Site blog

Logo Baptiste Etienne - Paléographie
by Baptiste Etienne - Saturday, 21 November 2020, 11:11 AM
Anyone in the world

Dans la lignée de mon dernier article intitulé « Des pauvres dans la ville? » (ici), je vais me concentrer sur la grande précarité. Celle-ci se rencontre dans les archives rouennaises sous divers vocables qui se précisent progressivement durant l’époque moderne.
Or, cette population flottante est – par nature – complexe à définir. Toutefois, dès le XVIe siècle, le vagabond commence peu à peu à désigner le sans domicile fixe ; il devient la personne qui manque de travail et donc de ressources. De fait, dans ce cas, émerge la différence de degré et non de nature entre pauvres et mendiants ; ils appartiennent au monde de la précarité et sont placés dans une situation de dépendance et d’exclusion.


Par ailleurs, on ne trouve que 281 personnes identifiées formellement comme pauvres parmi les 48 000 Rouennais repérés pour le milieu du XVIIe siècle, ce qui est parfaitement résiduel. Les registres paroissiaux ne sont donc pas une source suffisamment précise à ce sujet et il convient de se pencher sur d’autres archives, à l’image des lieux d’assistance.
Ainsi, à Rouen, Guillaume de La Mare, âgé de 27 ans en 1637, entre à l’Hôtel-Dieu et déclare « avoir couru le pays jusque à cette nuit ». Il annonce avoir passé sa dernière nuit « soubz la porte Bouvreul » au nord de la ville. D’autres font le choix d’une grange à la campagne, des quais et plus régulièrement des églises. Ils sont nombreux à passer « quantité de nuits » à l’ombre des lieux de cultes, comme en témoigne le cas d’un « pauvre garçon » nommé Gille Leterreux. Celui-ci décède finalement à l’Hôtel-Dieu, à l’âge de 18 ans.

Répartition des pauvres de l’Hôtel-Dieu de Rouen (1637)
Répartition des pauvres de l’Hôtel-Dieu de Rouen (1637)

Vêtus de nippes et souvent inconnus des curés, ils sont retrouvés morts « sur le pavé », dans les fossés ou près des remparts, voire à proximité de lieux de cultes de la capitale normande. Or, le monde hétéroclite des pauvres ne peut se réduire à cette minorité des plus exclus et doit intégrer en son sein tous ceux qui se trouvent menacés d’indigence. Ces personnes vulnérables sont, pour l’essentiel, victimes de la conjoncture. Indéniablement, une géographie urbaine de la pauvreté et de la grande précarité se dégage.

Présente partout dans la ville, nul ne peut les ignorer. Toutefois, cette population spécifique a des espaces privilégiés. Si les pauvres se réfugient aux portes ou à proximité des remparts, c’est probablement que les contrôles aux entrées régulent l’accès à la ville. Une fois à l’intérieur, le choix du Vieux Marché de Rouen est stratégique, puisqu’on y vend quotidiennement des denrées alimentaires : charcuterie, poissons, céréales, etc. Ils peuvent donc espérer y glaner quelques restes. Les lieux de cultes permettent un accès direct aux croyants, qui sont susceptibles d’actions charitables, encore marquées par l’image du pauvre comme reflet de la puissance divine. Issue du Moyen Âge, c’est de cette vision du pauvre renvoyant à Jésus-Christ dont témoigne le tableau de Pieter Brueghel l’Ancien.

On y rencontre cinq mendiants, culs-de-jattes et estropiés qui se traînent à même le pavé sur leurs béquilles bancales dans la cour ensoleillée d'un hôpital de briques rouges. Ces pauvres invalides, en quête d’aumône qu’ils peuvent espérer dans divers lieux de la ville, suscitent la compassion du peintre puisque l’on rencontre une inscription flamande, au dos du tableau, qui proclame : " Courage, estropiés, salut, que vos affaires s'améliorent".

