celles de Fleur Beauvieux durant l’épidémie marseillaise de 1720. Ces épidémies interviennent alors que les Rouennais sont dans une situation de précarité en raison de la cherté et des augmentations d'impôts qui touchent essentiellement les plus démunis. Toutefois, un éventuel lien de causalité est à relativiser.

Ainsi, la peste touche à la fois les riches et les pauvres, sans distinction. Tout être humain peut se trouver en contact avec la puce et donc le bacille responsable de la maladie. Souvent, en début d'épidémie et comme dans le cas marseillais, la peste surprend. Ce n'est que dans un second temps que les écarts se creusent en raison de réactions socialement différenciées. Au plus fort de la crise, dans les années 1620, pour ceux qui restent dans la ville, il faut garder à l’esprit que le taux maximum de survie n’excède jamais les 30 %. Même si cette dernière donnée repose sur de faibles populations de malades, on peut donc estimer qu’en moyenne, après infection, les hommes de cette époque ont 85 % de risques de décéder.

«

La contagion avoit rendu la ville de Rouen presque deserte, les Anciens l'avoient abandonnée, et s'en estoient fuis dans leurs maisons des champs. Ce danger extreme ne nous avoit pas donner de frayeur au prejudice de nostre devoir, nous y estions demeurez pour rendre la justice et donner les ordres au peril de nos. vies ».

Comme le montre cette remontrance, les élites – et en particulier les parlementaires normands – sont en mesure de se prémunir de l’épidémie. Pour ce faire, ils peuvent mettre en place des mesures d’hygiène, telle l’aspersion de vinaigre dont l’odeur fait fuir les rats. Toutefois, le plus souvent, cédant à une rhétorique de la peur, les hommes du temps privilégient l’adage antique : « pars vite et loin, et reviens tard » (Cito, longe fugeas, tarde redeas).

Sources
- BM Rouen, Ms M 41, Journal, par Philippe Josse
- BnF, F FR 18939, « Très humbles remonstrances du Parlement de Normandie au Semestre de Septembre, au Roy et à la Reine regente », f° 6
- AD S-M, H dépôt 1F19, Hôtel-Dieu,« Registre des maladies contagieuses (1637) »
- Pieter Brueghel l'Ancien,« Le Triomphe de la Mort », huile sur toile, v. 1562, Museo del Prado

Bibliographie
- Frédérique Audoin-Rouzeau, « L’apport des données historiques (VIe-XXesiècles) », dans Les chemins de la peste – Le rat, la puce et l’homme,  Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2003, p. 203-277
- Fleur Beauvieux, « Épidémie, pouvoir municipal et transformation de l’espace urbain : la peste de 1720-1722 à Marseille », Rives méditerranéennes, vol. 42, n° vol. 42, n° 2, 2012, p. 29-50
- ID., « Justice et répression de la criminalité en temps de peste – L’exemple de l’épidémie marseillaise de 1720-1722 »,  Criminocorpus, Varia, 2014 (https://journals.openedition.org/criminocorpus/2857)
- Madeleine Foisil, La révolte des Nu-pieds et les révoltes normandes de 1639, Paris : Presses Universitaires de France, 1970, p. 117-131
- Virginie Lemonnier-Lesage, « La mobilisation du Parlement et de la municipalité de Rouen face aux épidémies de peste (XVIe-XVIIe siècle) », dans Les parlements et la vie de la cité (XVIe-XVIIIe siècle), Rouen : Publications de l’Université de Rouen, 2004, p. 23-33
- Nicolas Roudet, « Pars vite, loin, et reviens tard », dans Médecine et rhétorique à la Renaissance – Le cas du traité de peste en langue vernaculaire, Paris : Classiques Garnier, 2017
- François-Olivier Touati, « Un mal qui répand la terreur ? – Espace urbain, maladie et épidémies au Moyen Âge », Histoire urbaine, n° 2, 2000, p. 9-38
- Jean Vitaux, Histoire de la Peste, Paris : Presses Universitaires de France, 2010, p. 131-187

[ Modified: Saturday, 13 March 2021, 11:07 PM ]
 
Logo Baptiste Etienne - Paléographie
by Baptiste Etienne - Saturday, 21 November 2020, 11:11 AM
Anyone in the world

Dans la lignée de mon dernier article intitulé « Des pauvres dans la ville? » (ici), je vais me concentrer sur la grande précarité. Celle-ci se rencontre dans les archives rouennaises sous divers vocables qui se précisent progressivement durant l’époque moderne.
Or, cette population flottante est – par nature – complexe à définir. Toutefois, dès le XVIe siècle, le vagabond commence peu à peu à désigner le sans domicile fixe ; il devient la personne qui manque de travail et donc de ressources. De fait, dans ce cas, émerge la différence de degré et non de nature entre pauvres et mendiants ; ils appartiennent au monde de la précarité et sont placés dans une situation de dépendance et d’exclusion.


