Aperçu des sections

  • Conseils en paléographie

    Conseils en paléographie

    L'équipe de Paleo-en-ligne.fr est heureuse de vous présenter un nouveau cycle rapide de vidéos et d'articles de conseils.
    Ceux-ci vous permettront d'aborder les premières notions de la paléographie moderne. Nous considérons qu'il s'agit bien là d'une première initiation.

    Venez assouvir votre curiosité, c'est gratuit !

    1. Écritures

    De la caroline à l'humanistique, les écritures et leurs évolutions.

    2. Oublier les acquis

    Des majuscules et des minuscules anarchiques.

    3. Oublier les acquis (suite)

    De l'absence d'apostrophes et de ponctuation.

    4. Prudence et procéder progressivement

    Apprendre à se repérer dans un texte.

    5. Glossaire et ductus

    Le vocabulaire et le tracé des lettres.

    6. Une graphie, des graphies

    La "main personnelle" des clercs.

    7. L'aurteaugrafe

    Une orthographe très fluctuante.

    FBTwitterYt

    Paleo-en-ligne.fr

    Avec ce cycle de vidéos, nous souhaitons vous offrir une première initiation à la paléographie moderne française. L'idée est de vous livrer quelques clés pour comprendre les textes anciens.


    Nous souhaitons seulement insister sur des éléments clés. Ainsi, du XVIe au XVIIIe siècle, l'écriture évolue et il faut s'entrainer, tout en procédant avec prudence. L'apprentissage de la lecture doit s'effectuer sur de nouvelles bases. Bien évidemment, ces quelques vidéos ne remplacent pas un enseignement complet.

    Vous avez appris des notions ? Inscrivez-vous sur Paleo-en-ligne.fr, partagez ce site à vos amis et parlez de nous !

    FBTwYT

    • Tout est dans la barre

      situé située                                    furent furent

      Dans ces deux mots issus de textes du XVIsiècle, la première lettre peut poser problème. Ainsi, il est aisé de les confondre et de penser qu'il s'agit de deux lettres identiques. Or, dans le premier mot, nous sommes confrontés à un s en crosse.
      Celui-ci se présente sous la forme d'une crosse, dont la queue descend manifestement en dessous de la ligne d'écriture. 
      Composée de manière très proche, la première lettre du deuxième mot est en fait un f en crosse. Il convient donc de s'interroger quant à ce qui pourrait différencier ces deux lettres !
      Observez bien ces lettres et leurs ductus (c'est-à-dire le tracé) :

      s s en crosse s2

      f f en crosse f2

      Comme vous pouvez le constater, toute la différence entre ces deux lettres ssitue dans l'existence ou non d'une barre centrale. f3


      fraischeÀ l'instar du terme de « fraische », les débutants doivent redoubler de prudence pour identifier la barre au milieu du f en crosse en position initiale et qui ne figure pas sur le s en crosse en position médiane.



      Vous souhaitez en apprendre plus ? Inscrivez-vous à Paleo-en-ligne.fr, partagez ce site à vos amis et parlez de nous !

      FBtwYoutu

      • La chute terminale du n

        Observez attentivement

        phrase

        « maison auquel lieu »

        Dans un mot, en position terminale, le dernier jambage du n possède l'étonnante faculté de chuter sous la ligne d'écriture. Cette caractéristique surprend souvent le débutant puisque la lettre est alors facile à confondre avec un y.

        n term

        Le sens de la phrase vous permet souvent d'éviter tout contre sens.

        Cette caractéristique – propre au n en position finale – permet souvent de trancher entre un u ou n, comme vous pouvez le constater avec le terme de "lieu" à la fin de notre exemple. Dans ce cas, le jambage terminal demeure parfaitement posé sur la ligne d'écriture. Dans le cas des patronymes, c'est souvent une aide précieuse pour distinguer les deux lettres !

        Vous souhaitez en apprendre d'avantage ? Inscrivez-vous à Paleo-en-ligne.fr, partagez ce site avec vos amis et parlez de nous !

        FBTwiYT

        • Le redoutable p en x

          Comme le soulignait le médiéviste et ancien directeur de l'École Nationale des Chartes Emmanuel Poulle, dès 1966, la lettre p “présente des formes exceptionnellement multiples”1 et rien n'est plus vrai, comme en témoigne ces deux exemples issus d'un même texte :

          pour pour
          pourra pourra 
          pourrra pour pourra pour (Paris, 1612)

          Jusqu’au XVIIe siècle, les p sont très souvent réalisés d’un seul trait de plume, la panse étant tracée avant la hampe, ce qui confère à ce type de p une forme très proche de celle du x. Il existe deux grandes graphies de la lettre p minuscule :

          1) Deux ou trois traits de plumes. Le p droit qui se compose d'abord de la hampe (trait sous la ligne d'écriture), puis de la panse (courbe posée sur la ligne).

          p

          2) Un seul trait de plume. Le tracé est inversé puisque l'auteur commence par la panse et enchaîne par la hampe.

          p

          Ce p en x se maintient d’ailleurs dans l’écriture flamande (Nord de la France, Pays-Bas espagnols) jusqu’au XVIIIe siècle. Ce p est toujours doté d’une hampe dextrogyre (vers la droite), à ne pas confondre avec le p barré (par/per) à la hampe lévogyre (vers la gauche). Observez la différence entre les deux termes :

          p Pierre (Paris, 1584), avec un p en x
          p barré P(ier)re (Verneuil, Nièvre, 1575), avec une abréviation en p barré

          1. E. Poulle, Paléographie des écritures cursives en France du XVe au XVIIe siècle, Genève, 1966, p. XVI


          Vous souhaitez en apprendre d'avantage ? Inscrivez-vous sur Paleo-en-ligne.fr, partagez ce site à vos amis et parlez de nous !

          FBTwYt

          • Changez de regard

            dessai

            dessaisissant

            Le s long en crosse, cette lettre si... surprenante ! Il n'y a rien à faire, tous les débutants sont déroutés lors de leur première rencontre. Inhabituelle à notre regard contemporain, il convient de s'y confronter puisque c'est une lettre qui accompagne sans relâche vos voyages dans les archives.

