User blog: Baptiste Etienne

Anyone in the world

1
2


Ce texte intervient immédiatement à la suite de l'évocation du grand incendie de Troyes de 1524, dont j'ai parlé il y a peu. Par conséquent, je ne m'étends pas davantage sur le déroulé des évènements, afin de me concentrer sur l'établissement de cette analyse de Nicolas Pithou (1524-1598), au ton très critique. Deux points doivent retenir notre attention d'entrée de jeu : l'auteur est protestant, ce qui a un impact sur sa lecture des faits ; de plus, il rédige ce manuscrit dans le dernier quart du XVIe siècle. Il a donc un certain recul, mais il n'est pas témoin direct. Son objectif est alors de proposer une Histoire religieuse de sa ville natale, dans laquelle il critique ses sources et cherche à expliquer.

Nous avons donc affaire à un travail de réécriture des évènements a posteriori, sous la plume d'un juriste, avocat au siège présidial et, un temps, au Parlement. Comme il l'explique, son étude historique repose sur des interrogatoires de témoins et la consultation de documents originaux. Et pour cause, les évènements qu'il relate se sont déroulés l'année de sa naissance. Issu du premier mariage de son père, jurisconsulte et excellent orateur, il est le frère jumeau de Jean (1524-1602), devenu médecin et dont il reste proche tout au long de sa vie. On sait que cet avocat se convertit au protestantisme en 1559 et qu'il joue un rôle important au sein de l'Église réformée de France, tout en séjournant régulièrement à Genève. En 1565, on lui confie la charge de défendre ses confrères auprès de la Cour. Au lendemain des massacres de la Saint-Barthélémy d'août 1572, il s'exile pour vingt années. Nicolas Pithou vit notamment à Bâle, où sa présence est attestée en 1590 et en 1591 ; il y crée même un scandale puisqu'on l'accuse d'avoir des idées peu conformes à la doctrine calviniste. Finalement, il décède en 1598 lors d'un voyage dans sa ville natale, dans laquelle il n'a cessé de revenir régulièrement.

Dans son Histoire, Nicolas Pithou revient sur l'interprétation des faits par ses contemporains et critique l'approche des astrologues. En somme, il s'attaque assez frontalement aux "faiseurs d'ephemeres et presages", ce qui renvoie aux éphémérides, tables dans lesquelles sont indiquées jour par jour la position des astres et des planètes. Si l'expression de "gentils astrologueurs" est aussi utilisée par François Rabelais (v. 1494-1553), plus loin dans ce manuscrit, le qualificatif de "maistres prognostiqueurs" semble plus péjoratif encore, puisqu'il désigne plutôt des professionnels peu scrupuleux par opposition aux astrologues de Cour.
De manière générale et avant d'entrer dans le détail de la critique qu'il formule, ce document oblige à se demander comment l'astrologie est perçue au XVIe siècle ? Les hommes de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance baignent dans un monde des signes qu'il faut décrypter et dans des discours eschatologiques, qui traitent de l'imminence de la fin des temps. Cette croyance en une apocalypse proche se traduit également par une vision des destins individuels marqués par la même inexorabilité. Toutefois, selon l'historien Hervé Drévillon, dès cette époque, il convient de distinguer les prophéties, qui sont des discours inspirés (résultant d'un "don"), et l'astrologie, se positionnant comme l'interprète des signes du Ciel (perçue comme un "art"). 
En ces temps marqués par les tensions religieuses, l'horizon est obscur et l'avenir des hommes fait office d'exutoire avec l'annonce de lendemains calamiteux. Il n'est donc pas rare de rencontrer des prophéties de guerres, de maladies, de famines ou des prédictions de décès des princes. Le XVIe siècle est celui de l'explosion de l'astrologie dans toute la diversité de ses approches. Ces pratiques ne se bornent pas au simple désir de découvrir l'avenir. Il convient d'y voir une expression déterministe, avec une solidarité d'ordre entre les mouvements des astres et les évènements terrestres. À travers une forme de pensée magique, on considère que le monde est animé d'intentions, qu'il faudrait deviner. 
C'est dans ce contexte que les prédictions s'impriment de plus en plus dans le royaume de France. À côté des calendriers et des almanachs au public commun, se multiplient l'édition d'ouvrages avec peu de feuillets et aux petits formats. L'art divinatoire qui émerge s'illustre dans des opuscules dont les titres comportent les termes de "prognostications", de "discours", de "prédictions" ou de "prophéties". Le plus souvent, ces documents s'appuient sur des phénomènes astronomiques (comètes, météores, éclipses, etc.), des calculs astrologiques et, plus marginalement encore, sur des "révélations" religieuses.

Pantagruel

Illustration de la page de titre de Pantagrueline – Prognostication certaine, veritable et infalible pour l'an mil D XXXIII, François Rabelais (1532-1540)

Si l'auteur du manuscrit, Nicolas Pithou, se moque des ratés des astrologues sur le grand incendie de Troyes de 1524, il reconnaît néanmoins la dimension scientifique. En ce sens, il est parfaitement dans les normes de son époque ; on peut penser en particulier à certains médecins qui mobilisent régulièrement cette pratique. En 1587, dans ses Tableaux accomplis de tous les arts libéraux, Christophe de Savigny (v. 1530-v. 1585) l'associe à la physique des corps simples. En 1690, Antoine Furetière (1619-1688) se montre quant à lui plus critique en reprenant la distinction formelle entre astronomie et astrologie, qu'il qualifie de "science vaine et incertaine". Par cette rupture franche, il s'agit essentiellement de souligner un fait ancien, puisque contrairement à une idée reçue l'astrologie ne repose pas sur un socle de connaissances de type astronomique, tant historiquement que dans les pratiques. Ainsi, l'astrologie est encore largement reconnue durant la Renaissance et la bascule critique ne se fait véritablement que lors du siècle suivant. Ce n'est pas un hasard, puisque l'astrologie est censée reposer sur des calculs complexes intégrant la position des astres dans les signes du zodiaque (dont le cercle est divisé en 36 décans de dix degrés), mais les interprétations à tirer des positions ont toujours été présupposées, sans être démontrées. Comme le souligne l'historien de la philosophie Émile Namer, au XVIe siècle, ces techniques – basées sur les écrits de l'Antiquité – sont perçues comme un moyen de créer une passerelle entre le Ciel dans sa totalité et l'homme, conçu comme son abrégé (capable de percevoir sensiblement les variations du cosmos).

Par conséquent, lorsque Johann Stœffler (1452-1531) et Jakob Pflaum annoncent dès 1499 une catastrophe pour l'année 1524, se basant sur seize conjonctions planétaires, l'affaire est prise très au sérieux. Selon différents témoignages, cette prophétie d'un "deluge universel" provoque une véritable panique au sein de la population. À Toulouse, par exemple, le prêtre et professeur en droit canon Blaise Auriol (v. 1470-1540) est si épouvanté qu'il aurait construit une arche à l'imitation de Noé pour s'en prémunir. En Champagne, dans la ville de Troyes, on tente de canaliser "l'effroy" à travers la mise en place de processions. Il s'agit de cérémonies religieuses dans lesquelles tous les corps et communautés urbaines se retrouvent, afin de suivre un parcours qui a pour objectif de rétablir un ordre religieux.
Dans ce cas, Nicolas Pithou ne choisit pas sa cible au hasard. Dès les premiers temps de l'introduction de la Réforme, on observe des actes visant à perturber leur bon fonctionnement : allant de l'injure au refus de se découvrir, en passant par la dénonciation de la gestuelle idolâtre. À partir de 1560, les processions font l'objet de critiques de plus en plus acerbes de la part des protestants. Pithou ne fait donc pas exception en critiquant le principe même de ces manifestations de dévotion catholique. Pour un réformé, l'idée de demander au divin "de destourner et rompre du tout l'effect de ces horribles presages", par l'intermédiaire des prières collectives, n'a strictement aucun sens.

Or, les faits sont tenaces. À la différence de 1523 et en dépit des prédictions, la première moitié de l'année 1524 est particulièrement sèche. On peut même y voir l'une des causes de l'intensité de l'incendie de la ville. Pourtant, durant les années qui précèdent, les débats de méthodes font rage au sein du monde des astrologues. Toutefois, peu remettent en cause la prophétie en elle-même. Chacun rivalise d'inventivité et certains vont même jusqu'à assurer qu'on verra alors tous les signes qui, selon Saint-Luc, doivent marquer l'imminence de la fin des temps. Dans ces conditions, Nicolas Pithou a beau jeu de souligner l'écart criant avec la réalité :
  • dans un premier temps, il dénonce des prédictions vagues dans le contenu et par définition impossibles à réfuter. Selon le philosophe Karl Popper, la réfutabilité est un critère de démarcation entre théories scientifiques et pseudo-sciences. Nicolas Pithou s'attache donc à relever l'argument astrologique qui veut que le déluge est certain en raison de "la conjonction grande de Saturne, Juppiter, Mars au signe des Poissons" (signe d'eau). Toutefois, l'annonce est indiscutable : si l'année est a minima plus pluvieuse que la moyenne, l'astrologue sera crédité de cette prédiction, mais si l'année est sèche, il est toujours possible de se justifier et de rationaliser a posteriori. C'est exactement ce qui se produit lorsque l'échec criant de la prophétie fait perdre "tout leur credit" aux "maistres astrologues" et qu'il devient urgent d'expliquer pour ne pas perdre la face.
  • dans un second temps, l'auteur met en avant le biais d'autocomplaisance. Ici, Nicolas Pithou refuse l'interprétation proposée de la cause de l'erreur. Dans ce cas, on cherche à détourner l'échec des méthodes de l'astrologie (cause interne) pour l'attribuer à des facteurs externes (dédouanant cette croyance). En occurence, les astrologues forment une explication ad hoc, avec pour objectif de juguler la contradiction en mobilisant l'analyse proposée par l'un d'entre eux : Pasquil. Publié en 1540, soit plus d'une quinzaine d'années après les évènements, son ouvrage vient secourir les prédictions en s'appuyant sur des visions nocturnes. Celui-ci permet de trouver une justification avec l'intervention divine qui, par compassion, aurait permis d'éloigner "ces eaux de dessus la terre", afin de "les conduire ailleurs". Ce point est d'autant plus facile à invoquer que la vision serait issue d'un voyageur, venant de Suisse.
Nicolas Pithou conteste l'argument en considérant qu'il est imaginaire et que le déshonneur par association, fondé sur l'émergence du protestantisme, n'est pas justifié. Et pour cause, symboliquement, l'implantation de la Réforme serait plutôt de nature – selon lui – à éteindre le feu du Purgatoire et donc permettrait d'empêcher une sècheresse. En se plaçant au niveau des représentations de la foi, sa contre-argumentation se noie et perd en dextérité. Toutefois, l'auteur ne fait que suivre la démarche de démystification entreprise par d'autres, avant même l'année 1524 et avec davantage d'efficacité. Ainsi, le cordelier Jean Thénaud (v. 1480-v. 1546) compose une réfutation de la prédiction pour sa protectrice Louise de Savoie (1476-1531). Il y répond point par point aux trois raisons d'attendre l'arrivée imminente du déluge, telles qu'elles sont énoncées par les astrologues.