Par ailleurs, on ne trouve que 281 personnes identifiées formellement comme pauvres parmi les 48 000 Rouennais repérés pour le milieu du XVIIe siècle, ce qui est parfaitement résiduel. Les registres paroissiaux ne sont donc pas une source suffisamment précise à ce sujet et il convient de se pencher sur d’autres archives, à l’image des lieux d’assistance.
Ainsi, à Rouen, Guillaume de La Mare, âgé de 27 ans en 1637, entre à l’Hôtel-Dieu et déclare « avoir couru le pays jusque à cette nuit ». Il annonce avoir passé sa dernière nuit « soubz la porte Bouvreul » au nord de la ville. D’autres font le choix d’une grange à la campagne, des quais et plus régulièrement des églises. Ils sont nombreux à passer « quantité de nuits » à l’ombre des lieux de cultes, comme en témoigne le cas d’un « pauvre garçon » nommé Gille Leterreux. Celui-ci décède finalement à l’Hôtel-Dieu, à l’âge de 18 ans.

Répartition des pauvres de l’Hôtel-Dieu de Rouen (1637)
Répartition des pauvres de l’Hôtel-Dieu de Rouen (1637)

Vêtus de nippes et souvent inconnus des curés, ils sont retrouvés morts « sur le pavé », dans les fossés ou près des remparts, voire à proximité de lieux de cultes de la capitale normande. Or, le monde hétéroclite des pauvres ne peut se réduire à cette minorité des plus exclus et doit intégrer en son sein tous ceux qui se trouvent menacés d’indigence. Ces personnes vulnérables sont, pour l’essentiel, victimes de la conjoncture. Indéniablement, une géographie urbaine de la pauvreté et de la grande précarité se dégage.

Présente partout dans la ville, nul ne peut les ignorer. Toutefois, cette population spécifique a des espaces privilégiés. Si les pauvres se réfugient aux portes ou à proximité des remparts, c’est probablement que les contrôles aux entrées régulent l’accès à la ville. Une fois à l’intérieur, le choix du Vieux Marché de Rouen est stratégique, puisqu’on y vend quotidiennement des denrées alimentaires : charcuterie, poissons, céréales, etc. Ils peuvent donc espérer y glaner quelques restes. Les lieux de cultes permettent un accès direct aux croyants, qui sont susceptibles d’actions charitables, encore marquées par l’image du pauvre comme reflet de la puissance divine. Issue du Moyen Âge, c’est de cette vision du pauvre renvoyant à Jésus-Christ dont témoigne le tableau de Pieter Brueghel l’Ancien.

On y rencontre cinq mendiants, culs-de-jattes et estropiés qui se traînent à même le pavé sur leurs béquilles bancales dans la cour ensoleillée d'un hôpital de briques rouges. Ces pauvres invalides, en quête d’aumône qu’ils peuvent espérer dans divers lieux de la ville, suscitent la compassion du peintre puisque l’on rencontre une inscription flamande, au dos du tableau, qui proclame : " Courage, estropiés, salut, que vos affaires s'améliorent".