            Issu d'un acte notarié parisien de 1595, le terme de « dessaisissant » est un modèle du genre. Celui-ci se compose de deux doubles s en crosse à la forme si caractéristique. Souvent, cette lettre possède la qualité de chuter profondément sous la ligne d'écriture et possède une crosse dans sa partie supérieure.

            ss

            Comme en témoigne le ductus de cette ligature, la première crosse est déformée puisqu'elle sert de base pour associer le premier au second s en crosse qui suit.

            s long

            En position médiane, le s long à crosse seul est parfaitement identifiable dans son tracé.
            En somme, la lecture de ce mot doit – comme souvent – vous inviter à la prudence. En témoignent, notamment, l'absence de pointage des deux i et la déformation sensible du t terminal à la haste réduite et dont la barre se pose sur la ligne d'écriture. 



            Vous souhaitez en apprendre plus ? Inscrivez-vous à Paleo-en-ligne.fr, partagez ce site à vos amis et parlez de nous !

            FBtwitTw

            • Comparer, c'est trouver

              La comparaison est un recours essentiel lors d'une transcription. Cela vaut pour les écritures de type gothique, mais c'est également prégnant dans le cas d'écritures teintées d'humanistique (c'est-à-dire proches de la notre).
              Prenons un exemple : 

              Marie Theresse  Confronté à ce prénom composé, nombre d'entre-vous peuvent être tenté de lire Marie Agnesse.

              Le doute est permis. Afin de comparer, deux règles d'or doivent être suivies :
              * il convient de comparer des écritures comparables. Ainsi, il est bon de consulter les feuillets qui précèdent et qui suivent. 
              * comparez toujours des lettres à valeur égales dans un terme : position initiale à position initiale, médiane avec médiane, terminale contre terminale.
              Et pour cause, un même graphie de lettre peut renvoyer à des réalités différentes en fonction de sa place dans le terme.

              Afin de déterminer à quel prénom nous avons affaire, il convient donc de regarder les actes qui précèdent et qui suivent, en se concentrant sur ceux qui présentent une écriture similaire. Si Marie ne pose pas de problème de compréhension, il n'en est pas de même de la suite. Trouvons des points de comparaison :

              anthoine   Anthoine                        jour   jour                                trois trois

              En position initiale, le A capital d'Anthoine permet d'exclure l'option Agnesse puisque la graphie est radicalement différente de la première lettre du prénom. Le J de jour pourrait être un excellent candidat, mais il a tendance à voir sa hampe (trait sous la ligne) chuter légèrement. Alors que le du troisième exemple est plus convainquant. Comme souvent, il présente un trait d'amorce pour aller chercher le haut de la haste (trait au-dessus de la ligne). Dans le premier exemple, observez la ligature th que l'on rencontre par ailleurs.

              Barthelemie   Barthelemie                       paroisse paroisse

              En position médiane, l'association des lettres th est toujours surprenante. Elle l'est d'autant plus que la graphie de la lettre h voit sa arche chuter sous la ligne d'écriture en formant une boucle. De même, déformés par la cursivité, les deux s se composent – comme souvent – d'une lettre longue et d'une courte.

              legitime  legitime

              Enfin, en position terminale, observez la graphie si particulière du e bouclé. Cette boucle peut être plus ou moins développée. On le rencontre en version minimaliste dans le prénom Marie qui constitue la première partie de ce prénom composé.
              La solution de ce rébus se rencontre donc grâce à des comparaisons efficaces, à partir de la même écriture. Il apparaît manifestement que la première hypothèse de lecture était erronée et qu'il convient de lire Marie Theresse, variante orthographique de Marie-Thérèse.


              Vous avez appris des notions ? Inscrivez-vous sur Paleo-en-ligne.fr, partagez ce site à vos amis et parlez de nous !

              FB TwYT

              • Ressemblance n'est pas équivalence

                Manuel paléographie

                « ... garny de sa perche, prisé sept
                solz six deniers tourn(ois) pour cecy ............. VIII s. VI d(eniers) t(ournoi)z

                Item, une chaize percée deux aultres
                chaizes à asseoir, le tout de bois
                de chesne, prisée sept solz six den(iers) t(ournoi)z
                pour cecy                                      ............. VII s. VI d(eniers) t(ournoi)z »

                Issu des archives parisiennes et datant de 1563, ce texte n'est pas d'un abord facile. Toutefois, nous souhaitons attirer votre attention sur des associations de lettres – ce que les paléographes appellent les ligatures. Celles-ci doivent inviter à la prudence.

                Observez ces trois termes :

                perche perche (l. 1)

                percé percée (l. 3)

                asseoir asseoir (l. 4)


                Observez plus attentivement encore ces trois ligatures internes, très troublantes :

                er perche
                er percée
                eo asseoir

                Ainsi, par la cursivité de l'écriture, les scribes en viennent à "fusionner" deux ou plusieurs lettres. Cette pratique peut gêner la lecture. Dans les trois exemples, la première lettre est un e à aigrette (c'est-à-dire tracé en deux traits de plumes et composé d'une panse ainsi que d'une aigrette), seules les secondes lettres divergent. Les deux premières sont des r
                Ces r sont ce que les paléographes appellent des r bouclés. Ces lettres a la graphie surprenante ont donc la particularité de se fermer en formant une panse. Alors que le terme "asseoir" présente une ligature avec un o, lui aussi fermé et qu'il ne faudrait pas confondre avec un r. Dans ce cas, celui-ci présente une graphie plus arrondie.

                En 1586, à Carrouges (Orne), un cas de figure similaire se rencontre avec deux prénoms. Observez :

                Georges Georges

                GerardGerard

                Selon la même logique, les deux ligatures sont si proches que la confusion est vite arrivée :

                eo eo

                er er

                Dans ce cas, la cursivité de la ligature déforme si fortement la lettre o qu'elle en vient à ressembler à un r bouclé.


                Encore une fois, le sens de la phrase permet souvent de trancher et d'éviter les erreurs d'interprétation !

                 

                 

                Vous souhaitez en apprendre d'avantage ? Inscrivez-vous sur Paleo-en-ligne.fr, partagez ce site à vos amis et parlez de nous !

                FBTwYT

                • Le tableau alphabétique : une aide ?