La position critique de Nicolas Pithou est-elle une exception ou est-ce attendu ? Comme le montrent les multiples critiques à l'encontre de Michel de Nostredame (1503-1566), l'art divinatoire fait largement débat au XVIe siècle. Déjà, à la fin du siècle précédent, Jean Pic de La Mirandole (1463-1494) fixe une frontière fondamentale en différenciant science et superstition, astronomie et astrologie. En 1579, Henri III interdit la prédiction politique, alors que des souverains comme Charles Quint, François Ier ou Catherine de Médicis y ont eu recours régulièrement. En 1586, une première bulle pontificale condamne les présages et l'usage de l'astrologie pour d'autres fins que "l'agriculture, la navigation, & la medecine". D'une certaine manière, le succès populaire du déterminisme astral et le rapprochement avec des pratiques magiques conduisent les autorités à condamner l'astrologie ou, au moins, ses dérives.
Toutefois, qu'il s'agisse des protestants ou des catholiques, si on trouve des critiques, il est toujours possible de rencontrer des concessions à rang égal. Par exemple, si Jean Calvin (1509-1564) formule l'une des condamnations les plus fermes de la divination en 1549, une trentaine d'années plus tard Jean Bodin (v. 1529-1596) considère qu'il s'agit d'une réaction excessive de sa part. Ainsi, l'association presque mécanique que fait Nicolas Pithou entre astrologie et foi catholique peut, sans doute, être jugée comme trop complaisante envers ses coreligionnaires.

En conclusion, la puissante dénonciation de l'auteur est fondée sur des critiques internes et externes des pratiques astrologiques. Il s'en prend avec force aux dérives de ses contemporains. Toutefois, il n'est pas exempt de contradictions propres et n'est pas totalement à charge. Il laisse notamment passer une occasion lorsqu'il évoque le second incendie de Troyes dans la suite directe de cette partie du texte. Pourtant, celui-ci est également destructeur et est survenu 6 ans après celui de 1524, sans être davantage annoncé par les astrologues.
Vous l'aurez compris, Nicolas Pithou ne se fait pas aussi ironique et distancié sur l'astrologie que les auteurs d'écrits frondeurs du XVIIe siècle. D'ailleurs, ce n'est pas tant les pronostiqueurs et les charlatans qui semblent lui poser un problème fondamental, mais bien l'idolâtrie des Troyens qui prêtent l'oreille. Ainsi, sa critique de cette pseudo-science est avant tout celle d'un protestant, contraint à l'exil et devenu étranger dans sa ville natale. 

Baptiste ETIENNE
Relecture Serge BRET-MOREL, d'Astroscept 


Références :
BnF, Dupuy 698, Histoire ecclesiastique de l'eglise de la ville de Troyes, capitalle du conté et pays de Champagne, de la restauration du pur service de dieu et de l'ancien ministre en ladicte eglise, contenant sa renaissance et son accroissement et les troubles, persecutions et autres choses remarcables advenues en ladicte eglise, jusques en l'an mil cinq cent quatre vingt et quatorze, Nicolas Pithou, sieur de Chagobert 
BnF, Français 17527, Chronique parisienne
University of Pennsylvania (Philadelphia), Kislak Center for Special Collections, Rare Books and Manuscripts, Codex 0930, Chronique versifiée de Metz, XVIe s., f° 96
BnF, département Réserve des livres rares, RES-Y2-2125, Pantagrueline – Prognostication certaine veritable et infalible pour l'an mil D XXXIII, nouvellement composee au profit & advisement de gens estourdis et musars de nature par Maistre Alcofribas architriclin dudict Pantagruel, par François Rabelais, 1532-1540
Pasquilli extatici, sev nupere coelo reversi, de rebus partim superis, partim inter homines in Christiana religione passim hodie controversis, cum Marphorio colloquium, multa pietate, elegantia, ac festivitate resertum, C.S. Curio, 1540
Hippolyte Aubert (éd.), Correspondance de Théodore de Bèze, vol. VI, Genève : Librairie Droz, 1970, p. 93
Sabine Citron et Marie-Claude Junod (éd.), Registres de la compagnie des pasteurs de Genève, vol. VI, Genève : Librairie Droz, 1980, p. 215-217

Yves-Marie Bercé (dir.), La science à l'époque moderne, Actes du Colloque de 1996, Association des historiens modernistes des universités, n° 21, 1998 
Jean-Patrice Boudet, Entre science et nigromance – Astrologie, divination et magie dans l'Occident médiéval (XIIe-XVe siècle), Paris : Éditions de la Sorbonne, 2006
ID. et Nicolas Weill-Parot, « Être historien des sciences et de la magie médiévales aujourd'hui : apports et limites des sciences sociales », dans Être historien du Moyen Âge au XXIe siècleActes des congrès de la Société des historiens médiévistes de l'enseignement supérieur public, 2007, p. 199-228
Serge Bret-Morel et Élisabeth Feytit, L'astrologie, ça marche !... trop - Itinéraire d'un astrologue déchu, La Route de La Soie, 2020
Denis Crouzet, « Recherches sur les processions blanches (1583-1584) », Histoire, Économie et Société, n° 4, 1982, p. 511-563
Jean Delumeau et Yves Lequin (dir.), Les Malheurs des temps - Histoire des fléaux et des calamités en France, Paris : Larousse, 1987
Hervé Drévillon, Lire et écrire l'avenir : l'astrologie dans la France du Grand Siècle (1610-1715), Seyssel : Éditions Champ Vallon, 1996
Marie-Madeleine Fragonard et Pierre-Eugène Leroy (dir.), Les Pithou - Les Lettres et la paix du royaume, Paris : H. Champion, 2003
Micheline Grenet, « L'astrologie au XVIIe siècle : déterminisme astral ou charlatanisme », Science et pseudo-science, n° 242, 2000 (en ligne)
Eugène et Emile Haag, La France protestante ou vies des protestants français qui se sont fait un nom dans l'histoire, vol. VIII, Paris : Joël Cherbuliez, libraire-éditeur, 1858, p. 250-251
Anne-Marie Lecoq, « La grande conjonction de 1524 démythifiée pour Louise de Savoie. Un manuscrit de Jean Thénaud à la Bibliothèque nationale de Vienne », Bibliothèque d'Humanisme et Renaissance, 43, 1981, p. 37-60
Jacques Michel-Bechet, Le critère de démarcation de Karl. R. Popper et son applicabilité, thèse de philosophie, Université Paul Valéry, Montpellier III, 2013
Emile Namer, « Science et astrologie au début du XVIIe siècle », Raison présente, n° 24, 1972, p. 73-90
Pierre Nevehans, Sciences, techniques, pouvoirs et sociétés du XVIe siècle au XVIIIe siècle (Angleterre, France, Pays-Bas/Provinces-Unies et Péninsule italienne), Agrégation d'histoire, Université Jean Moulin, Lyon, 2018 (en ligne)
Maxime Préaud, Les astrologues à la fin du Moyen Âge, FeniXX réédition, JC Lattès, 1984
Charles L.-B. Recordon, Le protestantisme en Champagne ou récits extraits d'un manuscrit de N. Pithou, seigneur de Chamgobert, Paris : Librairie française et étrangère, 1863, p. V-IX
Gaël Rideau, « La construction d'un ordre en marche : les procession à Orléans (XVIIe-XVIIIe siècles) », dans Ordonner et partager la ville (XVIIe-XIXe siècle), Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2011, p. 137-154
Claude Vial-Barthalay, Les livres d'astrologie et d'astronomie imprimés à Lyon au XVIe siècle, École Nationale Supérieure des Bibliothèques, Villeurbanne, 1981
Nicolas Weill-Parot, Les "images astrologiques" au Moyen Âge et à la Renaissance – Spéculations intellectuelles et pratiques magiques (XIIe-XVe siècle), Paris : Champion, 2002

Transcription :

« Or, les astrologueurs[ues], et1 faiseurs d’ephemeres et presages
avoient publié par leurs livres que, en ceste année mil cinq
cent vingt quatre [en laquelle fut la conjonction grande de Saturne, Juppiter, Mars au signe des Poissons]2, il y auroit de grands deluges et innonda-
tions d’eau et telz qu’on n’avoit oncques3 veu. [Bref, avoient predict le deluge universel]4. Ce qui apporta5
causa [partout]6 un tel effroy, non seulement à ceux de Troyes, mays
aussy à plusieurs autres7 que tout le monde trembloit de
peur. Et fit on force processions, afin qu’il pleust à Dieu
de destourner et rompre du tout l’effect de ces horribles
presages, mays en8 finalement il en alla tout au rebours,
et perdirent [de sorte que]9 ces maistres prognostiqueurs [perdirent]10 tout leur credit.
Pour ce coup, voyre mesme les plus experimentez de ce temps
là en ceste science, car ceste année fut seiche au possible, [il fit la (qui) plus grande
voyre autant ou plus que aucune autre precedente
secheresse qu’on veu oncques, ce qui causa (advancea) de tant plus]11
la ruine et desolation de ceste pauvres ville. Car le feu
trouvant les matieres des maisons et edifices plus promptes
et disposées à le recevoire, à cause de ceste grande seicheresse
s’en servoit comme d’allumettes. D’autre part, ces maistres
astrologues, &12 voyantz deceuz en leurs predications [leurs predications avoir succedé tout à rebours]13, se
trouveront fort empeschez à en14 rechercher les causes
de l’evenement contraire. Un seul, Pasquil, les en
esclaroit et delivra de ce doubte [par le livre] [au livre de ses visions]15 par ses visions qu’il
publia quelque temps après. Dieu (dict il) ayant allors
pitié et compassion des humains commanda à Neptune
de destourner ces eaux de dessus la terre et les
conduire ailleurs. Voyant qu’il luy estoit impossible
d’espandre16 tout un si grand amas d’eau où il vouloit,
il en envoya une bonne part dedans le purgatoire
qui porta un si grand eschec et dommage à ce feu [au feu d’icelluy]17
que, oncques puis, il n’a point vrayement bruslé,
car la plus grand part en fut esteinte, ce que Pasquil
disoit avoir apprins d’un sien hoste, en un voiage qu’il
fit au pais des Souisses. Aussy, à la verité, les protestans
et Suisses et, surtout, ceux de Zurich s’employerent
ceste année fort et roide à ruiner et abolir de tout
ce feu de purgatoire et s'i comporterent et conduirent
si dextrement18 et magnanimement que de là en advant
il n’eut aucune force ou vigueur en leurs quartiers
et furent par leur moyen plusieurs estrangers delivrez de la
crainte horrible qu’ils avoient conçeue de longue main19 de
ce feu imaginaire et controuvé20. Et, par mesme moyen, ceux
de Zurich bannirent le 26 jour du moys de juillet oudict an
1524 et chasserent de leurs terres la Religion Pretendue
Catholique et y restablirent la vraye. »

1 L'auteur note d'abord "or, les astrologueurs et faiseurs d'ephemeres" qu'il corrige, ensuite, par "or, les astrologues, faiseurs d'ephemeres et presages".
2 La précision figure en marge du document.
3 Dans le sens de jamais.
4 La mention est en marge du manuscrit.
5 Le terme est rayé, puis corrigé au début de la ligne suivante.
6 L'ajout est en interligne.
7 La phrase est biffée dans le document original.
8 Le mot est rayé dans le manuscrit.
9 Après avoir biffé, l'auteur effectue une correction en interligne.
10 L'ajout est en interligne.
11 Ici, une phrase entière est rayée et corrigée en interligne.
12 L'esperluette est biffée dans le document original.
13 Après avoir rayé, l'auteur corrige en interligne.
14 Le terme est biffé dans le manuscrit.
15 À la suite de plusieurs tentatives de correction, l'auteur ajoute la mention en marge. 
16 Dans le sens de verser une certaine étendue, déverser.
17 Après avoir rayé dans le manuscrit, l'auteur reformule en interligne.
18 Pour droitement.
19 Pour depuis longtemps.
20 Verbe synonyme d'imaginer ou d'inventer.