Sources :
- Pieter Brueghel l’Ancien,  Les mendiants, huile sur toile, 18 cmx21 cm, Musée du Louvre, 1568
- AD S-M, H dépôt 1 F 19, Hôtel-Dieu , « Registre des maladies contagieuses  (1637) »

Bibliographie :
- Roger Chartier, « Pauvreté et assistance dans la France moderne : l’exemple de la généralité de Lyon »,  Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, vol. 28, n° vol. 28, n° 2, 1973, p. 572-582 ( en ligne)

- Antony Kitts, « Mendicité, vagabondage et contrôle social du Moyen Âge au XIXe siècle : état des recherches »,  Revue d’histoire de la protection sociale,n° 1, 2008, p. 37-56 ( en ligne)
- Véronique Meyer, « La représentation de la souffrance sociale dans la gravure parisienne (1635-1660) », dans  Histoires de la souffrance sociale (XVIIe-XXe), Rennes : Presses Universitaires de Rennes, p. 19-31 ( en ligne)
- Michel Mollat,  Les pauvres au Moyen Âge – Étude sociale, Paris : Hachette, 1978
- Emmanuel Thévenet, « La pauvreté en Poitou sous l’Ancien Régime vue à travers le prisme de l’hôpital général de Poitiers », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest,  vol. 113, n° 4, 2006, p. 159-182 (en ligne)

[ Modified: Saturday, 13 March 2021, 11:09 PM ]
 
Logo Baptiste Etienne - Paléographie
by Baptiste Etienne - Saturday, 21 November 2020, 11:02 AM
Anyone in the world

Ceux qui lisent régulièrement mes articles savent que le monde de la grande précarité dans la capitale normande me tient particulièrement à cœur. J’ai déjà pu aborder l’évolution de la notion de pauvreté du XIVe au XVIIIe siècle (ici) ou l’établissement de l’Hôtel-Dieu de La Madeleine (ici). Ces figures sociales font l’objet de peu de représentations visuelles, comme dans l’œuvre de William Hogarth (1731). À travers une véritable fable satyrique, l’artiste fait du monde des pauvres un magma informe débauché et oisif où ils se vautrent dans la luxure et le vice.

Si le monde des marges est souvent perçu comme celui des masses et de l’anonymat, le registre de l’Hôtel-Dieu, « contenant les noms et surnoms des personnes malades de contagion », offre des perspectives pour l’année 1637. Cette source recense 3 513 malades, dont près de 45 % décèdent à La Madeleine de Rouen, quand d’autres reviennent au moins une fois bénéficier de soins.
Ces entrants sont - pour la plupart - des pauvres. Ce registre permet donc de se faire une idée précise de leur répartition au travers de l’espace urbain. Comme dans le cas lyonnais, l’essentiel des hospitalisés est issu de la ville ou de son bassin démographique. Ainsi, en excluant ceux qui reviennent à une ou deux reprises dans l’année, seuls 431 viennent des faubourgs ou sont des horsains (donc issus d'une paroisse en dehors de la province ), contre 1 836 qui logent intra-muros. Pour 60 % d’entre eux, il s’agit de femmes âgées de 23 ans en moyenne.
De ce point de vue, on observe que les tranches d’âge sont fortement clivées, avec une surreprésentation des jeunes et des personnes âgées. À l’image du modèle anglais, ce phénomène peut s’expliquer en raison de l’installation à leur compte, des charges familiales ou de raisons de santé qui rendent les adultes vulnérables. Hommes et femmes confondus de l’intra-muros affichent directement des professions ou par des collatéraux dans plus des trois quarts des cas. En d’autres termes, le pauvre n’est pas totalement dépourvu de ressources ; il peut posséder son instrument de travail. Environ un quart des professions affichées sont en lien avec les métiers du drap et de la domesticité. Seulement une quarantaine d’activités ont trait aux quais, tandis qu’une forte proportion de petits artisans apparaît.

Répartition géographie des pauvres de l'Hôtel-Dieu de Rouen (1637)
Répartition géographie des pauvres de l'Hôtel-Dieu de Rouen (1637)

Comme en témoigne cette carte de synthèse, la moitié est de la ville regroupe 1 082 entrants de l’Hôtel-Dieu, soit près de 60 % de l’effectif total de l’année 1637. Pour le reste, les pauvres malades se rencontrent dans les rues qui communiquent avec les quais ou aux marges, c’est-à-dire à proximité des remparts et des portes. Néanmoins, un certain nombre de pauvres sont également répartis de manière assez homogène dans le reste de la ville. Chaque rue a son lot de pauvres.
Ainsi, même au cœur du Castrum, la bien nommée rue de l’Aumône compte – à elle seule – plus de 85 pauvres. La proximité de La Madeleine attire également une quantité non négligeable d’entre eux, qui s’installent au plus près de ce lieu d’assistance. Dans ce cas, la répartition urbaine démontre une forte tendance à la polarisation avec un phénomène poussé de concentration des populations indigentes. Toutefois, nul ne peut ignorer la pauvreté et c’est, sans doute, ce qui explique la préoccupation croissante des autorités quant à la prise en charge et au secours des plus nécessiteux.