                  Abécédaire paléographie

                  Votre première rencontre avec la paléographie se limite souvent à la découverte d'un tableau. Ce type d'abécédaires sont censés vous offrir un résumé ou une somme des différentes graphies que vous pouvez rencontrer pour une même lettre. Or, ces tableaux ne sauraient donner que les grandes lignes et ne peuvent prétendre à l'exhaustivité tant l'imagination de nos ancêtres est grande. Observez la diversité et la richesse des graphies qu'une même lettre peut recouvrer :

                  PP2P3P4P4P7

                  P8P8p9P10

                  P11P12

                  P12P13P13

                  P14P16P16

                  Voici un petit florilège de lettres P, tantôt capitaux, tantôt minuscules. Certaines sont d'une écriture manifestement gothique, d'autres sont plus cursives. En fonction des époques, la lettre peut évoluer. La panse (petite partie fermée au niveau de la ligne d'écriture) peut être plus ou moins fermée, voire totalement ouverte. Enfin, comment envisager une lettre sans l'analyser dans l'économie d'un mot ?


                  Ainsi, la graphie d'une lettre dépend nécessairement de sa position dans un terme. Cela dépend aussi – et surtout – de la manière utilisée par le scribe pour l'associer avec les lettres qui précèdent et/ou qui suivent (c'est ce que nous appelons les ligatures). Avec la lettre P, la ligature peut s'effectuer au niveau de la panse ou en position basse, c'est-à-dire au niveau de la hampe (trait verticale qui prolonge une lettre vers le bas).
                  Ces tableaux n'ont donc qu'une vertu, celle d'attirer votre attention sur la nécessité de suivre un enseignement complet en paléographie.

                  Et, s'il fallait encore un exemple, tentez de lire cette ligne à l'aide d'un tableau :

                  phrase

                  Avec une écriture aussi cursive, vous vous rendez parfaitement compte des limites d'une approche par tableau. Et la transcription nous donne : « L'an mil six cens quarente, le septiesme jo(ur) ». Notez que la lettre p descend bien peu sous la ligne d'écriture, il convient donc de se départir de ses repères de lecture habituels.

                  À la fin de ce cycle d'initiation, retrouvez notre abécédaire.

                  Vous souhaitez en apprendre d'avantage ? Inscrivez-vous sur Paleo-en-ligne.fr, partagez ce site à vos amis et parlez de nous !

                  FBTwYt

                  • Conseils pour la transcription

                    Règles de transcription

                    L'équipe de Paléo-en-ligne.fr est heureuse de vous présenter un second cycle de vidéos de conseils. Pour l'essentiel, notre approche se base sur les règles établies par Bernard Barbiche à partir de 1990.
                    Celles-ci vous permettront d'aborder sereinement les règles de transcription en paléographie. Nous considérons qu'il s'agit bien là d'une première initiation.

                    Venez assouvir votre curiosité, c'est gratuit !

                    1. Respecter le texte

                    Règle d'or : le respect du texte en toutes circonstances.

                    2. Chiffres et nombres

                    Un chiffre ? Un nombre ? Pas de question.

                    3. La ponctuation

                    Toute bonne règle a ses exceptions : la ponctuation.

                    4. L'accentuation

                    Vénérable, vénerable, venérable, venerable...

                    5. Les abréviations

                    Il abrège, nous abrégeons... je transcris !

                    FBTwYT

                    Paleo-en-ligne.fr

                    Avec ce cycle de vidéos, nous souhaitons vous offrir une première initiation à la paléographie moderne française. L'idée est de vous livrer quelques clés pour transcrire vous-même les textes anciens.


                    Dans ce cadre, notre ambition est d'insister sur des éléments clés. Comme pour toutes sciences, il faut du temps pour imprégner ses règles. Toutefois, nous espérons que cette approche originale vous aidera. Bien évidemment, ces quelques vidéos ne remplacent pas un enseignement complet.

                    Vous souhaitez en apprendre plus ? Inscrivez-vous à Paleo-en-ligne.fr, partagez ce site avec vos amis et parlez de nous !

                    FBTWYT

                    • La science fiction du sf

                      deffunct

                      desfunt ou deffunt 

                      Voici une question que nombre de généalogistes et de chercheurs – confrontés aux registres paroissiaux – ont pu se poser un jour. Or, si l'on constate la présence d'une barre centrale, celle-ci ne semble porter que sur la deuxième lettre médiane. Une analyse rapide pourrait donc nous faire penser à une orthographe de type « desfunt ».


                      Pour autant, une simple recherche étymologique prouve que le terme vient du latin defunctus. Cette première hypothèse s'éloigne donc. Afin de s'en assurer d'avantage, il est aussi possible de consulter des dictionnaires de moyens français (XIVe-XVIe siècle). Dès lors, nulle trace de « desfunct ». 
                      On ne trouve pas plus de mention dans le Dictionnaire de Godefroy, ainsi que dans son supplément. Dans le doute, un dernier coup d'
                      oeil au travail du Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales confirme que l'orthographe envisagée n'est que pure fantaisie. De fait, celle-ci résulte bien plus de notre méconnaissance actuelle du latin que d'une possibilité dans les manuscrits anciens.


                      Alors, comment expliquer l'absence de barre sur ce qui ressemble à un s sinueux ? La question mérite assurément d'être posée. En fait, les scribes considèrent que la barre fait office pour les deux lettres. Suivez le ductus dans "deffunct" :
                      deffunct
                      ff 

                      Et, s'il fallait encore une preuve de cet usage courant à l'époque, observez attentivement les termes ci dessous.
                      faicteAinsi, pour « faitte », l'auteur ne trace qu'une seule barre et celle-ci fait office pour le double t.
                      ffAvec le prénom Phillippe, l'auteur ne forme qu'une seule panse pour le double p (la panse étant la partie courbe et posée sur la ligne d'écriture de la lettre).


                      À l'évidence, l'orthographe « deffunt » doit être privilégiée lors de vos transcriptions !



                      Vous souhaitez en apprendre d'avantage ? Inscrivez-vous sur Paleo-en-ligne.fr, partagez ce site avec vos amis et parlez de nous !

                      FBtwiYT

                      • L'approximation des "(en)virons"

                        viron

                        virron  ou une forme abrégée d'environ ?

                        Une approche rapide pourrait nous faire penser que la préposition « virron », que l'on retrouve aussi orthographiée  sous la forme « viron », pourrait n'être qu'une abréviation d'(en)viron.
                        En témoignerait l'accroche très prononcée du v initial.