[ Modified: Sunday, 18 July 2021, 9:50 AM ]
 
Anyone in the world

L'incendie de Troyes en 1524 a peu fait l'objet d'études, malgré son retentissement considérable à l'époque. On retient essentiellement ce qu'en dit le local Nicolas Pithou ou l'avocat Nicolas Versoris. Bien que Troyen, le premier n'est pas témoin direct (comme le précise son texte au sujet même de la date des faits : "comme j'ay entendu") et le second appartient à une famille parisienne connue qui a donné plusieurs hommes de loi au Parlement et au Châtelet. Professionnellement, il suit donc les traces de son père, Guillaume. Malgré une fortune somme toute modeste, il est soldat de la garde bourgeoise et fait habituellement son service à la porte Saint-Germain. Attaché au roi, on comprend son intérêt pour les questions de sécurité publique, dans le livre de raison qu'il rédige au quotidien.
Ces auteurs sont les principales sources sur le sujet, mais la découverte d'une autre mention dans une Chronique parisienne apporte un nouvel éclairage sur les évènements. Et pour cause, ces deux écrits d'auteurs parisiens sont très proches et appartiennent au champ du for privé. Il s'agit donc de documents produits en dehors d'un cadre institutionnel et témoignant d'une prise de parole personnelle.

Si l'un des manuscrits est conservé aux archives du Vatican et l'autre se trouve à la Bibliothèque nationale de France, ils témoignent tous deux de ce qui se disait à la capitale au moment des faits, au sujet d'un incendie qui s'est déroulé à plus de 150 km de là. Si les deux récits sont rédigés à peu de distance des évènements, sans travail de réécriture spécifique, il est difficile de déterminer les sources mobilisées par chacun des auteurs. Probablement se fondent-ils essentiellement sur les rumeurs qui bruissent dans les rues parisiennes. 

Pour ces deux auteurs de la capitale, les faits sont lointains. Ils peuvent même être contradictoires au sein d'un même récit. À Troyes, le contexte est un peu particulier puisque les pauvres sont "alangouriz de fain" et la tension règne dans une ville tenaillée par la cherté. Le 24 mai 1524, alors que les beaux jours sont là et qu'il règne une certaine chaleur depuis plusieurs semaines, le feu éclate. Le chroniqueur parisien considère que l'affaire commence "après 
minuyt", mais le troyens Nicolas Pithou atteste plutôt de 22 heures. On sait que l'incendie se propage rapidement depuis la maison d'un apothicaire (rue de l'Épicerie) et ravage d'abord le cœur commerçant de la ville (quartiers de Croncels, de Saint-Jean et du Beffroy). Les deux parisiens s'accordent pour considérer que l'incendie est d'importance, ravageant un tiers de la ville jusqu'à la porte Beffroi, soit "quinze cens maisons", auxquelles s'ajoutent "cinq ou six esglises" (dont partiellement celle de Saint-Jean-au-Marché, et totalement pour Saint-Pantaléon et Saint-Nicolas ; il en est de même pour l'hôtel de la Commanderie, bâtiment fait de pierres, fondé par les Templiers puis dévolu aux Hospitaliers). Versoris se risque même à une estimation allant jusqu'à "ung million d'or" perdu, en immeubles, biens et marchandises. Dans son récit, Nicolas Pithou considère également que l'agitation permet à une partie de la population pauvre d'accéder aux greniers jusque-là fermés et de se servir à leurs risques et périls. Ce qui est intéressant ici, c'est que – pour les deux auteurs parisiens – le traitement des faits est vite expédié. Pour eux, cela n'a d'importance qu'à travers les répercussions de l'incendie de Troyes dans la capitale. Ce qui compte, c'est qu'il s'agit d'incendiaires, appelés boutefeux, et que l'acte est criminel. Versoris ne s'en cache pourtant pas : il s'agit d'informations d'une fiabilité douteuse. Il l'exprime clairement à travers la formule "l'on dict et est certain que c'estoit feu gregois". L'expression est ici clairement un oxymore, c'est-à-dire l'association de deux notions contraires.

Ainsi, on est au cœur de la "rumeur", terme qui apparaît en langue française au XIIIe siècle. Durant l'époque médiévale et encore au XVIe siècle, il est peu employé et est principalement assimilé au "bruit qui court". L'information qui emprunte des voies informelles et populaires. À cette époque, on préfère la notion de "bruit public" qui peut concerner le peuple ou un groupe social plus déterminé. Ces expressions sont impalpables et difficiles à cerner pour l'historien. La principale difficulté consiste à comprendre ce phénomène oral à partir de sources écrites. Le chroniqueur parisien, par exemple, ne s'aventure pas en conjectures sur les causes de l'incendie, mais cherche un responsable lorsqu'il considère que "la commune renommée estoit que Monsr de Bourbon avoit ce fait faire". La renommée est alors l'opinion d'une "grant quantité de gens" au sujet d'un individu. Il faut bien prendre en compte la portée de cette expression puisque cela évoque explicitement la réputation, notion capitale durant l'époque moderne. Pour l'opinion commune, Charles III de Bourbon (1490-1527) est un suspect commode. Connétable de France jusqu'à l'année précédente, il vient de fuir auprès de Charles Quint qui le nomme lieutenant-général. Humilié et pourchassé, alors que ses terres sont rattachées au royaume, il vient tout juste de remporter la bataille de la Sesia du 30 avril et prépare l'invasion de la Provence.
De plus, le chroniqueur parisien semble donner raison à la thèse criminelle en insistant sur la durée extraordinaire de l'incendie (deux jours et deux nuits). En soulignant qu'il prend à plusieurs endroits simultanément, l'acte malveillant est donc signé. Nicolas Versoris, comme souligné ci-dessus, évoque également la piste du feu grégeois et ce n'est pas un hasard. Employé au Moyen Âge par les Byzantins pour les combats navals, il a l'avantage certain de résister à l'eau. Pourtant d'autres informations de l'époque font état d'un feu tombé du ciel, ce qui pourrait évoquer un orage comme il en existe tant en cette saison. On peut également considérer, comme le propose Nicolas Pithou que l'accident est à privilégier puisque le feu part du magasin d'un apothicaire qui contient nombre de "matieres facilles à s'emflamber", comme des poix qui sont des substances résineuses inflammables ou de l'huile de pétrole. Les éléments contradictoires s'accumulent, les hommes du temps ne font pas nécessairement le tri et les incohérences apparentes sont noyées dans le feu de la plume. Et pour cause, ce qui retient l'attention d'un parisien c'est bien que la majorité se persuade que des incendiaires sont à la solde des Flamands et des Anglais.

En 1524, le royaume de France est engagé dans la Sixième guerre d'Italie qui l'oppose à la monarchie espagnole, au royaume d'Angleterre et au Saint-Empire, aux côtés de leurs alliés de la République de Venise. Ce conflit met en jeu les prétentions de François Ier en Italie, dans les Flandres et en Artois. En somme, comme pour l'accusation à l'encontre de Charles III de Bourbon, il s'agit de désigner l'ennemi de l'extérieur et sa cinquième colonne à l'intérieur des frontières. Pour les deux auteurs parisiens, vous l'aurez compris, ce qui compte ce n'est pas tant l'incendie de Troyes, que ses répercussions à Paris. Ainsi, immédiatement des suspects sont arrêtés dans la plus grande confusion, afin "de sçavoir toute vérité". 
Suivant une logique proche de celle de l'incendie de Tonnerre en 1553, on suspecte même un vaste complot, avec des boutefeux prétendument chargés d'incendier les plus grandes villes du royaume. Les choses s'emballent et chacun confesse des centaines de complices, tant et si bien que la thèse "estoit la plus commune et s'imprima si fort en l'esprit de tous qu'elle dure encore à present" (c'est-à-dire la fin du XVIe siècle, moment où il écrit). Nicolas Pithou rapporte que, déjà dans la ville même de Troyes, des pillards pris sur le fait sont considérés comme responsables de l'incendie, immédiatement condamnés sans autre forme de procès, alors que de pauvres savoyards de passages "receurent un fort mauvais traitement". Comme souvent, dans la société d'Ancien Régime, les étrangers sont l'objet de peurs et de fantasmes, il sont donc les cibles privilégiées en période de crise. 

À la capitale, la rumeur se répand comme une trainée de poudre et s'amplifie, on croit même savoir que les incendiaires sont déjà entre les murs. La peur s'empare des rues alors qu'on découvre des "croix rouges et noires bourguignonnes" aux portes d'entrées de maisons, le premier juin soit à peine une semaine après l'incendie. Pour les auteurs parisiens, l'enjeu est bien là : les bourgeois en armes sont mobilisés la nuit et les portes de la ville sont fermées. C'est dans ce contexte d'inquiétude qu'on "envoya querir pour le interrogé" un vieil homme que le chroniqueur juge comme "le plus lait villain que jamais homme vit". Si on cherche à démêler les faits par voie judiciaire, l'objectif est également de procéder à des exécutions, comme dans le cas du jeune couple. Également qualifiées de "plus laides creatures que l’on eut peu regarder", la condamnation à être brûlés vifs vise à rassurer par une démonstration de force. L'objectif pour le pouvoir est de montrer et de donner à voir sa victoire sur le crime. Symboliquement, on applique le bûcher quand le crime exige une purification extrême et l'élimination totale du corps du coupable. Cela correspond aussi à la tendance classique d'imposer une sanction analogue au crime perpétré dans de nombreux tribunaux d'Ancien Régime.

Au sein du microcosme d'une société urbaine du XVIe siècle, il faut aussi intégrer que cette crainte de l'incendie volontaire ne peut être qu'au centre des préoccupations des autorités et des chroniqueurs de Paris ou d'ailleurs. Jamais anodin, les dégâts sont souvent importants et pas seulement pour les propriétaires ou les locataires de maisons incendiées, mais aussi pour l'ensemble de la communauté.
Depuis le Moyen Âge, il est difficile d'éteindre des incendies en ville et cela demeure une problématique longtemps encore, comme en témoigne le Grand incendie de Londres en 1666 qui ravage plus de 13 000 maisons, 87 églises paroissiales, la cathédrale Saint-Paul et la Cité. Pour porter l'eau et s'attaquer aux flammes, le plus souvent on ne dispose que de seaux et de cruches. Des chiffons humides peuvent être placés au bout de perches tendues pour ralentir le feu, mais le plus souvent la solution réside dans l'abattement de murs et de maisons. Avec la peste et les maladies, l'incendie reste un risque contre lequel on peine à se prémunir efficacement. C'est sans doute ce qui explique ce déferlement de rumeurs et de nouvelles dans un contexte de conflits internationaux exacerbés. On assimile donc, dans un même mouvement, conspirateurs, empoisonneurs, assassins et incendiaires, ce qui forme un cocktail inflammable dont les auteurs d'écrits privés se font l'écho.