Sources :
- William Hogarth, « Gin Lane », eau-forte et burin, état III/IV. Inv. E 2012-0992, Musée d'art et d'histoire, 1751
- AD S-M, H dépôt 1 F 19, Hôtel-Dieu, « Registre des maladies contagieuses (1637) »


Bibliographie :
- Lucinda Beier, « Pauvreté et progrès à l’aube de l’Angleterre moderne », Les sociétés anglaise, espagnole et française au XVIIe siècle, Paris : Hachette, 2006, p. 179-209
- John Broad, Tomás A. Mantecón et Guy Saupin, « Aux marges de la société : pauvres et pauvreté », dans Les sociétés aux XVIIe siècle - Angleterre, Espagne, France, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2006, p. 179-195 (en ligne)
- Anne Béroujon, Peuple et pauvres des villes dans la France moderne. De la Renaissance à la Révolution, Paris : Armand Colin, 2014
- François Furet, « Pour une définition des classes inférieures à l’époque moderne », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, n° 3, 1963, p. 459-474 (en ligne)
- Véronique Meyer, « La représentation de la souffrance sociale dans la gravure parisienne (1635-1660) », dans Histoires de la souffrance sociale (XVIIe-XXe),Rennes : Presses Universitaires de Rennes, p. 19-31 (en ligne)
- Emmanuel Thévenet, « La pauvreté en Poitou sous l’Ancien Régime vue à travers le prisme de l’hôpital général de Poitiers », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, vol. 113, n° 4, 2006, p. 159-182 (en ligne)
- Olivier Zeller, « La place des miséreux et des malades à Lyon, de l’Ancien Régime à nos jours », dans Villes et hospitalité, Hors collection, Paris : Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004, p. 79-101 (en ligne)



[ Modified: Saturday, 13 March 2021, 11:11 PM ]
 
Picture of Le Paleoblog
by Le Paleoblog - Sunday, 3 March 2019, 10:02 AM
Anyone in the world

À l’ombre de la cathédrale de Rouen, l’Hôtel-Dieu de La Madeleine est desservi par une double communauté d’hommes et de femmes, placés sous la direction d’un prieur. Dès le XIIe siècle, il prend le nom de prieuré de La Madeleine et s’étend progressivement jusqu’à l’incendie de 1624 qui permet de mieux comprendre son fonctionnement grâce à l’état des lieux qui en découle.
 Le vendredi 13 septembre, un incendie se déclenche avec « grande force et abondance » et ravage l’établissement en raison de l’inattention d’un épicier. L’incendie reste actif six jours consécutifs et « donna beaucoup d’espouvente aux pauvres qui estoitz dans la feurrerie qui comblez de fumée furent (soit couchés, bossus et agonisantz) contraintz de fuir dans l’aistre de Nostre Dame ».

Carte

L'Hôtel-Dieu de La Madeleine de Rouen

Le terme de “feurrerie” est, ici, une variante orthographique de “forrerie”, c’est-à-dire le lieu où l’on stocke le foin. Espace de refuge, l’aitre correspond au parvis ou à un porche couvert de la cathédrale de l’autre côté de la rue. Échappant de peu aux flammes grâce à l’intervention solidaire de religieux Capucins qui s’exposent au feu, la « grande salle des pauvres » mesure 50 mètres de longueur pour 15 mètres de large et peut comporter 80 lits. Accolée à celle-ci s’ajoute une infirmerie de 30 lits, ainsi que trois salles plus petites pour des soins spécifiques. En 1655, on ajoute à l’Hôtel-Dieu reconstruit la salle Saint-Louis à l’est de la rue du Bac et la salle Saint-Charles au sud de la rue de La Madeleine, signe de besoins croissants. Situé au cœur de la ville, son emplacement est constamment remis en cause par les autorités, à tel point qu’en 1569, l’Hôtel-Dieu se dote d’un terrain servant de « lieu de santé » aux marges de la ville et permettant d’isoler les contagieux ou encore de désinfecter les objets et vêtements contaminés.