                        v

                        Observez attentivement tous ces termes, strictement issus du même texte :

                        verges    verges
                        veufve   
                         veufve (= veuve)
                        vendu    vendu
                        vendeur    vendeur
                        village    village

                        Est-il encore nécessaire de multiplier les exemples ? Le doute s'installe et on cherche – en vain – les abréviations correspondantes. Et pour cause, d'abréviation, il n'y a pas !
                        Une vérification s'impose donc (les images ci-dessous sont cliquables).
                        dico dico2 dico3

                        Cette petite recherche permet donc d'attester assurément de l'existence d'un adverbe  « viron » et synonyme d'environ que nous connaissons encore de nos jours. Aussi surprenant que cela puisse paraître, son usage est même des plus courant. Il est donc souvent prudent d'engager de simples recherches lorsqu'un doute apparaît et de laisser ses présupposés de côtés lorsque l'on aborde un texte manuscrit.   

                        viron2

                        Alors ? "trois (en)verges ou (en)viron" ou "trois verges ou viron", maintenant que vous avez lu cet article ?



                        Vous souhaitez en apprendre plus ? Inscrivez-vous sur Paleo-en-ligne.fr, partagez ce site à vos amis et parlez de nous !

                        FBTwYT

                        • Trois en un

                          Cycle d'initiation gratuit(con)fro(n)ta(n)t

                          Une simple balade dans les archives anciennes peut vous permettre des rencontres bien étranges. C'est le cas avec ce terme d'un manuscrit d'Aix-en-Provence, en 1581.

                          Pour s'y confronter - sans mauvais jeu de mot - il convient de connaître le système abréviatif d'Ancien Régime1. Celui-ci a souvent été décrit comme assez incohérent, mais il suit des logiques certaines dans les faits, du nord au sud du royaume.
                          Ainsi, le terme commence par la note tironienne  con- (aussi appelée 9 tironien). Héritée des abréviations Antiques, celle-ci est très caractéristique. On la reconnaît aisément à sa graphie en 9 descendant sous le niveau de la ligne d'écriture.

                          confrontant

                          S'en suivent les lettres fro. Le o présente la particularité d'être légèrement ouvert.
                          Cette ouverture résulte de la volonté du scribe de tracer le tilde dans la continuité en un seul trait de plume.

                          confrontant2

                          Le tilde est ce trait pouvant revêtir des graphies très différentes en fonction des contextes. Dans le cas présent, celui-ci est tracé à partir du o et se lit directement avec le t en position haute.
                          S'en suivent les lettres t et a. Enfin, nous sommes confrontés à un nouveau signe abréviatif.
                          confrontant 3Comme précédemment, nous avons affaire à une abréviation en n. Ce procédé consiste à élider seulement une lettre n dans un terme. Dans cet exemple, seuls les deux n subissent successivement ce type d'abréviation dans ce mot.
                          Une nouvelle fois, le signe abréviatif est lié avec la partie supérieure du t terminal. Celui-ci détient bel et bien une barre centrale, tracée sur la ligne d'écriture.

                          Enfin, il convient de comprendre ce terme si habituel dans les formules de tenants et d'aboutissants. Dans le cas présent, "confrontant" renvoi à la proximité, sous entendu "touchant à" ou "attenant à". En somme, une terre attenante est limitrophe à une autre. Il est courant de trouver ce terme dans les actes notariés. Rédigé de manière quotidienne par les clercs de notaires, il parait attendu de rencontrer ce terme le plus abrégé possible.

                          1 Nos enseignements comportent deux cours sur ce sujet ô combien important pour les paléographes. Pour les lecteurs plus avertis qui ne voudraient travailler que ce thème, nous avons créé le Paléo+ Abréviations, avec des exercices choisis. 



                          Vous souhaitez en apprendre plus ? Inscrivez-vous sur Paleo-en-ligne.fr, partagez ce site à vos amis et parlez de nous !

                          FBTwYT

                          • De l'absence de signe abréviatif

                            Les manuscrits de l'époque moderne regorgent d'abréviations et c'est peu de le dire ! Abréviations par contraction, par suspension, lettres barrées, notes tironiennes, chrismes...1 Les écrits offrent une variété presque infinie d'abréviations dont certaines peuvent être propres aux scribes. Observez notamment le terme de "p(ro)cur(eur)" qui contient, ici, une double abréviation (p bouclé pour 'pro' et par suspension) :

                            procureur


                            Dans les faits, ces abréviations sont souvent signifiées par l'intermédiaire de tildes, de simples points, de lettres suscrites (c'est-à-dire placées en exposant) ou de traits terminaux :

                            laboureur = "lab(oureu)r"  (avec point)
                            requeste = "req(ues)te" (avec lettres suscrites)

                            presentz = "p(rese)ntz" (avec tilde)
                            partye = "p(ar)tye" (avec p barrée)
                            curateur = "curate(ur)" (avec trait terminal)

                            Toutefois, il arrive – bien souvent – que les termes abrégés ne présentent aucun signe abréviatif. Cette pratique est courante dans le cas des abréviations par contraction. Il faut alors se fier au sens de la phrase pour être certain de ne pas les manquer. S'il n'en fallait que quelques exemples représentatifs :

                            reparations
                            "repara(ti)ons" (abréviation en -tion)

                            laboureur 
                            "lab(oureu)r" (abréviation par contraction)

                            representé
                            "rep(rese)nte" (abréviation par contraction)

                            chasung
                            "ch(asc)ung" (abréviation par contraction)

                            noble homme
                            "noble ho(m)me" (abréviation en m)

                            marchandise
                            m(ar)chandise (abréviation en r)

                            nommé
                            "no(mm)é" (abréviation en m)

                            royal
                            "roy(a)l" (abréviation par contraction)

                             
                            "g(e)n(er)allité" et non "quallité", au vu du contexte (double abréviation par contraction)

                            1 Apprenez à déchiffrer ces différentes abréviations par vous-même grâce à nos enseignements complets (niveaux novices ou intermédiaires) ou grâce à notre enseignement thématique (Paléo+ Abréviation).

                            Vous souhaitez en apprendre plus ? Inscrivez-vous sur Paleo-en-ligne.fr, partagez ce site à vos amis et parlez de nous !

                            FBTWYT

                            • Gérard Caye et Paleo-en-ligne.fr


                              En association avec le calligraphe Gérard Caye, nous vous proposons de découvrir une vidéo d'un nouveau genre !


                              Première vidéo

                              Deuxième vidéo

                              Troisième vidéo

                              Quatrième et dernière vidéo


                              Vous souhaitez en apprendre d'avantage ? Inscrivez-vous à Paleo-en-ligne.fr, partagez ce site avec vos amis et parlez de nous !