Baptiste ETIENNE

Transcription :
« (Des bouttefeux de Troys) L’an mil V
c XXIIII, le mardi XXIIII jour de may audict an,
il y eut plusieurs maraulx de la ville de Troys qui après
minuyt mirent le feu dedans ladicte ville. Lequel feu dura par
l’espace de deux jours et deux nuytz et fut brulé plus de
la tierce partye de la ville et furent brulez lesdictz maraulx en
plusieurs lieux et y avoit desdictz maraulx tel qui n’avoit
que huit ans et, toutesfoys, furent brulez tous vifz. Entre
aultres, fut amenée une femme à Paris, avecques ung jeune garson,
environ de l’aage de quinze ans, lequel l’on disoit estre le fiencé
à ladicte femme qui furent brulez tous vifz en la Place Maubert,
le samedi (rayé : X) IIe jour de juillet audict an et disoit l'en que c’estoient
les deux plus laides creatures que l’on eut peu regarder
et icelle année le mardi XXVe jour d’octobre fut brulé tout
vif en la Place de Greve ung vielz homme des boutefeux dudict
Troys. Lequel avoit esté mys au feu à Troys, mais la court l’envoya
querir pour le interrogé et estoit le plus lait villain que jamais
homme vit et la commune renommée estoit que Monsr de
Bourbon avoit ce fait faire. »

Références :
BnF, Français 17527, Chronique parisienne
BnF, Dupuy 698, Histoire ecclesiastique de l'eglise de la ville de Troyes, capitalle du conté et pays de Champagne, de la restauration du pur service de Dieu et de l'ancien ministere en ladicte eglise, contenant sa renaissance et son accroissement et les troubles, persecutions et autres remarcables advenues en ladicte eglise, jusques en l'an mil cinq cent quatre vingt et quatorze, par Nicolas Pithou, sieur de Changobert
Gustave Fagniez (éd.), Livre de raison de Me Nicolas Versoris, avocat au Parlement de Paris (1519-1530), Paris : imprimerie Daupeley-Gouverneur, 1885, p. 47-51
Amédée Salmon (éd.), Philippe de Beaumanoir – Coutumes de Beauvaisis, vol. 2, Paris : Alphonse Picard et fils, éditeurs, 1900, p. 419
Pierre-Eugène Leroy, Chronique de Troyes et de la Champagne durant les guerres de Religion (1524-1594), 3 vol., Reims : Presses Universitaires de Reims, 1998-2000

Christiane de Craecker-Dussart, « La rumeur : une source d'informations que l'historien ne peut négliger. À propos d'un recueil récent », dans Le Moyen Âge, n° 1, 2012, p. 169-176
Simon Dagenais, La circulation de l'information en France pendant la seconde moitié du XVIIIe siècle vue par les diaristes parisiens et toulousains Barbier, Hardy et Barthès, Mémoire de maîtrise, Université de Québec, Montréal, 2010
Catherine Denys, « Ce que la lutte contre l'incendie nous apprend de la police urbaine au XVIIIe siècle », Orages, Littérature et culture (1760-1830), Association Orages, 2011, p. 17-36
Séverine Fargette, « Rumeurs, propagande et opinion publique au temps de la guerre civile (1407-1420) », Le Moyen Âge, n° 2, 2007, p. 309-334
Claude Gauvard, « Rumeur et stéréotypes à la fin du Moyen Âge », dans La circulation des nouvelles au Moyen Âge, Paris : Éditions de la Sorbonne, 1994, p. 157-177
Nicole Gonthier, « À tout crime, un châtiment », dans Le châtiment du crime au Moyen Âge (XIIe-XVIIe siècle), Rennes : Presses universitaires de Rennes, 1998, p. 111-172 
Didier Le Fur, « La colère de Dieu », dans François Ier, Paris : Perrin, 2015, p. 321-332
François Vion-Delphin et François Lassus (dir.), Les hommes et le feu de l'Antiquité à nos jours – Du feu mythique et bienfaiteur au feu dévastateur, Besançon : Presses universitaires de Franche-Comté, 2003

"Les écrits du for privé de la fin du Moyen Âge à 1914", Groupe de recherches de l'Université de Paris-Sorbonne dirigé par Jean-Pierre Bardet et François-Joseph Ruggiu, ANR-CNRS, n° 2649 (en ligne
[ Modified: Sunday, 23 May 2021, 10:37 PM ]
 
Anyone in the world
« Préséance : droit issu d'un privilège, créé par l'usage ou institué par une règle, de prendre place au-dessus de quelqu'un, de le précéder dans une hiérarchie protocolaire »


Le document présenté aujourd'hui est rare : il s'agit d'un plan de la Grand'Chambre du Parlement de Bordeaux. Cette chambre est la principale et la plus prestigieuse de cette cour de justice provinciale. À l'occasion de la tenue du lit de justice – séance solennelle en présence du roi – de Louis XIII le 10 décembre 1615, on dresse ce visuel qui offre la liste précise des officiers présents et indique leur place en fonction des règles de la cérémonie.

BnF Français 6392
BnF, Français 6392Contrats et cérémonies de mariages de rois et princes (XV e-XVIIe siècles)

Quel est l'objectif ? Dans une société d'ordres, les conflits de préséances entre les membres d'une institution constituent un point central qui permet aux institutions d'exister et de témoigner de leur rang. Dresser un tel plan protocolaire, reflète donc la volonté de se prémunir d'une éventuelle tension basée sur des revendications impromptues le jour de l'évènement.
Ainsi, en séances, en cérémonies, en processions ou dans tous les moments de la représentation sociale, les institutions et les hommes ne cessent de rivaliser pour affirmer leur place dans la société d’Ancien Régime. Chaque positionnement révèle un rang social et chaque écart fait l’objet de conflits visant à asseoir ses prétentions. Divers témoignages montrent donc un monde où le conflit a un rôle dans la régulation sociale, et ce, à toutes les échelles. Chaque homme, chaque officier, chaque institution cherche à se positionner par rapport aux autres. C’est bel et bien le regard extérieur qui donne un rang dans la société d’Ancien Régime.

Comment déterminer la place de chaque officier ?
Selon l'historienne Fanny Cosandey, on s'attache aux exemples puisés dans les cérémonies passées. Et pour cause, aucune constitution écrite ne valide alors l'organisation des pouvoirs. Chacun doit donc mettre en place des tensions, dont le point d'équilibre permet la reconnaissance de son autorité propre. C'est d'ailleurs, ce que reflète le Traicté de l'Eschiquier et Parlement de Normendie, rédigé par Alexandre Bigot de Monville :

BM Rouen
Bibliothèque municipale de Rouen, Y 23, coll. Martainville, Traicté de l'Eschiquier et Parlement de Normendie

Comme dans l'ensemble des documents de sa main, son écriture brouillonne est de petite taille surchargée et raturée. Son style aride de la décennie 1640 demeure particulièrement répétitif et parfois technique. Néanmoins, le Traicté est sans doute le manuscrit le plus abouti que nous ayons de ce magistrat. Composé de soixante-quatorze folios, il semble avoir été rédigé en vue d’une éventuelle édition. En effet, la structure même de ce texte est particulièrement élaborée et, comme l’auteur le note dans la préface, il aborde un sujet qui « n’a point encor, que je sçaches, esté expliqué par aucun autheur ». Bigot de Monville entreprend un véritable travail de spécialiste sur la cour souveraine dans laquelle il officie au quotidien, dans le sens où il mobilise des sources, qu’il mentionne systématiquement, afin de donner corps à son exposé. Au cœur des enjeux de son époque, il y aborde, notamment, la problématique des préséances rouennaises avec une perspective de temps long. Et, parmi les multiples exemples qu'il présente, nombre d'entre eux montrent qu'anticiper les tensions ne suffit pas toujours. Ainsi, en 1618, la situation dégénère aux portes de la ville :

« En effet, ses deputés s’etant rendus le 16 janvier jour de l’entrée en robbe et en bonnet montés sur leurs mulles, à la porte de Saint Hilaire, ils trouverent quelques deputés de la Chambre des comptes sous la voutte »

Allant à l’encontre de tout ce qui était convenu au préalable, deux officiers d'une autre cour souveraine – la Chambre des comptes – cherchent à imposer leur présence entre les murs de la ville (prérogative théoriquement réservée à l'institution la plus prestigieuse). Les parlementaires s’apprêtent à les repousser, mais ils engagent un affrontement armé afin d’écarter les huissiers du Parlement. En découle un attroupement dans lequel des mulets sont blessés, avant que les membres de la Chambre – largement inférieurs en nombre – ne se décident à battre en retraite. Au lendemain de cette procession qui a failli tourner à l’émeute, le Parlement engage un harcèlement judiciaire à l’encontre des officiers des Comptes jugés responsables de cette situation. Sans trouver véritablement de débouché, cette rivalité ressurgit quatre ans plus tard puisque les officiers de la Chambre « ne laisserent pas echapper cette occasion d’etendre leurs pretentions » et cherchent, encore, à se placer au même niveau que le Parlement. Il faut attendre 1640 et l’intervention du chancelier de France, pour voir les prétentions de la Chambre des comptes s’éteindre durablement. 
Ce type de conflits enkystés et se prolongeant sur plusieurs décennies démontre à quel point il est prudent de prévoir un plan censé lever toute ambiguïté protocolaire. En prévoyant précisément et en amont la place de chacun, on cherche donc à anticiper et à se prémunir de ces tensions récurrentes et anciennes. La problématique des préséances se rencontre à tous les étages de la société d'Ancien Régime (confréries, corporations, bancs de l'église, etc.). Ce type de contentieux visent à imposer ses prérogatives et son rang par rapport aux autres. Dans les faits, les désordres rituels – et parfois violents – qui s'expriment alors forment un moyen paradoxale d'imposer un ordre. Faire respecter son rang social permet donc d'éviter que des conflits encore plus importants n'éclatent. Pour trancher ces tensions structurelles et trouver une issue, l'arbitre est le plus souvent l'autorité royale. En somme, seule la décision du roi permet de faire émerger une nouvelle jurisprudence, qui est elle-même contestée immédiatement ouvrant un nouveau cycle de rivalités.

Sources :
- BnF, Français 6392
- Bibliothèque municipale de RouenY 23, coll. Martainville
- Trésor de la Langue Française informatisé

Bibliographie :

- Fanny Cosandey, « Participer au cérémonial – De la construction des normes à l’incorporation dans les querelles de préséances », dans Trouver sa place – Individus et communautés dans l’Europe moderne, Madrid : Casa de Velázquez, 2011
- ID., Le rang – Préséances et hiérarchies dans la France d’Ancien Régime, Paris : Éditions Gallimard, 2016
- Isabelle Dasque (dir.), « Faire l’histoire des parlements d’Ancien Régime (XVIe-XVIIIe siècles) », Histoire, économie & société, 31e année, 2012
- Raphaël Fournier, « Les rangs et préséances comme objets de l’histoire constitutionnelle. Le cas de l’ancien régime », Droits, vol. 64, n° 2, 2016
- Caroline Le Mao, Parlement et parlementaires – Bordeaux au Grand Siècle, Paris : Champ Vallon, 2007
- Gaël Rideau, « La construction d’un ordre en marche : les processions à Orléans (XVIIe-XVIIIe siècles) » dans Ordonner et partager la ville (XVIIe-XIXe siècle), Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2011


Transcription de la première page du Traicté :

Præface

[1] Le subject que j'entreprens en ce volume n'a point encor, que je sçaches, esté expliqué 
par aucun autheur duquel les œuvres ayent esté donnez au public. [Bernard][1] de La Roche Flavin [2] 
a composé un livre intitulé des Parlemens de France, mais n’ayant vescu que dans les Parlemens
de Paris & Tholose il n’a rien dict des autres parlemens ou fort peu de chose. Me Guillaume
Terrien [3] dans son Traicté du droict civil de Normandie, a inseré un livre[4] divisé en 16 livres
en a faict un livre de la cour de Parlement, mais il n'a faict qu’esbaucher la matiere
& n’a parlé que des choses qui peuvent estre notoires à un advocat & non à l’interieur de
la compagnie dont [à peine avoit il][5] veu les registres & n[6] des arrests, mais non les registres
secrets [7] ny assisté aux deliberations. Les commentateurs de la Coustume de Normandie en
ont expliqué les articles, sans parler de ce qui concerne le Parlement[8] cette matiere.

[2]
Je traicteray donc en ce receuil de l’establissement de l’Eschiquier & Parlement de Normandie, 
de la creation & suppression des offices du Parlement, de la division & competence des chambres, 
des privileges & prerogatives de la compagnie & officiers d’icelle, des reglemens entre divers 
officiers dudict Parlement, des contentions[9] survenues entre le Parlement & les autres compagnies
& officiers, de la forme observée aux actions & ceremonies publiques & autres choses
semblables.