En 1654, le Parlement intervient finalement et ordonne la construction d’un nouvel hôpital en dehors des murs et, en mars, les premières pierres sont posées. Celui-ci se compose de deux bâtiments. Le premier est l’hôpital Saint-Louis, destiné aux malades, alors que le second – Saint-Roch – est réservé aux convalescents. De manière générale, l’assistance publique a fait l’objet d’études historiques. Toutefois, si le Moyen Âge et l’époque révolutionnaire ont été explorés de manière plus approfondies peu d’études se concentrent de manière privilégiée sur le Grand Siècle qui dénombre pourtant nombre d’évolutions notables.


Baptiste Etienne

Sources :
BM Rouen, Ms. M 41, Journal, par Philippe Josse, f° 53

Bibliographie :
- Sébastien LE BRAS, L’Hôpital général et l’assistance à Rouen aux XVIIe-XVIIIe siècles, Mémoire de Maîtrise d’histoire, Université de Rouen, 1993
- Yannick MAREC (dir.), Les hôpitaux de Rouen : du Moyen Âge à nos jours – Dix siècles de protection sociale, Paris : Éditions PTC, 2005 
 - Éric PLANTROU, La peste à Rouen, 1348-1669, Thèse de doctorat en Médecine, 1980
- Jean-Claude VIMONT, « L’hôtel-Dieu de Rouen au cœur d’un espace néo-classique », Mémoire de la protection sociale en Normandie, n° 1, 2002

[ Modified: Saturday, 13 March 2021, 10:56 PM ]
 
Anyone in the world

Empli de nos idées préconçues et de nos stéréotypes contemporains, nous pensons tous savoir ce qu’est un bourgeois. On est pourtant bien loin de la chanson de Jacques Brel de 1962, dans laquelle il met en accusation l’ascension sociale. Ce chanteur d’exception se plait à évoquer des provocations répétées vis-à-vis des notaires embourgeoisés sortant de l’Hôtel des Trois Faisans. Prenons, par exemple, le Registre des délibérations de l’assemblée des marchands qui fait état de listes de bourgeois rouennais des années 1648 à 1678. Ceux-ci ont alors voix au chapitre lors des assemblées générales.
À Rouen, ils participent donc à l’élection des prieurs et des consuls des marchands. Organisé sur un modèle proche des parisiens et des lyonnais, cette institution a un pouvoir d’inspection des marchandises qui arrivent dans la ville. Pour ce faire, ils nomment des commis et inspecteurs chargés de visiter les cargaisons et de condamner ceux qui apportent des marchandises de mauvaise qualité. Ces juges sont élus et les bourgeois participent effectivement au suffrage.
Ils sont aussi invités à voter pour les officiers municipaux lors des assemblées générales de la ville. Celles-ci offrent la possibilité d’élire les magistrats municipaux, appelés maires ou “premiers échevins”, comme c’est le cas à Rouen. Le choix d’un maire est d’importance puisqu’il préside les bureaux servants où se décident la majeure partie des options du corps de ville, le maire est donc amené à entretenir une imposante correspondance avec les autres organes de l’administration royale. N’allez pourtant pas croire que ces élections se font au suffrage universel ! Dans les faits, seuls les plus riches et les plus puissants votent, toujours des hommes semble-t-il. Ce droit de vote appartient en théorie à tous les chefs de famille, mais les candidatures ne sont pas libres. On peut même parler d’une véritable cooptation puisque les électeurs doivent choisir leur favori sur des listes d’éligibles. L’assemblée propose ensuite trois noms au roi qui peut choisir de suivre le suffrage ou non. Toutefois, comme dans le cas Nantais, sur 126 élections de maires entre 1598 et 1789, 100 résultats peuvent être analysés et la concorde prédomine. Dans l’écrasante majorité des cas l’autorité centrale suit totalement ou partiellement l’expression des votes (en choisissant le candidat ayant obtenu le plus de voix ou dans la liste des trois noms suggérés). Seuls 7 exemples laissent apparaître de graves conflits qui provoquent un choix hors de la liste.
En somme, qu’est-ce qu’un bourgeois durant l’époque moderne ? S’il faut résider en général un an dans une ville pour revendiquer le statut d’habitant, le bourgeois est un peu plus que cela. On peut considérer qu’il s’agit d’un habitant “hyper-privilégié”, une sorte d’élite urbaine par excellence. Ainsi, dans les villes, comme dans toute la société d’Ancien Régime, l’idée de hiérarchie est centrale. Pour devenir bourgeois, il faut donc remplir un certain nombre de critères juridiques : la naissance dans la cité, la résidence, au moins lors des fêtes principales, l'hérédité du statut de bourgeois, le paiement d'un droit d'entrée, la participation aux charges communes, l'inscription sur un livre…  
Être bourgeois dans une ville c’est bénéficier d’un statut juridique spécifique et appartenir à une communauté, mais c’est aussi bénéficier de droits et de devoirs :
- Les bourgeois bénéficient d’une certaine protection de la justice municipale puisqu’ils ne peuvent être jugés ailleurs que dans leur ville de rattachement. Ils échappent donc aux saisies de biens ou aux peines d’emprisonnement pour dettes. Et ce n’est pas rien puisque c’est la première cause d’emprisonnement durant l’époque moderne.
- Les bourgeois bénéficient aussi d’avantages fiscaux qui peuvent varier en fonction de ses activités. Ainsi, ceux qui ont ce statut ne sont pas soumis à la fiscalité directe, telle que la taille à Valenciennes. En ville, ils restent assujettis à une certaine charge fiscale sur les produits alimentaires (bière, vin, sel ou encore hareng) et sur les productions manufacturés. Ces impôts assurent effectivement une bonne part des recettes des municipalités.
- Enfin, les bourgeois doivent participer à la défense de la ville à travers les milices bourgeoises. Ils sont donc contraints de protéger les remparts et les portes, de sécuriser les rues et d’encadrer les cérémonies publiques. Si l’objectif pour les villes est de ne pas dépendre de garnisons de soldats, il demeure que cette charge est lourde puisque les bourgeois ne sont pas rémunérés pour les interventions intramuros, mais seulement si l’exercice de leur fonction sort du cadre urbain.