                              FBtwYT

                              • Court ou long, tout est dans le ductus

                                Quelle que soit la position d'une lettre dans le mot, elle est souvent décrite au moyen de la notion de longue ou de courte.
                                Ainsi, par nature, le s en crosse serait une lettre longue qui posséderait la capacité de chuter fortement sous la ligne d'écriture. C'est souvent le cas, comme en témoigne cet exemple extrême :

                                chesne  chesne (Paris, 1563)                                                         servant  servant (Paris, 1610)

                                Toutefois, comme le montre, à droite, le terme "servant", cette même lettre peut ne chuter que très légèrement. Il en est de même avec d'autres graphies de lettres, comme le s en aigrette qui est – quant à lui  – réputé court, comme dans l'exemple qui suit :

                                personne  personne (Montélimar, 1582)                                                          tesmoingn  tesmoingn (Nantes, 1612)

                                Or, à droite, le mot "tesmoingn" montre que cette même lettre peut – à l'occasion  – présenter une graphie longue.

                                Conclusion ?
                                La graphie d'une lettre est trop variable pour être un élément de comparaison fiable. 
                                Peu importe si la lettre est longue ou courte, ce qui entre en ligne de compte dans votre analyse c'est bel et bien le ductus (c'est-à-dire les séquences qui composent le tracé de la lettre). Tracé en deux traits de plume, celui du s en aigrette est très révélateur :

                                s

                                Vous avez appris des notions ? Inscrivez-vous sur Paleo-en-ligne.fr, partagez ce site à vos amis et parlez de nous !

                                FB TwYT

                                • Transcrire ou traduire ?

                                  Lors de la découverte d'une science, l'une des principales difficultés demeure le vocabulaire à employer. Quel est le bon terme pour qualifier l'action du paléographe sur un texte ? Bien souvent, on utilise la notion de "traduction" puisque c'est la première qui nous vient à l'esprit, popularisée par nos cours de langues étrangères.

                                  Que signifie transcrire ?
                                  La transcription a pour objectif de restituer le texte original, tout en cherchant un juste milieu entre le respect du document et sa compréhension, et ce, en suivant certaines règles. Le paléographe intervient donc 
                                  – à la marge – afin de permettre une lecture correcte d'un manuscrit (rétablissement de la ponctuation, de l'accentuation...), tout en respectant la langue, l'orthographe et la syntaxe. Exemple d'une transcription latine :

                                  latin
                                  « Non vidi justum
                                  derelictum, nec semen
                                  ejus querens1 panem
                                   » 

                                  Que signifie traduire ?
                                  Selon le Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales (CNRTL), la traduction vise à "formuler dans une autre langue ce qui l'était dans la langue de départ, sans en changer le sens". L'objectif est donc de transposer d'une langue à une autre, en adaptant afin de respecter autant que possible le document original et les intentions de l'auteur (ex : vouvoiement, expressions...). La traduction est donc ce qui permet une communication de qualité entre différentes communautés2.

                                  Le résultat d'une traduction, sur le texte précédent serait :  « je n'ai point vu le juste abandonné, ni ses enfants mendier leur pain ».


                                  À travers cette citation des Psaumes (XXXVI, 25), dans un manuscrit du XVIIe siècle, vous pouvez constater que la démarche entre traduction et transcription est différente. Avec une transcription, on établit le document tel qu'il est – sans changement de langue , alors que la traduction sous-entend une adaptation (ici, du latin au français). Il s'agit donc d'un second niveau d'analyse permettant un pont entre deux langues. Or, avant de penser à la traduction et donc à l'interprétation, il convient de procéder à la transcription fidèle du manuscrit

                                  1 Durant l'époque moderne, le æ latin est souvent restitué par e
                                  2
                                  Maddalena de Carlo, « Quoi traduire ? Comment traduire ? »Éla. Études de linguistique appliquée, n° 141, 2006, p. 117-123


                                  Vous avez appris des notions ? Inscrivez-vous sur Paleo-en-ligne.fr , partagez ce site à vos amis et parlez de nous !

                                  FB Tw YT

                                  • Alphabet en écriture cursive gothique

                                    Une superbe démonstration d'écriture cursive gothique, réalisée par le calligraphe Gérard Caye qui travaille ici à la plume d'aigle.
                                    Nous le remercions sincèrement d'avoir accepté que nous partagions son travail.

                                    Paléographie et calligraphie sont deux sciences cousines. Toutes deux ont une passion en commun : les écritures anciennes. Un dialogue peut s'installer à l'aide d'un langage proche. Des ponts existent et, c'est le cas, en particulier, de notre intérêt partagé pour le ductus (le tracé des lettres). Comment envisager la calligraphie sans une étude approfondie des manuscrits ? De même, comment envisager la paléographie sans une étude poussée du ductus, des pratiques et techniques de l'écrit, le maniement de la plume...
                                    Dans les manuscrits de l'époque moderne, point de plume métallique, la plume de volatiles est reine. Celle-ci nécessite une évaluation du canon, une taille, une adaptation de la fente et du museau... en somme, toute une chirurgie du bec, indissociable de l'architecture de la lettre ! 

                                    Longtemps dos à dos, ces deux sciences doivent désormais devenir soeurs. Celles-ci sont indéniablement complémentaires, les deux versants d'une même montagne qu'il convient de gravir ensemble...

                                    Vous souhaitez en apprendre d'avantage ? Inscrivez-vous à Paleo-en-ligne.fr, partagez ce site avec vos amis et parlez de nous !

                                    FBTwYT

                                    • Abécédaire (lettres A-D)

                                      Ce tableau ne prétend pas à l'exhaustivité. Il ne s'agit que d'un extrait des bases de données que nous avons établis au fil de nos pérégrinations dans les archives.

                                      Consultez l'index pour vous faire une idée !