[1] Bigot de Monville écrit initialement « le sr ».
[2] Bernard de La Roche-Flavin (1552-1627). A d’abord été avocat au Parlement de Toulouse, conseiller à la sénéchaussée en 1574, magistrat au Parlement de Paris en 1582, puis président à la chambre des Requêtes du Parlement de Toulouse.
[3] Guillaume Terrien ( -1574). A été avocat, lieutenant commis du sénéchal et garde du temporel et aumône de l’archevêque de Rouen, puis procureur du roi au bailliage de Dieppe. La première édition de ses Commentaires du droit civil a été publiée à titre posthume. Deux autres éditions ont suivi en 1578, puis en 1654.
[4] Ces éléments sont rayés dans le document original.
[5] L’auteur écrit d’abord « il n’auroit pas ».
[6] L’esperluette est biffée dans le manuscrit.
[7] Registres qui offrent des transcriptions des délibérations ayant eu lieu à la Grand’Chambre ou lors de l’assemblée des chambres. L’ordre des actes et délibérations est rapporté de manière chronologique et l’écriture est contemporaine des événements. Toutefois, certains actes officiels qui y figurent sont rapportés entre le résumé de deux délibérations, laissant penser que chaque délibération pouvait être transcrite sur une feuille volante, avant d’être réécrite sur le registre (Mathieu Servanton, « Les registres du parlement de Bordeaux sous Louis XIII, présentation et enseignements », Histoire , Économie & société , 2012).
[8] Les termes sont rayés dans le document.
[9] L'auteur évoque ici, pudiquement, les conflits de préséance.

[ Modified: Saturday, 10 April 2021, 10:08 PM ]
 
Logo Baptiste Etienne - Paléographie
by Baptiste Etienne - Saturday, 21 November 2020, 11:59 AM
Anyone in the world

Plantons le décor de cette découverte hors du commun. En mars 1630, une fouille a lieu dans le village de la Cala, à une vingtaine de kilomètres de Tunis, près des ruines du site d’Utique. Nous sommes alors au cœur du territoire Maure, ce qui évoque à l’origine les populations berbères d’Afrique du Nord. À partir du VIIIe siècle, le terme désigne par extension les « musulmans » et, plus particulièrement, ceux vivant en Al-Andalus (péninsule Ibérique). Malgré la reconquête qui s’achève en 1492, on maintient l’usage pour faire référence aux populations du Maghreb durant l’ensemble de l’époque moderne, et ce, jusqu’au XIXe siècle.
Le chercheur à l’origine de l’annonce fabuleuse est Thomas d’Arcos, né en 1573 à La Ciotat (Provence). Il connaît bien le territoire qu’il explore puisqu’il a été capturé à Tunis et vendu comme esclave en 1628. Libéré deux ans plus tard, converti à l’islam, il reste au Maghreb et entretient de riches correspondances, d’où est extrait le document que nous étudions aujourd’hui.
À travers cette lettre, on s’aperçoit rapidement que la découverte est de taille ! À partir des quelques fossiles retrouvés, il est possible de considérer qu’il aurait une « grandeur desmezurée » de près de plus de 18 mètres de haut. Les unités de mesures utilisées sont alors la coudée, correspondant à deux palmes. Cette dernière est ancienne, utilisée par les bâtisseurs de cathédrales du Moyen Âge et encore en usage dans la marine du XVIIe et du XVIIIe siècle pour la mesure du bois de mâture. Égale à deux palmes, la coudée est aussi une mesure courante depuis l’Antiquité.

Vous pensez à de faux ossements ? Détrompez-vous puisque la lettre assure qu’il ne faudrait pas croire « que cecy soit fable ». Ainsi, selon l’auteur, rien ne remplace l’expérience humaine : « je vous asseure que je l’ay veu & touché ». Le problème majeur demeure que ces fossiles « sont en partie pourriz & partie entiers ». Néanmoins, le découvreur espère en conserver une partie qu’il souhaite « garder par curiosité », il est d’ailleurs aisé de les imaginer peuplant le cabinet privé des Aycard. Les membres de cette famille de marchands et de magistrats de Toulon sont à l’origine de l’expédition de Thomas d’Arcos, à la recherche d’inscriptions antiques. Ils entretiennent une correspondance pour laquelle nous avons conservé des traces de 1630 à 1637.
La preuve essentielle quant à ce géant repose sur une molaire, ce qu’affirme notre témoin oculaire : « j’ay veu & pesé une de ses dentz, & pese 2 livres & demye, qui sont 40 onces ». Par conséquent, celle-ci ferait plus d’un kilogramme, soit près de 100 fois plus qu’une molaire humaine moyenne.

"Dessein de la dent, qu'on disoit estre de ce gean apporté de Thunis"
"Dessein de la dent, qu'on disoit estre de ce gean apporté de Thunis"


Quelles hypothèses peut-on formuler à l’issue de cette découverte ?
Dans sa lettre, d’Arcos se fait le relais des réflexions de ses proches qui pensent que le géant daterait de « devant le deluge ». Considérant qu’ils « resvent », celui-ci méprise les mythes des habitants locaux qui osent nommer le géant à partir de « leurs livres antiques ». Et pour cause, nombre de représentations littéraires de l’époque, touchant à l’Afrique, considèrent encore qu’il s’agit d’un territoire peuplé de géants. Notre archéologue est peut-être également victime des légendes que peuvent véhiculer certains dictionnaires, comme celui de Daniel de Juigné qui considère que ce continent « produit encore aussi quelques monstres d’hommes ». En outre, l’auteur affirme que les habitants considèrent que cette découverte signifie « que les Chrestiens domineront bien tost la Barbarie ».
Je lui laisse cette dernière interprétation, mais je souhaite maintenant lever le voile sur cette découverte. La taille exceptionnelle du géant résulte probablement d’une erreur logique. Ainsi, il ne paraît pas surprenant d’obtenir des estimations farfelues, si on attribue des ossements d’un grand ruminant à un géant bipède. De plus, il faut garder à l’esprit trois éléments qui ont certainement retardés l’identification :
1) Au XVIIe siècle, on dispose de peu de points de comparaison pour les grands animaux du continent africain.
2) Dans ce cas, les fossiles sont en mauvais état de conservation, ce qui peut laisser libre court à une certaine imagination. Ainsi, en date du 24 juin, une autre lettre d’Arcos assure que « le reste de ses ossements sont touts tombés en poudre ». À noter que la présence d’un cours d’eau qui traverse la zone de fouille a pu accélérer cette destruction.
3) Dans un monde profondément chrétien, parmi les diverses mentions de géants, la référence aux nephilims de la Bible ne peut être ignorée. Ce peuple surnaturel, souvent traduit par « géants », se rencontre dans le passage de la Genèse, juste avant le déluge qui est justement cité comme élément de datation.


Dans ce cas, notre chercheur est confronté à divers biais de confirmation. Ainsi, ce biais cognitif vise à privilégier les informations qui corroborent son idée préconçue. Par conséquent, Thomas d’Arcos accorde mécaniquement moins de poids aux éléments qui jouent en défaveur de son hypothèse initiale.
Pourtant, certains auront reconnus que cette dent appartient manifestement à un herbivore. Il s’agit d’une molaire, probablement d’éléphant, voire de mammouth, qui peuvent peser jusqu’à 2,5 kilogrammes. Contrairement à une idée reçue, ces éléphantidés ne vivaient pas uniquement dans les espaces froids. Ainsi, il existe une variété africaine du Pliocène, dont des fossiles – datant d’environ 4,8 millions d’années – ont été retrouvés au Tchad, en Libye, au Maroc ou encore en Tunisie. Toujours est-il que cette dent a été comparée à celle de restes d’éléphants après son envoi en métropole. La ressemblance a alors été jugée comme frappante et probante. Et pour cause, dès l’époque, le correspondant de Thomas d’Arcos est parvenu à déterminer qu’il s’agit bien d’un éléphant de savane, proche de l’éléphant d’Afrique moderne et aujourd’hui éteint, le Loxodonta africanava. Avec cette dent fossilisée de grande taille, l’option du L. africanava du Pléistocène ne peut être formellement exclue puisque ces conclusions se basent sur des comparaisons établies à partir du croquis ci-dessus.

En l’espace de quelques semaines, la découverte sensationnelle du géant s’est donc dégonflée, au profit d’une hypothèse qui correspond à des éléments connus de la science de l’époque. On comprend sans mal l’emballement du chercheur de 1630 confronté à des fossiles très dégradés et manifestement nouveaux pour lui. Cette affaire n’est pas sans rappeler celle du prétendu géant du Dauphiné au début du règne de Louis XIII. Pierre Mazuyer, un chirurgien local, exploite la découverte en 1613 d’ossements de près de 2 mètres de longs qu’il fait passer pour ceux de Theutobochus, un roi teuton qui a été fait prisonnier par le général romain Caius Marius en 102 av. J.-C. L’affaire a tellement fait parler d’elle, que les fossiles sont présentés à la cour du jeune roi, avant que la supercherie ne soit révélée après 1618... 


Sources :
- BnF, Dupuy 488, Mélanges historiques, f° 170 et 171
- D. de Juigné Broissinière, Dictionnaire théologique, historique, poétique, cosmographique et chronologique, 6e édition, Lyon : P. André, 1658
- A. L. Millin, Magasin encyclopédique ou journal des sciences, des lettres et des arts, vol. 5, Paris : Imprimerie de Delance, 1806

Références :
- P. Barthélémy, « Teutobochus, le géant qui n'en était pas un », dans Le Monde, "Passeur de sciences", le 12 janvier 2013
- R. Goulbourne, « Comédie et altérité : l'Afrique et les Africains dans le théâtre comique du XVIIe siècle », dans L'Afrique au XVIIe siècle : Mythes et réalités, Tübingen : Gunter Narr Verlag, 2003, p. 293-308
- M. Kölbl-Ebert (dir.), Geology and Religion - A History of Harmony and Hostility, n° 310, Londres : The Geological Society, 2009
- C. Lemardelé, « Une gigantomachie dans la Genèse ? Géants et héros dans les textes bibliques compilés », Varia, Revue de l'histoire des religions, 2010, p. 155-174
- F. Mora, « Le mythe des géants et la "renaissance" du XIIe siècle », dans La mythologie de l'antiquité à la modernité, Rennes : PUR, 2009, p. 143-155
- M. Patou-Mathis, Histoires de mammouth, Librairie Arthème Fayard, 2015
- L.V. Thomas, « Temps, Mythe et Histoire en Afrique de l'Ouest », Présence Africaine, n° XXXIX, vol. 4, 1961, p. 12-58
- J. Tolbert, « Ambiguity and Conversion in the Correspondence of Nicolas-Claude Fabri de Peiresc and Thomas d'Arcos (1630-1637) », Journal of Early Modern History, n° 13, 2009 


[ Modified: Saturday, 13 March 2021, 11:03 PM ]
 
Logo Baptiste Etienne - Paléographie
by Baptiste Etienne - Saturday, 21 November 2020, 11:51 AM
Anyone in the world

À l'heure du Covid-19 et de cette pandémie qui a débuté à la fin de l'année 2019 en Chine et dont le virus a été identifié le 9 janvier dernier, il paraît évident d'évoquer une autre maladie qui a fortement marqué les esprits en raison de son extrême contagiosité et de sa mortalité hors norme : la peste.
Toutefois, s'il s'agit d'un sujet d'actualité, une comparaison est impossible tant notre société est différente de celle de l’Ancien Régime, ne serait-ce qu’en matière de prophylaxie. Ainsi, de 1619 à 1668, une ville telle que Rouen connaît trois grandes vagues de pestes. Mon analyse de ce sujet repose en grande partie sur de riches échanges que j’ai eu avec le docteur Daniel Christmann, du service des maladies infectieuses du CHU de Strasbourg.

D'année en année et de vague en vague, trois paroisses sont systématiquement l'épicentre de l'épidémie : Saint-Maclou, Saint-Vivien et Saint-Nicaise. Celles-ci regroupent nombre d'artisans et de métiers du drap et sont parmi les plus étendues. Elles occupent 38 % de l'espace de la ville intra-muros et regroupent – à elles seules – près de la moitié de la population rouennaise. Au total, dans la cité, la pestilence aurait provoqué près de 14 500 décès en l’espace d’un demi-siècle.