Toutefois, Jacques Brel n’est pas si loin ! Il suffit de jeter un œil à la Muse Normande du petit imprimeur rouennais David Ferrand (v. 1590-1660) pour s’en rendre compte. Souvent critique, parfois railleur et impertinent, celui-ci ne cesse de dépeindre le statut de bourgeois comme un jeu d’apparences où le vrai et le faux se mêlent et s’entremêlent :
« Voyant ainsi tant de plaisans moder,
Et les bourgeois & courtaux de boutique,
Comme jadis un Roland frenatique,
De drap de Thyr leur corps accomoder »
Dans ses poèmes, David Ferrand utilise le patois purinique, la langue des ouvriers du drap de Rouen, pour se faire le porte-parole du petit peuple. Le personnage du bourgeois est alors comparé à un simple tenancier de boutique qui - enrichi par ce commerce - pourrait se vêtir des habits les plus distingués afin de tromper son monde.

 

Baptiste Etienne


Sources :
- AD S-M, 201 BP 270, Registre des délibérations de l’assemblée des marchands (1648-1678), assemblée générale du 10 janvier 1651
- Alexandre HÉRON, La Muse normande de David Ferrand - publiée d’après les livrets originaux (1625-1653), et l’inventaire général de 1655, avec introduction, notes et glossaire, vol. 1, impr. de E. Cagniard, 1891


Bibliographie :
- Simona CERUTTI, Robert DESCIMON et Maarten PRAK, « Le droit de bourgeoisie dans l’Europe moderne - Groupe de travail international. Paris, 7-8-9 octobre 1993 », Histoire intellectuelle - Réflexions collectives sur l’histoire sociale, n° 11, 1993 (http://journals.openedition.org/ccrh/2778)
- Yves JUNOT, Les bourgeois de Valenciennes - Anatomie d’une élite dans la ville (1500-1630), Presses Universitaires du Septentrion, 2009 (https://books.google.fr/books?id=-bjgxgNWOGsC&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q&f=false)
- Guy SAUPIN, « Les élections municipales à Nantes sous l’Ancien Régime (1565-1789) », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, n° 3, 1983, p. 429-450 (http://www.persee.fr/doc/abpo_0399-0826_1983_num_90_3_3133)

[ Modified: Tuesday, 29 May 2018, 11:31 AM ]
 