                                      Lettre A
                                      Lettres A


                                      Capitales

                                      Lettre A

                                      A
                                      (Rouen, 1524)

                                      Lettre A

                                      A
                                      (Réty, Pas-de-Calais, 1545)

                                      Lettre A

                                      A
                                      (Rouen, 1561)

                                      Lettre A

                                      A
                                      (Paris, 1563)

                                      Lettre A

                                      A
                                      (Paris, 1563)

                                      Lettre A

                                      A 
                                      (Montfrin, Gard, 1571)

                                      Lettre A

                                      A 
                                      (Paris, 1585)
                                      Lettre AA 
                                      (Paris, 1595)

                                      Lettre A

                                      A 
                                      (Vire, 1601)

                                      Lettre A

                                      A 
                                      (Rouen, 1632)



                                      Capitales initiales

                                      Lettre A

                                      après
                                      (Paris, 1563)

                                      Lettre A

                                      Anthoine 
                                      (Maringues, Puy-de-Dôme, 1564)

                                      Lettre A

                                      au-dedans 
                                      (Paris, 1579)


                                      Lettre A

                                      au
                                      (Alençon, 1571)

                                      Lettre A

                                      aussy 
                                      (Paris, 1607)

                                      Lettre A

                                      avoir 
                                      (Paris, 1625)



                                      Capitales isolées

                                      Lettre A

                                      A 
                                      (Lillebonne, 1584)

                                      Lettre A

                                      A 
                                      (Fécamp, 1587)



                                      Minuscules
                                      avec trait d'amorce

                                      Lettre A

                                      a
                                      (Mirebeau, Vienne, 1500)

                                      Lettre A

                                      a 
                                      (Réty, Pas-de-Calais, 1545)

                                      Lettre A

                                      a
                                      (Paris, 1563)

                                      Lettre A

                                      a
                                      (Aumale, 1580)

                                       

                                      Lettre A

                                      batizé 
                                      (Manevillette, Seine-Maritime, 1587)

                                      Lettre A

                                      payant 
                                      (Ry, Seine-Maritime, 1602)

                                      Lettre A

                                      drappier 
                                      (Ry, Seine-Maritime, 1691)

                                       

                                      Lettre A

                                      la 
                                      (Reims, 1600)





                                      Minuscules
                                      sans trait d'amorce


                                      Lettre A

                                      a
                                      (Carentan, 174)

                                      Lettre A

                                      a 
                                      (Paris, 1563)

                                      Lettre A

                                      ayans
                                      (Fécamp, 1557)

                                      Lettre A

                                      asseoir
                                      (Paris, 1563)

                                      Lettre A

                                      an
                                      (Le Mans, 1571)

                                      Lettre A

                                      auparavant
                                      (Paris, 1643)

                                       

                                      Lettre A

                                      bracquemart
                                      (Paris, 1567)

                                      Lettre A

                                      charge
                                      (Rouen, 1568)

                                      Lettre A

                                      Nicollas
                                      (Bolbec, 1578)

                                      Lettre A

                                      moyennant
                                      (Paris, 1643)

                                       

                                      Lettre A

                                      la
                                      (Bourgtheroulde, Eure, 1551)

                                      Lettre A

                                      prendra
                                      (Le Mans, 1597)



                                      Lettre B

                                      Lettre B

                                      Capitales

                                      Lettre B

                                      B
                                      (Paris, 1563)

                                      Lettre B

                                      B
                                      (Verneuil, Nièvre, 1575)



                                      Capitales initiales

                                      Lettre B

                                      Brodeau
                                      (Rouen, 1554)

                                      Lettre B

                                      Besnay
                                      (Chizé, 1570)

                                      Lettre B

                                      buisson
                                      (Paris, 1602)

                                      Lettre B

                                      Barbe
                                      (Paris, 1607)

                                      Lettre B

                                      Beauvillier
                                      (Paris, 1643)





                                      Minuscules

                                      Lettre B

                                      b
                                      (Blois, 1541)

                                      Lettre B

                                      b
                                      (Moulins, 1579)

                                      Lettre B

                                      balances
                                      (Paris, 1563)

                                      Lettre B

                                      biens
                                      (Le Havre, 1571)

                                      Lettre B

                                      bout
                                      (Rouen, 1594)

                                      Lettre B

                                      Bresse 
                                      (Lyon, 1606)

                                       

                                      Lettre B

                                      debvoir 
                                      (Ry, Seine-Maritime, 1537)

                                      Lettre B

                                      labourable
                                      (Paris, 1570)

                                      Lettre B

                                      d'habictz
                                      (Le Mans, 1597)

                                      Lettre B

                                      dabte 
                                      (Rouen, 1600)

                                       

                                      Lettre B

                                      plonb
                                      (Paris, 1575)

                                       

                                       



                                      Lettre C
                                      Lettres C


                                      Capitales

                                      Lettre C

                                      C
                                      (Paris, 1543)

                                      Lettre C


                                      (Paris, 1599)

                                      Lettre C


                                      (Rouen, 1728)


                                       

                                      Lettre C

                                      Chauldron 
                                      (Paris, 1563)

                                      Lettre C 

                                      chambre
                                      (Paris, 1587)

                                      Lettre C

                                      cuisine
                                      (Paris, 1587)

                                      Lettre C

                                      contemplation
                                      (Ustaritz, Pyrénées-Atlantiques, 1703)


                                      Capitales

                                      fragmentées

                                      Lettre C

                                      C
                                      (Paris, 1563)

                                      Lettre C

                                      C
                                      (Vallabrègues; Gard, 1572)

                                      Lettre C

                                      cent
                                      (Paris, 1567)

                                      Lettre C

                                      Cosme 
                                      (Alençon, 1571)

                                      Lettre C

                                      conseiller
                                      (Paris, 1587)

                                      Lettre C

                                      costé
                                      (Hardencourt, Eure, 1600)



                                      C croisés

                                      Lettre C

                                      c
                                      (Tours, 1474)

                                       

                                       

                                      Lettre C

                                      cent
                                      (Paris, 1537)

                                      Lettre C

                                      coffres
                                      (Paris, 1563)

                                      Lettre C

                                      couverture
                                      (Lignières, Cher, 1579)

                                      Lettre C

                                      cour
                                      (Paris, 1623)



                                      Minuscules
                                      avec trait d'amorce


                                      Lettre C

                                      c
                                      (Rouen, 1554)

                                       

                                       

                                      Lettre C

                                      comme
                                      (Paris, 1545)

                                      Lettre C

                                      cens
                                      (Rouen, 1554)

                                       

                                      Lettre C

                                      encores
                                      (Paris, 1545)





                                      Minuscules
                                      sans trait d'amorce


                                      Lettre C

                                      c
                                      (Vallabrègues, Gard, 1572)


                                       

                                      Lettre C

                                      coffre
                                      (Paris, 1577)

                                      Lettre C

                                      cerf
                                      (Paris, 1590)
                                       



                                       

                                      Lettre C

                                      enclos
                                      (Alençon, 1571)

                                       Lettre C

                                      perches
                                      (Rouen, 1595)
                                       