Répartition mensuelle des entrées à l’Hôtel-Dieu (1637)
Répartition mensuelle des entrées à l’Hôtel-Dieu (1637)

Comme en témoigne ce graphique des admissions à l’Hôtel-Dieu durant l’année 1637, la saison chaude et un hiver doux semblent propices au développement de l'épidémie. Sur l’ensemble des vagues, les registres du temple confirment la tendance. La peste frappe essentiellement de juin à décembre, avec un total de 723 cas pour seulement 136 pour les mois de janvier à mai.
La transmission de la peste se fait par la promiscuité. Ainsi, une famille d’artisans, les Gueroult, perd une dizaine de membres. Frère, neveu, nièce, belle-sœur, la famille du curé de Notre-Dame-de-La-Ronde subit, elle aussi, directement la peste en 1623 et en 1624. La transmission s’observe d’habitation en habitation, comme le souligne un prêtre en 1638 : « en l'espace de 8 jours, il y eust plus de 8 maisons proches de l'un & de l'autre saisies ». Enfin, même si ces mentions demeurent rares, on observe la présence de bubons, aussi appelés « charbons », notamment lorsque le prêtre Philippe Josse affirme en 1624 que « le bruict estoit commun qu'il y avoit sur luy plus de 16 à 17 charbons, il en a esté preservé au despens de sa bourse et de l'assistence des Peres de la Mort, chirurgiens et medecins ». L'ensemble de ces éléments confirme le caractère épidémique, avec phases de rémissions et de réapparitions ponctuelles. La présence de bubons suggère une peste de type bubonique qui possède la faculté de « s'éteindre » durant plusieurs années avant de réapparaître brutalement.

Cette forme clinique la plus fréquente se caractérise, après un temps d’incubation de quelques jours, par un syndrome infectieux très sévère (forte fièvre, atteinte profonde de l’état général), accompagné d’une hypertrophie du ganglion lymphatique (bubon) drainant le territoire où la piqûre de puce a transmis la maladie. Il est donc intéressant de détailler les différentes catégories de victimes : 42,5 % ont moins de 10 ans et un quart sont âgées de plus de 50 ans ; dans environ 70 % des cas, il s'agit donc de personnes que l'on peut considérer comme vulnérables. Jusqu'à 5 ans, les fillettes sont le plus largement frappées, mais la tendance s'inverse à mesure qu’elles grandissent. On peut supposer que les garçons sont alors plus livrés à eux-mêmes en occupant l'espace public. Ils se trouvent donc plus régulièrement en contact avec les détritus et les déchets qui jonchent les rues d'une ville insalubre telle que Rouen au milieu du XVIIe siècle.

Victimologie de la peste (1620-1640), d'après P. Josse
Victimologie de la peste (1620-1640), d'après P. Josse

Par ailleurs, l’écrit privé du religieux Philippe Josse permet d'établir un tableau clinique précis, même si, tout au long de son  Journal, il n'évoque dans le détail que 224 personnes touchées par la peste. Le plus souvent, ces mentions se limitent à son entourage, et cela ne constitue qu'une part infime des victimes. Au sein de cet effectif réduit, le temps d'incubation est en moyenne de 4 à 5 jours et les victimes ont tendance à décéder rapidement ou au huitième jour. Cette observation rejoint celles de Fleur Beauvieux durant l’épidémie marseillaise de 1720. Ces épidémies interviennent alors que les Rouennais sont dans une situation de précarité en raison de la cherté et des augmentations d'impôts qui touchent essentiellement les plus démunis. Toutefois, un éventuel lien de causalité est à relativiser.

Ainsi, la peste touche à la fois les riches et les pauvres, sans distinction. Tout être humain peut se trouver en contact avec la puce et donc le bacille responsable de la maladie. Souvent, en début d'épidémie et comme dans le cas marseillais, la peste surprend. Ce n'est que dans un second temps que les écarts se creusent en raison de réactions socialement différenciées. Au plus fort de la crise, dans les années 1620, pour ceux qui restent dans la ville, il faut garder à l’esprit que le taux maximum de survie n’excède jamais les 30 %. Même si cette dernière donnée repose sur de faibles populations de malades, on peut donc estimer qu’en moyenne, après infection, les hommes de cette époque ont 85 % de risques de décéder.

«

La contagion avoit rendu la ville de Rouen presque deserte, les Anciens l'avoient abandonnée, et s'en estoient fuis dans leurs maisons des champs. Ce danger extreme ne nous avoit pas donner de frayeur au prejudice de nostre devoir, nous y estions demeurez pour rendre la justice et donner les ordres au peril de nos. vies ».

Comme le montre cette remontrance, les élites – et en particulier les parlementaires normands – sont en mesure de se prémunir de l’épidémie. Pour ce faire, ils peuvent mettre en place des mesures d’hygiène, telle l’aspersion de vinaigre dont l’odeur fait fuir les rats. Toutefois, le plus souvent, cédant à une rhétorique de la peur, les hommes du temps privilégient l’adage antique : « pars vite et loin, et reviens tard » (Cito, longe fugeas, tarde redeas).

Sources
- BM Rouen, Ms M 41, Journal, par Philippe Josse
- BnF, F FR 18939, « Très humbles remonstrances du Parlement de Normandie au Semestre de Septembre, au Roy et à la Reine regente », f° 6
- AD S-M, H dépôt 1F19, Hôtel-Dieu,« Registre des maladies contagieuses (1637) »
- Pieter Brueghel l'Ancien,« Le Triomphe de la Mort », huile sur toile, v. 1562, Museo del Prado

Bibliographie
- Frédérique Audoin-Rouzeau, « L’apport des données historiques (VIe-XXesiècles) », dans Les chemins de la peste – Le rat, la puce et l’homme,  Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2003, p. 203-277
- Fleur Beauvieux, « Épidémie, pouvoir municipal et transformation de l’espace urbain : la peste de 1720-1722 à Marseille », Rives méditerranéennes, vol. 42, n° vol. 42, n° 2, 2012, p. 29-50
- ID., « Justice et répression de la criminalité en temps de peste – L’exemple de l’épidémie marseillaise de 1720-1722 »,  Criminocorpus, Varia, 2014 (https://journals.openedition.org/criminocorpus/2857)
- Madeleine Foisil, La révolte des Nu-pieds et les révoltes normandes de 1639, Paris : Presses Universitaires de France, 1970, p. 117-131
- Virginie Lemonnier-Lesage, « La mobilisation du Parlement et de la municipalité de Rouen face aux épidémies de peste (XVIe-XVIIe siècle) », dans Les parlements et la vie de la cité (XVIe-XVIIIe siècle), Rouen : Publications de l’Université de Rouen, 2004, p. 23-33
- Nicolas Roudet, « Pars vite, loin, et reviens tard », dans Médecine et rhétorique à la Renaissance – Le cas du traité de peste en langue vernaculaire, Paris : Classiques Garnier, 2017
- François-Olivier Touati, « Un mal qui répand la terreur ? – Espace urbain, maladie et épidémies au Moyen Âge », Histoire urbaine, n° 2, 2000, p. 9-38
- Jean Vitaux, Histoire de la Peste, Paris : Presses Universitaires de France, 2010, p. 131-187

[ Modified: Saturday, 13 March 2021, 11:07 PM ]
 
Anyone in the world

« Il y a eu grandes challeurs, durant le mois
de may et de juin, de sorte que les biens de la terre
ont esté fort secs, mais le mois de juillet n'a esté
que pluyes continuelles, foudres et tonnerre qui ont
causé beaucoup de mal aux biens de la terre.

Le 12 de juillet, le tonnerre tomba sur les neuf
 de matin sur Nostre Dame. L'on vu un feu voltiger
dans les galeries de La Lanterne et sortit par
un trou, sans faire aucun mal, sinon de la fumée
et le lendemain il fut arresté au chapitre que,
l'advenir, quand on entendroit le tonnere, l'on
sonneroit les cloches, quand bien mesme il seroit
nuict.
»

Au début du mois, un post sur les réseaux sociaux a attiré mon attention sur la foudre globulaire ou foudre en boule que j'avais rencontré dans un manuscrit. Le phénomène décrit et celui de la vidéo semblent les mêmes, toutefois, ce dernier est attesté comme un faux par les chercheurs.
Le texte date de 1642, nous ne sommes donc pas loin de la plus ancienne mention à ce sujet. Ainsi, en 1638, une “impressionnante boule de feu” a traversé la fenêtre d'une église située en Angleterre. Dans le cas normand que je présente ici, c'est encore un lieu de culte qui est frappé probablement en raison de sa hauteur exceptionnelle dans une ville de l’époque moderne. Notre-Dame est la cathédrale, dont les galeries de La Lanterne, font référence à la tour située à la croisée du transept.

Comme l'indique le prêtre Philippe Josse ( -v.1650), l’auteur de ce manuscrit, la mention du chapitre cathédral montre qu'elle est desservie par une cinquantaine de chanoines. Ceux-ci sont des clercs réguliers, suivant des règles de vie et qui sont tenus à la récitation de l'office au chœur. Au milieu du XVIIe siècle, ils ne vivent plus en commun, mais dans le monde. Ainsi, selon Charles Herembert, dans une description de la Normandie, ces chanoines “psalmodient incessamment et chantent jour et nuict les louanges du tout puissant”.

Les scientifiques parviennent, désormais, à créer ces boules de feu en laboratoire. La luminosité peut être très forte ou au contraire de basse intensité, alors que la température peut atteindre les 1 700 °C. Toutefois, les phénomènes semblent différents par bien des aspects, il nous reste donc encore énormément à découvrir à ce sujet, popularisé par Hergé, dans l’album de Tintin, Les 7 boules de cristal, publié en 1948.

Hergé
Couverture de l'album de Tintin, "Les 7 boules de cristal"


Sources :
Bibl. Caen-la-Mer, in-8238, Singularités de la province de Normandie, par Charles Herembert, f° 110
- BM Rouen, Ms M 41, Journal, par Philippe Josse, f° 104
- Olivier Dessibourg, “La foudre en boule révélée par un coup de chance”, Le Temps, 2015 (lien)
- M.G., “Foudre en boule : elle a pu être reproduite pendant une demi-seconde !”, Science & Vie, 2013 (lien)
- Kristiane Lemé, « Les Chanoines de la Cathédrale de Rouen au XVe siècle », dans Les stalles de la cathédrale de Rouen, 2003, p. 19-32
- Christina Nunez, “Foudre globulaire : un phénomène aussi dangereux que mystérieux”, National Geographic, 6 mars 2019 (lien)

-

, Bénéfice du Doute, n° 19


[ Modified: Friday, 30 July 2021, 10:23 AM ]
 
Anyone in the world

« Question de Mariage
Arrest du 14e janvier 1616, donné pour le sieur Gargueselle contre les nommés Malherbe. Plaidans Aleaume, Du Theil et d'Ambry.

Ledict de Gargueseilles avoit longtemps entretenu une femme, fille d'un paysan, qu'on disoit estre publique, et d'icelle avoit eu 10 à 12 enfans, et desirant l'espouser pour legitimer lesdicts enfans. Les parens l'avoient empesché pour deux raisons : l'une pour l'inégalité et prodigalité dudict Garsailles, l'autre pour ce que ladicte femme estoit tombée en demence.  »

La procédure qui nous intéresse aujourd’hui est riche et complexe. Afin de fixer le décor en deux mots : un couple vit en concubinage durant une bonne dizaine d’années. Ce couple illégitime est parfaitement toléré par la famille jusqu’à la demande en mariage.
Les parents multiplient alors les accusations et tentent de s’opposer autant que possible aux épousailles. Portée en justice, ce sont les médecins qui tranchent dans cette affaire de mœurs.

Acquis en 1895 par les Archives Départementales de Seine-Maritime, ce manuscrit composé de 216 folios - sans compter les annexes et l’index - n’a attiré l’attention des historiens qu’à la marge. Issu d’un Recueil d’arrêts du Parlement, ce document renvoie à une tradition apparue à la fin du Moyen Âge. D’une écriture fluide, on peut envisager une étude d’ensemble ou de cas, comme en témoigne cette affaire croustillante et d’un intérêt juridique certain.

