Blog entry by Baptiste Etienne

Anyone in the world

« Il y a eu grandes challeurs, durant le mois
de may et de juin, de sorte que les biens de la terre
ont esté fort secs, mais le mois de juillet n'a esté
que pluyes continuelles, foudres et tonnerre qui ont
causé beaucoup de mal aux biens de la terre.

Le 12 de juillet, le tonnerre tomba sur les neuf
 de matin sur Nostre Dame. L'on vu un feu voltiger
dans les galeries de La Lanterne et sortit par
un trou, sans faire aucun mal, sinon de la fumée
et le lendemain il fut arresté au chapitre que,
l'advenir, quand on entendroit le tonnere, l'on
sonneroit les cloches, quand bien mesme il seroit
nuict.
»

Au début du mois, un post de Philippe François a attiré mon attention sur la foudre globulaire ou foudre en boule que j'avais rencontré dans un manuscrit. Le phénomène décrit et celui - rare - que l'on constate sur la vidéo semblent les mêmes.
Le texte date de 1642, nous ne sommes donc pas loin de la plus ancienne mention à ce sujet. Ainsi, en 1638, une “impressionnante boule de feu” a traversé la fenêtre d'une église située en Angleterre. Dans le cas normand que je présente ici, c'est encore un lieu de culte qui est frappé probablement en raison de sa hauteur exceptionnelle dans une ville de l’époque moderne. Notre-Dame est la cathédrale, dont les galeries de La Lanterne, font référence à la tour située à la croisée du transept.

Comme l'indique le prêtre Philippe Josse ( -v.1650), l’auteur de ce manuscrit, la mention du chapitre cathédral montre qu'elle est desservie par une cinquantaine de chanoines. Ceux-ci sont des clercs réguliers, suivant des règles de vie et qui sont tenus à la récitation de l'office au chœur. Au milieu du XVIIe siècle, ils ne vivent plus en commun, mais dans le monde. Ainsi, selon Charles Herembert, dans une description de la Normandie, ces chanoines “psalmodient incessamment et chantent jour et nuict les louanges du tout puissant”.

Les scientifiques parviennent, désormais, à créer ces boules de feu en laboratoire. La luminosité peut être très forte ou au contraire de basse intensité, alors que la température peut atteindre les 1 700 °C. Toutefois, il nous reste encore énormément à découvrir à ce sujet, popularisé par Hergé, dans l’album de Tintin, Les 7 boules de cristal, publié en 1948.

Hergé
Couverture de l'album de Tintin, "Les 7 boules de cristal"


Sources :
Bibl. Caen-la-Mer, in-8238, Singularités de la province de Normandie, par Charles Herembert, f° 110
- BM Rouen, Ms M 41, Journal, par Philippe Josse, f° 104
- Olivier Dessibourg, “La foudre en boule révélée par un coup de chance”, Le Temps, 2015 (lien)
- M.G., “Foudre en boule : elle a pu être reproduite pendant une demi-seconde !”, Science & Vie, 2013 (lien)
- Kristiane Lemé, « Les Chanoines de la Cathédrale de Rouen au XVe siècle », dans Les stalles de la cathédrale de Rouen, 2003, p. 19-32
- Christina Nunez, “Foudre globulaire : un phénomène aussi dangereux que mystérieux”, National Geographic, 6 mars 2019 (lien)


[ Modified: Saturday, 21 November 2020, 4:30 PM ]