Picture of Le Paleoblog
by Le Paleoblog - Tuesday, 29 May 2018, 10:47 AM
Anyone in the world

« J’avois obmis d'escrire cecy en son ordre, qu'il estoit
tombés le 19 de juin en plusieurs lieux, comme au Petit
Quevilly, St Julian, Andely, plusieurs gouttes de sang,
de sorte qu'on a veu plusieurs murailles et pierres
teintes de sang. »
En octobre 1636, le prêtre de Notre-Dame de La Ronde, Philippe Josse ( -1650), tient à souligner dans son journal un évènement qui s’est déroulé plusieurs mois auparavant. Ainsi, au sud de Rouen, sur une zone d’une quarantaine de kilomètres, “plusieurs gouttes de sang” tombent le long de la Seine. De sorte que des témoins rapportent avoir “veu plusieurs murailles et pierres teintes de sang”.
Habituellement, cet auteur se consacre essentiellement aux évènements rouennais, mais il lui arrive de jeter un coup d’œil à l’extérieur en fonction des éléments qui lui viennent aux oreilles. Difficile de déterminer si l’auteur s’intéresse au phénomène parce que les murs sud de Rouen auraient été teintés de rouge ou s’il fait alors référence à une enceinte fortifiée aux Andelys ou à Petit-Quevilly. Les Andelys présente la particularité d’être composé de deux éléments et était un site réputé, avant la décennie 1640, pour son commerce des blés. Le Grand et Le Petit Andelys sont localisés à un demi-quart de lieu l’une de l’autre. Dans sa description de la Normandie, Charles Hérembert (1605-1693), sieur du Pastis, avocat à Argentan, considère que cette séparation est un point faible puisqu’il souligne que ces deux entités “composeroit une belle et grande ville tout ensemble, mais divisée, comme elle est, ne parest pas beaucoup”.

Une pluie de sang ? Vraiment ? Événement météorologique rare, la pluie de sang peut surprendre nos ancêtres. Pourtant attesté depuis l’Antiquité et interprété comme un signe de punition divine, ce phénomène demeure mal connu. Encore à l’été 2001, en Inde, la région du Kerala a été arrosée durant six semaines par des pluies rouge sang. Pour le cas espagnol de 2014, les chercheurs sont parvenus à trouvé le responsable derrière cette pluie rouge: l’Haematococcus pluvialis, une microalgue d’eau douce. Or, celle-ci est justement réputée pour synthétiser un pigment rougeâtre, l’astaxanthine, lorsqu’elle se retrouve dans des conditions défavorables. Ce serait d'ailleurs le même microorganisme qui aurait causé les pluies semblables d’Inde plus d’une décennie auparavant. Reste à déterminer de quelle manière cette algue qui se trouve généralement en Amérique du Nord ou sur les côtes Atlantique de l’Europe peut se retrouver dans une pluie à l’intérieur des terres ? À en croire les données météorologiques analysées par les scientifiques, des vents forts d'ouest peuvent permettre à ces microalgues de se transporter sur de grandes distances, mais il ne s’agit là, que d’une hypothèse...

Baptiste Etienne


Sources:
- Bib. Caen la Mer, in-8 238, Singularités de la province, par C. Hérembert, f°248 et 253
- BM Rouen, Ms. M. 41, Journal, par P. Josse, f°77 bis
- http://www.dailymotion.com/video/x3fcb0a

 

[ Modified: Saturday, 21 November 2020, 12:52 PM ]
 
Picture of Le Paleoblog
by Le Paleoblog - Tuesday, 29 May 2018, 10:41 AM
Anyone in the world

À l’image du pont de bateaux, les quais de Rouen sont un espace de l’entre-deux qui voient se développer des activités interlopes et criminogènes. Prenons l’exemple d’un crime commis sur les quais en mars 1651. À l’occasion de cette procédure, le voiturier Guillaume Aleaume est accusé de violences, « avec injures et grand scandale », envers le sergent Sebastien Descambosc.