                                      Lettre C

                                      Leblanc
                                      (Paris, 1563)

                                      Lettre C

                                       blanc
                                      (Paris, 1592)



                                      Minuscules anguleuses

                                      Lettre C

                                      c
                                      (Caudebec-en-Caux, 1549)



                                      Lettre C

                                      cinq
                                      (Rouen, 1546)

                                      Lettre C

                                      ciel
                                      (Paris, 1592)



                                      Minuscules en v

                                      Lettre C

                                      c
                                      (Vallabrègues, Gard, 1572)

                                       

                                       

                                      Lettre C

                                      Costentin
                                      (Rouen, 1554)

                                      Lettre C

                                      cens
                                      (Paris, 1582)

                                      Lettre C

                                      Chastellet
                                      (Paris, 1584)

                                      Lettre C

                                      ceste
                                      (Paris, 1602)

                                       

                                      Lettre C

                                      l'achapt
                                      (Paris, 1631)




                                      Minuscules rondes humanistiques

                                      Lettre C

                                      constitué
                                      (Paris, 1657)



                                       

                                      Lettre C

                                      sçavoir
                                      (Paris, 1660)



                                       

                                      Lettre C

                                      avec
                                      (Paris, 1694)





                                      Minuscules plongeant sous la ligne d'écriture

                                      Lettre C

                                      c
                                      (Ossé, Ile-et-Vilaine, 1696)

                                       

                                       

                                      Lettre C

                                      curateur
                                      (Paris, 1602)

                                      Lettre C

                                      cette
                                      (Paris, 1625)

                                      Lettre C

                                      cinq
                                      (Nantes, 1625)

                                      Lettre C

                                      comparus
                                      (Paris, 1678)


                                      c cédillé

                                      Lettre C

                                      c
                                      (Nantes, 1612)

                                       

                                       

                                      Lettre C

                                      façon
                                      (Diesse, Suisse, 1611)





                                      Lettre D
                                      Lettres A


                                      Capitales

                                      Lettre D

                                      D
                                      (Paris, 1563)



                                      Lettre D

                                      Dieu
                                      (Rouen, 1546)

                                      Lettre D

                                      de
                                      (Chizé, 1570

                                      Lettre D

                                      dyamant
                                      (Paris, 1588)




                                      Capitales ornées

                                      Lettre D

                                      D
                                      (Blois, 1541)

                                      Lettre D

                                      D
                                      (Paris, 1563)

                                      Lettre D

                                      declara(ti)on
                                      (Hardencourt, Eure, 1600)






                                      Capitales humanistiques

                                      Lettre D

                                      D
                                      (Paris, 1680)



                                      Lettre D

                                      de
                                      (Paris, 1678)

                                       

                                       


                                      Minuscules bouclées

                                      Lettre D

                                      d
                                      (Réty, Pas-de-Calais, 1545)

                                      Lettre D

                                      d
                                      (Moulins, 1579)

                                      Lettre D

                                      devant
                                      (Rouen, 1561)

                                      Lettre D

                                      derniere
                                      (Lyon, 1563)

                                      Lettre D

                                      domaiges
                                      (Uzès, Gard, 1582)

                                      Lettre D

                                      d'autre
                                      (Rouen, 1600)

                                      Lettre D

                                      dessus
                                      (Paris, 1611)



                                       

                                      Lettre D

                                      Caudebec
                                      (Rouen, 1568)

                                      Lettre D

                                      mercredy
                                      (Ry, Seine-Maritime, 1580)

                                       

                                      Lettre D

                                      accord
                                      (Rouen, 1568)

                                      Lettre D

                                      regard
                                      (Alençon, 1571)


                                      Minuscules bouclées à ligature circulaire

                                      Lettre D

                                      d
                                      (Allègre-les-Fumades, gard, 1610)

                                       

                                       

                                      Lettre D

                                      de
                                      (Fécamp, 1557)

                                      Lettre D

                                      de
                                      (Fécamp, 1557)

                                      Lettre D

                                      deux 
                                      (Paris, 1565)

                                      Lettre D

                                      delaissé
                                      (Fécamp, 1578)

                                      Lettre D

                                      derriere
                                      (Paris, 1591)

                                      Lettre D

                                      deniers 
                                      (Paris, 1631)


                                      Minuscules de type oncial

                                      Lettre D

                                      d
                                      (Le Mans, 1596)

                                       

                                       

                                      Lettre D

                                      de
                                      (Alençon, 1571)

                                      Lettre D

                                      donne 
                                      (Le Mans, 1597)

                                       

                                      Lettre D

                                      tondeur 
                                      (Rouen, 1577)

                                      Lettre D

                                      rendre 
                                      (Ry, Seine-Maritime, 1602

                                       

                                      Lettre D

                                      conclud
                                      (Paris, 1595)




                                      Minuscules gothiques bâtardes

                                      Lettre D

                                      d 
                                      (Paris, 1605)



                                      Lettre D

                                      deux
                                      (Paris, 1629)

                                       

                                       


                                      Minuscules à rebroussement

                                      Lettre D

                                      d
                                      (Moulins, 1579)

                                      Lettre D

                                      d
                                      (Mirande, Gers, 1620)

                                      Lettre D

                                      de
                                      (Paris, 1563)

                                      Lettre D

                                      de
                                      (Alençon, 1571)

                                      Lettre D

                                      dessus
                                      (Paris, 1593)

                                      Lettre D

                                      du
                                      (Rouen, 1600)

                                       

                                      Lettre D

                                      condampné
                                      (Fécamp, 1572)

                                      Lettre D

                                      pardevant
                                      (Paris, 1595)

                                       

                                      Lettre D

                                      Leonard
                                      (Alençon, 1571)

                                       

                                       





                                      Vous souhaitez en apprendre d'avantage ? Inscrivez-vous à Paleo-en-ligne.fr, partagez ce site avec vos amis et parlez de nous !

                                      FacebookTwitterYoutube

                                      • Plaidoyer pour la paléographie

                                        Plaidoyer


                                        Bien qu’elle soit réputée austère, voire rébarbative, la paléographie est en fait une source de grandes satisfactions. Elle donne bien sûr accès aux documents d’archives, et donc à l’Histoire, permettant un dialogue direct entre le lecteur et les acteurs de la société d’autrefois, humbles ou puissants. Mais en soi, la paléographie est aussi et surtout un jeu intellectuel qui satisfera les esprits les plus exigeants. Elle s’appuie en effet sur des disciplines extrêmement variées telles que les langues anciennes et l’étymologie, la linguistique, la phonétique, la diplomatique, la calligraphie, etc.