Plus riche et dense qu’un aride registre du Parlement, cette oeuvre permet de cerner l’outillage juridique de l’époque moderne. Intitulée “question de mariage”, l’affaire touche directement les pratiques privées du XVIIe siècle. Ainsi, le Parlement de Normandie doit trancher quant à une procédure de contestation de mariage. Les parents d’un homme s’opposent à la publication de bancs de l’union envisagée avec une fille de paysan. Le fait de porter une affaire en justice n’a rien d’inhabituel.
Depuis 1556, les parlements de France et l’État s’emparent de la question sociale du mariage en prononçant l’illégalité des mariages secrets, c’est-à-dire les mariages contractés par un couple, et ce, sans le consentement parental. La même année, paraît un autre édit qui vise un “grave et détestable” crime de femme : la grossesse et l’enfantement clandestin. De plus, entre 1556 et 1639, une série d’édits se consacrent à la notion de consentement parental, à la publicité du mariage et introduit des sanctions contre les contrevenants.
À travers les affaires portées au Parlement, on peut constater de manière sensible de quelle manière l’État tente de gouverner la vie des individus et, en particulier, celles de femmes. Cette affaire rouennaise, montre à quel point le droit ecclésiastique s’oppose à la loi civile. Les tribunaux religieux tendent à considérer que le consentement du couple prime sur la célébration officielle.

Dans le cas qui nous intéresse ici, les jeunes gens ont vécu “longtemps” en concubinage avec une cohabitation librement choisie et la naissance d’enfants illégitimes. Ces pratiques sont tolérées et les fiançailles sur le tard possibles. Toutefois, l’affaire prend une autre dimension, dès lors que le mariage est réclamé. En d’autres termes, les déviances sexuelles sont acceptées socialement, du moment qu’elles restent dans la sphère privée et n’atteignent pas irrémédiablement l’honneur familial. À tel point que l’époux, “tant qu’il n’avoit parlé d’espouser cette femme”, “avoit esté estimé très sage et bon mesnager par ses parens”. Or, la procédure judiciaire engagée est grave et de conséquences.
Si le mariage est invalidé, l’époux risque une peine d’incarcération assez courte, alors que la jeune femme peut être condamnée à dix ou quinze ans d’enfermement, voire à une peine de réclusion à vie dans un couvent. Afin de mettre toutes les chances de leur côté, les parents accusent l’époux de dépenses excessives et de vie dissolue. On jète également l’opprobre sur la jeune femme que l’on juge “impudique” et “qu’on disoit estre publique”, ce qui revient à une accusation de prostitution.

Du côté des juges, les références antiques fusent pour démontrer que les enfants issus d’un couple “lubrique” et d’une “putain” ne peuvent être que “poltrons et pusillanimes”. Afin de prolonger l’analyse, d’autres magistrats considèrent que l’argument est valide puisque les Gaulois “estoient vaillans pour l’honnesteté et chasteté de leurs peres ès mariage”. L’affaire semble mal engagée d’un point de vue juridique, mais c’est sans compter sur l’intervention des médecins.
Selon Sophie Astier, Les Experts et autres fictions nous ont habitués à considérer l’expertise médico-légale comme un point central de toute enquête policière. Or, cette intervention des scientifiques dans le champ du droit est apparue progressivement dans les procédures et ce n’est pas un fait nouveau.
S’il faut attendre le siècle des Lumières pour que la médecine légale se constitue véritablement en tant que science, dans cette affaire de 1616, ce sont bien les médecins qui emportent le jugement :

"... or, les medecins assurent qu'une femme furieuse ne peut concevoir. La Cour a permis audict de Garsailles et à ladicte femme celebrer ledict mariage..."
"... or, les medecins assurent qu'une femme furieuse ne peut concevoir. La Cour a permis audict de Garsailles et à ladicte femme celebrer ledict mariage..."


Les scientifiques répondent à un enchaînement de questions posées par le procureur général. Suivez la réflexion intellectuelle :
1) le consentement au mariage a-t-il eu lieu avant ou après que la femme soit devenue folle ?
2) si elle était déjà folle, un nouveau consentement est-il nécessaire ?
3) il n’y a pas de preuve de la folie de cette femme, ce point est donc discuté en droit.
4) intervention des médecins qui assurent que la femme ne peut être folle dans le cas présent puisqu’elle “avoit eu un enfant depuis peu”.
Le lien entre enfantement et folie est ancien. Les médecins du XVIIe siècle repèrent dans l’Antiquité les premières descriptions de femmes “furieuses” et la psychanalyse trouve dans certains mythes l’origine d’une ambivalence ancestrale de la maternité. La science médicale fait alors largement référence aux médecins grecs (Hippocrate, Galien), latins (Soranos d’Ephese) et médiévaux (Avicenne) que l’on interprète. Encore au XVIIe siècle, la théorie dominante est celle d’une approche humorale de la maladie. Toutefois, si les déséquilibres des humeurs sont scrutés avec attention, on ne peut réduire la médecine de l’époque moderne au seul héritage.
La distinction entre l’esprit de la mère et de la femme repose donc sur la perception de l’accouchement et de l’allaitement, comme des phénomènes étranges. Pour la médecine des humeurs, la circulation et l’évacuation des fluides sont considérés comme nécessaires à la santé des hommes et des femmes. Par la maternité, de fait, on considère que la mère régule ses humeurs et ne peut être atteinte de folie.

Finalement, ce dernier élément emporte les voix d’une majorité de magistrats qui accordent le mariage et permet la légitimation des enfants issus de la relation illégitime entre les deux jeunes gens qui échappent à toute condamnation. De plus, l’affaire dépasse le cadre du couple et est importante pour l’ensemble de la famille puisque les “10 à 12 enfants” peuvent, une fois reconnus, prétendre à l’héritage. Enfin, avec ce cas spécifique, on devine parfaitement le conflit d’intérêt des parents que soulève Jacques Poërier en commentant cet arrêt du Parlement.
Issu d’une famille de la Manche, fils d’un contrôleur des Aides de Valognes, ayant commencé sa carrière en dehors du Parlement, ce président à mortier montre une réelle volonté de transmission de ses connaissances juridiques à sa descendance. Par cette démarche, le magistrat se fait arrestographe et ne se limite pas à de simples copies d’arrêts de la cour de souveraine dans laquelle il officie au quotidien. Il les adapte, il trie, il fait des choix et donne son avis juridique dans un écrit, strictement personnel qui n’a pas vocation à être publié. En somme, Jacques Poërier ne retient pas cet arrêt par voyeurisme mais pour sa valeur d’apprentissage.


Références :
- AD S-M, 28 F 62, « Recueil d’arrests donnés au Parlement de Normandie », par Jacques Poërier d’Amfreville, f° 41 et 42

- Francesca Arena, « La folie des mères », Rives méditerranéennes, Varia, 15 juin 2009 (http://journals.openedition.org/rives/2713)
- Sophie Astier, “Sherlock médecin : petite histoire de la médecine légale à l’époque moderne”, 6 mars 2015 (https://tresoramu.hypotheses.org/167)
- Fayçal El Ghoul, « Enfermer et interdire les fous à Paris au XVIIIe siècle : une forme d’exclusion ? », Cahiers de la Méditerranée, n° 69, 2004 (http://journals.openedition.org/cdlm/796)
- Bruno Lemesle (dir.), La Preuve en justice de l'Antiquité à nos jours, Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2003 (https://books.openedition.org/pur/15825)
- Hélène Ménard et Marc Renneville, « Folie et justice, de l’Antiquité à l’époque contemporaine », Criminocorpus, 5 février 2016 (http://journals.openedition.org/criminocorpus/3144)
- Alessandro Pastore, « Médecine et droit, compétition ou collaboration ? », Histoire, médecine et santé, n° 11, 2017 (http://journals.openedition.org/hms/1077)
- Diane Roussel, « La description des violences féminines dans les archives criminelles au XVIe siècle », Tracés. Revue de Sciences humaines,n° 19, 2010 (http://journals.openedition.org/traces/4892)


[ Modified: Saturday, 13 March 2021, 11:09 PM ]
 
Logo Baptiste Etienne - Paléographie
by Baptiste Etienne - Saturday, 21 November 2020, 11:11 AM
Anyone in the world

Dans la lignée de mon dernier article intitulé « Des pauvres dans la ville? » (ici), je vais me concentrer sur la grande précarité. Celle-ci se rencontre dans les archives rouennaises sous divers vocables qui se précisent progressivement durant l’époque moderne.
Or, cette population flottante est – par nature – complexe à définir. Toutefois, dès le XVIe siècle, le vagabond commence peu à peu à désigner le sans domicile fixe ; il devient la personne qui manque de travail et donc de ressources. De fait, dans ce cas, émerge la différence de degré et non de nature entre pauvres et mendiants ; ils appartiennent au monde de la précarité et sont placés dans une situation de dépendance et d’exclusion.


Par ailleurs, on ne trouve que 281 personnes identifiées formellement comme pauvres parmi les 48 000 Rouennais repérés pour le milieu du XVIIe siècle, ce qui est parfaitement résiduel. Les registres paroissiaux ne sont donc pas une source suffisamment précise à ce sujet et il convient de se pencher sur d’autres archives, à l’image des lieux d’assistance.
Ainsi, à Rouen, Guillaume de La Mare, âgé de 27 ans en 1637, entre à l’Hôtel-Dieu et déclare « avoir couru le pays jusque à cette nuit ». Il annonce avoir passé sa dernière nuit « soubz la porte Bouvreul » au nord de la ville. D’autres font le choix d’une grange à la campagne, des quais et plus régulièrement des églises. Ils sont nombreux à passer « quantité de nuits » à l’ombre des lieux de cultes, comme en témoigne le cas d’un « pauvre garçon » nommé Gille Leterreux. Celui-ci décède finalement à l’Hôtel-Dieu, à l’âge de 18 ans.

Répartition des pauvres de l’Hôtel-Dieu de Rouen (1637)
Répartition des pauvres de l’Hôtel-Dieu de Rouen (1637)

Vêtus de nippes et souvent inconnus des curés, ils sont retrouvés morts « sur le pavé », dans les fossés ou près des remparts, voire à proximité de lieux de cultes de la capitale normande. Or, le monde hétéroclite des pauvres ne peut se réduire à cette minorité des plus exclus et doit intégrer en son sein tous ceux qui se trouvent menacés d’indigence. Ces personnes vulnérables sont, pour l’essentiel, victimes de la conjoncture. Indéniablement, une géographie urbaine de la pauvreté et de la grande précarité se dégage.

Présente partout dans la ville, nul ne peut les ignorer. Toutefois, cette population spécifique a des espaces privilégiés. Si les pauvres se réfugient aux portes ou à proximité des remparts, c’est probablement que les contrôles aux entrées régulent l’accès à la ville. Une fois à l’intérieur, le choix du Vieux Marché de Rouen est stratégique, puisqu’on y vend quotidiennement des denrées alimentaires : charcuterie, poissons, céréales, etc. Ils peuvent donc espérer y glaner quelques restes. Les lieux de cultes permettent un accès direct aux croyants, qui sont susceptibles d’actions charitables, encore marquées par l’image du pauvre comme reflet de la puissance divine. Issue du Moyen Âge, c’est de cette vision du pauvre renvoyant à Jésus-Christ dont témoigne le tableau de Pieter Brueghel l’Ancien.

On y rencontre cinq mendiants, culs-de-jattes et estropiés qui se traînent à même le pavé sur leurs béquilles bancales dans la cour ensoleillée d'un hôpital de briques rouges. Ces pauvres invalides, en quête d’aumône qu’ils peuvent espérer dans divers lieux de la ville, suscitent la compassion du peintre puisque l’on rencontre une inscription flamande, au dos du tableau, qui proclame : " Courage, estropiés, salut, que vos affaires s'améliorent".