Ce dernier souhaite alors placer une caisse de savon, qui n’avait pas encore fait l’objet d’une taxation, sous la garde du voiturier. Or, ce dernier aurait alors demandé « as-tu de l’argent pour me payer ? ». Malgré les protestations du sergent, affirmant être en mesure de régler cette charge, Guillaume Aleaume aurait entraîné un attroupement en refusant la garde et en déclamant « va t’en à La Bouille » ! Par la suite, le sergent est molesté par la foule « par forme de risée ». Déjà, en janvier de la même année, Nicollas de Bouelle, le serviteur de Guillaume Aleaume, était accusé d’homicide envers Pierre Duchesne, probablement domestique lui aussi. Cette affaire, parmi d’autres, révèle l’importance des personnels dédiés à la gestion et au maintien de l’ordre dans cet espace spécifique. Ainsi, l’administration de la police sur les quais ne relève – en théorie – que de la vicomté de l’eau.

Or, que signifie cette expression « va t’en à La Bouille » ? Il faut consulter l’interrogatoire du voiturier pour en comprendre tout son sens. Renvoyant à la paroisse de La Bouille, située à 25 km de Rouen, cette expression signifierait « va te faire foutre » et a été reprise en cœur par la foule, afin de se moquer du sergent.

 

Baptiste Etienne

 


Sources :
- Archives Départementales de Seine-Maritime, 6 BP 138, Vicomté de l’eau, acte du 22 mars 1651; « Pour violence commise à Sebastien Descambosc, sergent de la viconté de l’eaue sur lesquels par des voituriers et brouettiers », acte du 3 mars 1651; « Comparence personnel pour crime commis sur le quay », acte du 18 mars 1651 ; « Minutte de contumace à baon contre François de Bouelle pour homicide », 1651

[ Modified: Saturday, 21 November 2020, 4:52 PM ]
 
Picture of Le Paleoblog
by Le Paleoblog - Tuesday, 29 May 2018, 10:35 AM
Anyone in the world

Cette carte du réseau d’hébergements par rues présente des perspectives intéressantes quant à l’implantation des hôtels dans une ville de l’importance de Rouen au milieu du XVIIe siècle. Nous connaissons la rue, la place ou la proximité d’un établissement public dans 102 cas contre seulement 82 sites d’accueil pour lesquels la paroisse est identifiée.

Un premier maillage en forme d’étoile se dessine, avec des auberges situées sur les principales artères donnant aux portes de la ville. Comme dans le cas Rennais, la localisation de ces établissements répond à la vocation de carrefour de Rouen, croisement dont les axes principaux sont signifiés par les portes. Un second maillage, plus dense dans le centre-ville, offre une répartition focalisée majoritairement dans la partie nord du Castrum et dans le quartier Beauvoisine. Saint-Martin-sur-Renelle connait la plus grande agrégation d’établissements, soit une vingtaine d’auberges en activité sur une période d’une cinquantaine d’années.

La proximité du palais de justice attire environ vingt-cinq sites comme en témoignent les cinq établissements localisés « proche le Parlement ». S’ajoutent les six autres de la rue Saint-Lô et en particulier celle du Lion Rouge. En janvier 1650, le tavernier et hôtelier de cet établissement est convoqué au bailliage dans le cadre d’un procès contre les pâtissiers-oublayers pour avoir congelé des saucisses achetées au Vieux Marché. Une vingtaine d’autres sites se concentrent dans un rayon de 100 mètres, dont onze sont localisés dans la rue Percière de la paroisse Saint-Martin-sur-Renelle. Un troisième maillage est identifiable à proximité des quais. Cet espace permet l’implantation d’une dizaine d’autres hôtels avec une répartition plus éparse. Les quais et la porte sont essentiellement marqués par l’activité fluviale et les conflits, comme en témoigne l’agression, un après-midi d’août 1650, du poissonnier Jean Golain. Alors qu’il pêche près de sa boutique, celui-ci est attaqué par trois inconnus armés d’épées et de « croq de fer ».

Dans les faubourgs, Saint-Gervais, Saint-André et Saint-Sever, se partagent un minima de six auberges, alors que celui de Saint-Paul est bien moins attractif. Comme dans le cas de Lyon, ces espaces jouent un rôle de sas, en offrant une solution de repli aux voyageurs qui trouvent les portes de la ville closes. L’ensemble de ces établissements hôteliers qui scandent l’espace et offrent de nombreux points de rencontre se situe principalement aux extrémités et dans le voisinage de lieux fréquentés.

Baptiste Etienne

[ Modified: Saturday, 21 November 2020, 4:51 PM ]