                                        Toutefois l’acquisition des techniques paléographiques ne peut s’improviser. Elle nécessite un apprentissage méthodique qui ne doit pas se réduire, comme nous le voyons trop souvent, à un corpus de textes anciens accompagné de transcriptions-solutions peu ou pas commentées. Une solide formation théorique, confrontée à des exercices pratiques et renforcée par des corrigés détaillés, est indispensable pour bien progresser.

                                        À l’époque moderne, la période durant laquelle la lecture est la plus délicate et la plus déroutante s’étend de 1550 à 1650 environ. Période que d’aucuns ont très judicieusement qualifiée de siècle d’or de la paléographie moderne.
                                        L’écriture courante alors utilisée par les clercs professionnels est la cursive gothique.

                                        Date

                                        L'an mil Vc soixante et ung après Pasques (Sainville, Eure-et-Loir, 1566)

                                        L’écriture gothique est née du XIIe au XIIIe siècle d’une mutation anguleuse de la minuscule caroline. À partir du XIVe siècle, cette écriture devient de plus en plus liée, ce qui permet aux clercs de faire courir leur plume d’un bout à l’autre de la ligne, sans presque jamais relever la main. À l’époque qui nous intéresse ici, l’écriture subit encore une amplification de sa cursivité qui fait les délices des paléographes.
                                        La paléographie proprement dite s’organise autour de trois grands axes : l’étude des lettres, des ligatures et des abréviations.

                                        Les lettres

                                        Lorsqu’on considère un texte de l’époque moderne, force est de constater que nous pouvons oublier à peu près tout ce que nous avons appris à l’école en matière de lecture et d’écriture. En effet, la physionomie des lettres gothiques est telle que tous les repères que nous pensions détenir volent en éclat.

                                        separement separement (Paris, 1603)

                                        Ainsi, les lettres saillantes de la cursive gothique ne sont pas du tout celles auxquelles nous sommes actuellement habitués. Par exemple, dans le mot separement on constate que les e sont munis d’aigrettes très marquées, alors que le t terminal est tellement réduit qu’il devient semblable aux deux jambages du n qui le précède.

                                        Une même lettre peut changer du tout au tout en fonction de sa position (initiale, médiane ou terminale) dans le mot. Par exemple, en position médiane, les s sont généralement longs (ils ne doivent en aucun cas être confondus avec des f !) :

                                        dessaisissantdessaisissant (Paris, 1595)

                                        Mais en position terminale, la même lettre s empruntera une forme totalement différente :

                                        commiscommis (Paris, 1625)

                                        On parle dans ce cas d’un s à double aigrette. On notera également ici une succession de jambages indifférenciés (m-m-i) qui ne facilite guère le travail d’un lecteur du XXIe siècle.
                                        L’enchaînement de lettres tracées dans l’esprit de la cursive gothique peut paraître abscons à un œil non exercé.
                                        priséprisé (Paris, 1548)
                                        En voici un exemple avec le participe passé prisé, constitué d’un p « en x », d’un r bouclé (à ne pas confondre avec un o ouvert), d’un i non pointé, d’un s long et d’un e terminal en trait de fuite.

                                        Ajoutons que l’emploi des minuscules et des capitales est souvent anarchique, que la ponctuation et l’accentuation sont à peu près inexistantes…
                                        On l’aura compris, l’étude approfondie de chaque lettre – et des diverses formes qu’elle peut emprunter (allographes) – est donc indispensable pour « réapprendre à lire » les textes manuscrits de l’époque moderne.

                                        Tableau



                                        Les ligatures

                                        Il s’agit, cette fois, d’étudier la façon dont les lettres sont reliées entre elles. Ces ligatures résultent de la cursivité de l’écriture, elles permettent en effet au scripteur de relever le moins souvent possible sa plume.
                                        Le revers de la médaille est que ces ligatures déforment les lettres qu’elles unissent.
                                        Ainsi, si l’on prend les lettres e et r sous leur forme bouclée :

                                        e e bouclé (Fécamp, 1598)

                                        r r bouclé (Paris, 1563)

                                        Leur association génère une entité assez particulière, mais très fréquente, qu’il convient de reconnaître.

                                        er ligature er dans :

                                        mere mere (Le Havre, 1572)

                                        Le redoublement de certaines lettres peut également occasionner des déformations plus ou moins marquées. Un exemple avec la lettre f :

                                        enffansenffans (Alençon, 1571)

                                        enffansenffans (Paris, 1563)

                                        enffantenffant (Paris, 1585)

                                        Autre cas de figure, les ligatures circulaires qui concernent essentiellement les lettres d et s :

                                        dede (Paris, 1587)

                                        sursur (Lyon, 1561)

                                        Les abréviations

                                        Si certaines abréviations comme les notes tironiennes remontent à l’Antiquité, la plupart d’entre elles ont été conçues au Moyen Âge. Elles donnent lieu à un système aussi complexe que diversifié.
                                        Ainsi, si nous prenons par exemple l’adverbe comme, nous pouvons obtenir divers types d’abréviations :

                                        commecomme (Ry, Seine-Maritime, 1582), abréviation par contraction

                                        commecomme (Paris, 1602), 9 tironien

                                        commecomme (Nîmes, 1590), abréviation en m

                                        commecomme (Rouen, 1568), abréviation en m

                                        La paléographie établit une typologie de ces abréviations. On dénombre les abréviations par contraction, par suspension, par notes tironiennes, par signes et par lettres spéciales, chacune de ces catégories étant elles-mêmes divisées en de nombreuses sous-catégories. Ce système abréviatif – passionnant à étudier et à resituer dans son évolution historique – restera étonnament cohérent d’une région à l’autre du royaume jusqu’au premier tiers du XVIIe siècle.

                                        *

                                        L’acquisition par la théorie et par la pratique des éléments répartis entre ces trois grands axes indissociables – lettres, ligatures et abréviations – permet une lecture aisée et globale des mots qui composent un texte manuscrit ancien, tout comme on ne décompose pas lettre à lettre les mots d’un texte d’aujourd’hui.

                                        finFin (Paris, 1584)


                                        Vous avez appris des notions ? Inscrivez-vous sur Paleo-en-ligne.fr, partagez ce site à vos amis et parlez de nous !

                                        FBTwYT