Sources :
- Pieter Brueghel l’Ancien,  Les mendiants, huile sur toile, 18 cmx21 cm, Musée du Louvre, 1568
- AD S-M, H dépôt 1 F 19, Hôtel-Dieu , « Registre des maladies contagieuses  (1637) »

Bibliographie :
- Roger Chartier, « Pauvreté et assistance dans la France moderne : l’exemple de la généralité de Lyon »,  Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, vol. 28, n° vol. 28, n° 2, 1973, p. 572-582 ( en ligne)

- Antony Kitts, « Mendicité, vagabondage et contrôle social du Moyen Âge au XIXe siècle : état des recherches »,  Revue d’histoire de la protection sociale,n° 1, 2008, p. 37-56 ( en ligne)
- Véronique Meyer, « La représentation de la souffrance sociale dans la gravure parisienne (1635-1660) », dans  Histoires de la souffrance sociale (XVIIe-XXe), Rennes : Presses Universitaires de Rennes, p. 19-31 ( en ligne)
- Michel Mollat,  Les pauvres au Moyen Âge – Étude sociale, Paris : Hachette, 1978
- Emmanuel Thévenet, « La pauvreté en Poitou sous l’Ancien Régime vue à travers le prisme de l’hôpital général de Poitiers », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest,  vol. 113, n° 4, 2006, p. 159-182 (en ligne)

[ Modified: Saturday, 13 March 2021, 11:09 PM ]
 
Anyone in the world

Longtemps considérés comme disparus, les Mémoires de la famille de Jean Le Boindre (1620-1693) ont, récemment, été (re)découverts et offrent des perspectives exceptionnelles. Prototype du magistrat, l’auteur est ici un avocat de formation, reçu à la troisième chambre des Enquête du Parlement de Paris en 1645.


Son écrit privé se compose de deux parties bien distinctes. Les deux premiers tiers comportent une « genealogie des Le Boindre et leurs alliances ». Celle-ci a pour but de démontrer l’ancienneté de la famille depuis le fondateur, Nicolas, dont il assure que la filiation remonte au XVe siècle. Il entrecoupe cette démarche par une succession d’inventaires de “pièces et écritures” qui répertorient les possessions familiales. Renforçant son statut, il considère que les biens et les seigneuries « sont l’ame des maisons de campagne ». Ainsi, les fiefs « en conservent le non et celuy de leurs auteurs », de même, ils « rendent leur sejour agreable, par cet ombre d’empire et d’autorité », en permettant de vivre noblement.
Son Testamentqui occupe le dernier tiers de l’ouvrage, s’adresse à ses enfants. Dans cet écrit d’une grande sensibilité, il revient sur sa carrière et sa manière de voir le monde. Et c’est bien le sang qui est au cœur des enjeux politiques et familiaux pour ce magistrat parisien, originaire du Maine, comme en témoigne sa position sur la noblesse :

«

Ainsi, (mes enfans), l’honneur et les veritables marques de la noblesse du sang qui consiste dans unne longue suitte d’ayeuls de merite et de vertu ne manquoint point à vostre famille, elle en estoit en possession depuis trois siecles »

Selon Jean Le Boindre, « le sang » constitue un élément structurant. Ce même sang qui, pour conserver sa valeur, ne doit pas se mêler à un autre moins glorieux et permet de cumuler les vertus des membres du même lignage. Ce principe de distinction renvoie à l’ancrage dans des lignées. L’idée de race se trouve, ici, soulignée par la qualité irréfutable attachée au caractère quasi biologique. À l’image de ce texte, l’importance accordée aux liens familiaux touche l’ensemble de la noblesse, d’épée comme de robe.
En insistant sur le sang bleu, il s’agit pour ce magistrat de souligner l’antiquité de la noblesse héréditaire. Servant historiquement le roi sur les champs de bataille, en versant le sang, il convient que les nobles demeurent exemptés d’impôts, et ce, même si nombre d’entre eux n’ont pas vu une épée depuis longtemps. De plus, en versant l’impôt du sang, les nobles estiment pouvoir incarner une forme de contre-pouvoir face à la domination d’un gouvernement qu’ils jugent gangrené par les roturiers.
Les mérites et la vertu que Jean Le Boindre attache à ses ancêtres sont également un moyen pour ce juge de se positionner vis-à-vis de ses confrères parisiens. N’appartenant pas à une illustre famille de membres du Parlement, il n’est pas davantage en mesure de se prévaloir d’une immense assise financière. En insistant sur l’honneur et la droiture auprès de ses enfants, il se sert de ses ancêtres pour asseoir sa propre carrière.
Engagé dans la Fronde parisienne de 1648 à 1652, Jean Le Boindre considère que cette prise de position politique le rapproche des autres grands parlementaires, tels que Pierre Broussel (1575-1654) ou René de Longueil (1596-1677), son parent. Vaste mouvement de révolte des élites, la Fronde lui offre donc l’occasion de faire valoir ses propres mérites... comme un palliatif de la fortune et de la notoriété. De fait, son regard est original à bien des égards. Il incarne l’esprit de la Fronde parlementaire qui touche tout le royaume de France.

Arbre généalogique

Généalogie insérée au début de l'ouvrage


Bibliographie :
- Jean-Marie Constant, Nobles et paysans en Beauce aux XVIe et XVIIe siècles, thèse en histoire, université de Lille III, 1981
- ID., 
« Terre et pouvoir : la noblesse et le sol », dans La terre à l’époque moderne, Paris : Association des historiens modernistes des Universités, 1983
- Robert Descimon, « Le conseiller Jean Le Boindre (1620-1693) : un destin de vaincu », dans Débats du Parlement de Paris pendant la minorité de Louis XIV, vol. 1, Paris : Librairie Honoré Champion, 1997
- Alain Devyver, Le sang épuré. Le préjugés de race chez les gentilshommes français de l’Ancien Régime (1560-1720), thèse de doctorat, Bruxelles, 1973
- Arlette Jouanna, L’idée de race en France au XVIe et au début du XVIIe siècle (1498-1614), thèse de doctorat, Université de Lille, 1976
- Ellery Schalk, From valor to pedigree – Ideas of nobility in France in the sixteenth and seventeenth centuries, Princeton : Princeton University Press, 1986
- Isabelle Storez-Brancourt, « Introduction », dans Débats du Parlement de Paris pendant la minorité de Louis XIV, vol. 2, Paris : Librairie Honoré Champion, 2002

[ Modified: Saturday, 13 March 2021, 11:10 PM ]
 
Logo Baptiste Etienne - Paléographie
by Baptiste Etienne - Saturday, 21 November 2020, 11:02 AM
Anyone in the world

Ceux qui lisent régulièrement mes articles savent que le monde de la grande précarité dans la capitale normande me tient particulièrement à cœur. J’ai déjà pu aborder l’évolution de la notion de pauvreté du XIVe au XVIIIe siècle (ici) ou l’établissement de l’Hôtel-Dieu de La Madeleine (ici). Ces figures sociales font l’objet de peu de représentations visuelles, comme dans l’œuvre de William Hogarth (1731). À travers une véritable fable satyrique, l’artiste fait du monde des pauvres un magma informe débauché et oisif où ils se vautrent dans la luxure et le vice.

Si le monde des marges est souvent perçu comme celui des masses et de l’anonymat, le registre de l’Hôtel-Dieu, « contenant les noms et surnoms des personnes malades de contagion », offre des perspectives pour l’année 1637. Cette source recense 3 513 malades, dont près de 45 % décèdent à La Madeleine de Rouen, quand d’autres reviennent au moins une fois bénéficier de soins.
Ces entrants sont - pour la plupart - des pauvres. Ce registre permet donc de se faire une idée précise de leur répartition au travers de l’espace urbain. Comme dans le cas lyonnais, l’essentiel des hospitalisés est issu de la ville ou de son bassin démographique. Ainsi, en excluant ceux qui reviennent à une ou deux reprises dans l’année, seuls 431 viennent des faubourgs ou sont des horsains (donc issus d'une paroisse en dehors de la province ), contre 1 836 qui logent intra-muros. Pour 60 % d’entre eux, il s’agit de femmes âgées de 23 ans en moyenne.
De ce point de vue, on observe que les tranches d’âge sont fortement clivées, avec une surreprésentation des jeunes et des personnes âgées. À l’image du modèle anglais, ce phénomène peut s’expliquer en raison de l’installation à leur compte, des charges familiales ou de raisons de santé qui rendent les adultes vulnérables. Hommes et femmes confondus de l’intra-muros affichent directement des professions ou par des collatéraux dans plus des trois quarts des cas. En d’autres termes, le pauvre n’est pas totalement dépourvu de ressources ; il peut posséder son instrument de travail. Environ un quart des professions affichées sont en lien avec les métiers du drap et de la domesticité. Seulement une quarantaine d’activités ont trait aux quais, tandis qu’une forte proportion de petits artisans apparaît.

Répartition géographie des pauvres de l'Hôtel-Dieu de Rouen (1637)
Répartition géographie des pauvres de l'Hôtel-Dieu de Rouen (1637)

Comme en témoigne cette carte de synthèse, la moitié est de la ville regroupe 1 082 entrants de l’Hôtel-Dieu, soit près de 60 % de l’effectif total de l’année 1637. Pour le reste, les pauvres malades se rencontrent dans les rues qui communiquent avec les quais ou aux marges, c’est-à-dire à proximité des remparts et des portes. Néanmoins, un certain nombre de pauvres sont également répartis de manière assez homogène dans le reste de la ville. Chaque rue a son lot de pauvres.
Ainsi, même au cœur du Castrum, la bien nommée rue de l’Aumône compte – à elle seule – plus de 85 pauvres. La proximité de La Madeleine attire également une quantité non négligeable d’entre eux, qui s’installent au plus près de ce lieu d’assistance. Dans ce cas, la répartition urbaine démontre une forte tendance à la polarisation avec un phénomène poussé de concentration des populations indigentes. Toutefois, nul ne peut ignorer la pauvreté et c’est, sans doute, ce qui explique la préoccupation croissante des autorités quant à la prise en charge et au secours des plus nécessiteux.


Sources :
- William Hogarth, « Gin Lane », eau-forte et burin, état III/IV. Inv. E 2012-0992, Musée d'art et d'histoire, 1751
- AD S-M, H dépôt 1 F 19, Hôtel-Dieu, « Registre des maladies contagieuses (1637) »


Bibliographie :
- Lucinda Beier, « Pauvreté et progrès à l’aube de l’Angleterre moderne », Les sociétés anglaise, espagnole et française au XVIIe siècle, Paris : Hachette, 2006, p. 179-209
- John Broad, Tomás A. Mantecón et Guy Saupin, « Aux marges de la société : pauvres et pauvreté », dans Les sociétés aux XVIIe siècle - Angleterre, Espagne, France, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2006, p. 179-195 (en ligne)
- Anne Béroujon, Peuple et pauvres des villes dans la France moderne. De la Renaissance à la Révolution, Paris : Armand Colin, 2014
- François Furet, « Pour une définition des classes inférieures à l’époque moderne », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, n° 3, 1963, p. 459-474 (en ligne)
- Véronique Meyer, « La représentation de la souffrance sociale dans la gravure parisienne (1635-1660) », dans Histoires de la souffrance sociale (XVIIe-XXe),Rennes : Presses Universitaires de Rennes, p. 19-31 (en ligne)
- Emmanuel Thévenet, « La pauvreté en Poitou sous l’Ancien Régime vue à travers le prisme de l’hôpital général de Poitiers », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, vol. 113, n° 4, 2006, p. 159-182 (en ligne)
- Olivier Zeller, « La place des miséreux et des malades à Lyon, de l’Ancien Régime à nos jours », dans Villes et hospitalité, Hors collection, Paris : Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004, p. 79-101 (en ligne)



[ Modified: Saturday, 13 March 2021, 11:11 PM ]