Sources :
- Pieter Brueghel l’Ancien,  Les mendiants, huile sur toile, 18 cmx21 cm, Musée du Louvre, 1568
- AD S-M, H dépôt 1 F 19, Hôtel-Dieu , « Registre des maladies contagieuses  (1637) »

Bibliographie :
- Roger Chartier, « Pauvreté et assistance dans la France moderne : l’exemple de la généralité de Lyon »,  Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, vol. 28, n° vol. 28, n° 2, 1973, p. 572-582 ( en ligne)

- Antony Kitts, « Mendicité, vagabondage et contrôle social du Moyen Âge au XIXe siècle : état des recherches »,  Revue d’histoire de la protection sociale,n° 1, 2008, p. 37-56 ( en ligne)
- Véronique Meyer, « La représentation de la souffrance sociale dans la gravure parisienne (1635-1660) », dans  Histoires de la souffrance sociale (XVIIe-XXe), Rennes : Presses Universitaires de Rennes, p. 19-31 ( en ligne)
- Michel Mollat,  Les pauvres au Moyen Âge – Étude sociale, Paris : Hachette, 1978
- Emmanuel Thévenet, « La pauvreté en Poitou sous l’Ancien Régime vue à travers le prisme de l’hôpital général de Poitiers », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest,  vol. 113, n° 4, 2006, p. 159-182 (en ligne)

[ Modified: Saturday, 13 March 2021, 11:09 PM ]
 
Logo Baptiste Etienne - Paléographie
by Baptiste Etienne - Saturday, 21 November 2020, 11:02 AM
Anyone in the world

Ceux qui lisent régulièrement mes articles savent que le monde de la grande précarité dans la capitale normande me tient particulièrement à cœur. J’ai déjà pu aborder l’évolution de la notion de pauvreté du XIVe au XVIIIe siècle (ici) ou l’établissement de l’Hôtel-Dieu de La Madeleine (ici). Ces figures sociales font l’objet de peu de représentations visuelles, comme dans l’œuvre de William Hogarth (1731). À travers une véritable fable satyrique, l’artiste fait du monde des pauvres un magma informe débauché et oisif où ils se vautrent dans la luxure et le vice.

Si le monde des marges est souvent perçu comme celui des masses et de l’anonymat, le registre de l’Hôtel-Dieu, « contenant les noms et surnoms des personnes malades de contagion », offre des perspectives pour l’année 1637. Cette source recense 3 513 malades, dont près de 45 % décèdent à La Madeleine de Rouen, quand d’autres reviennent au moins une fois bénéficier de soins.
Ces entrants sont - pour la plupart - des pauvres. Ce registre permet donc de se faire une idée précise de leur répartition au travers de l’espace urbain. Comme dans le cas lyonnais, l’essentiel des hospitalisés est issu de la ville ou de son bassin démographique. Ainsi, en excluant ceux qui reviennent à une ou deux reprises dans l’année, seuls 431 viennent des faubourgs ou sont des horsains (donc issus d'une paroisse en dehors de la province ), contre 1 836 qui logent intra-muros. Pour 60 % d’entre eux, il s’agit de femmes âgées de 23 ans en moyenne.
De ce point de vue, on observe que les tranches d’âge sont fortement clivées, avec une surreprésentation des jeunes et des personnes âgées. À l’image du modèle anglais, ce phénomène peut s’expliquer en raison de l’installation à leur compte, des charges familiales ou de raisons de santé qui rendent les adultes vulnérables. Hommes et femmes confondus de l’intra-muros affichent directement des professions ou par des collatéraux dans plus des trois quarts des cas. En d’autres termes, le pauvre n’est pas totalement dépourvu de ressources ; il peut posséder son instrument de travail. Environ un quart des professions affichées sont en lien avec les métiers du drap et de la domesticité. Seulement une quarantaine d’activités ont trait aux quais, tandis qu’une forte proportion de petits artisans apparaît.

Répartition géographie des pauvres de l'Hôtel-Dieu de Rouen (1637)
Répartition géographie des pauvres de l'Hôtel-Dieu de Rouen (1637)

Comme en témoigne cette carte de synthèse, la moitié est de la ville regroupe 1 082 entrants de l’Hôtel-Dieu, soit près de 60 % de l’effectif total de l’année 1637. Pour le reste, les pauvres malades se rencontrent dans les rues qui communiquent avec les quais ou aux marges, c’est-à-dire à proximité des remparts et des portes. Néanmoins, un certain nombre de pauvres sont également répartis de manière assez homogène dans le reste de la ville. Chaque rue a son lot de pauvres.
Ainsi, même au cœur du Castrum, la bien nommée rue de l’Aumône compte – à elle seule – plus de 85 pauvres. La proximité de La Madeleine attire également une quantité non négligeable d’entre eux, qui s’installent au plus près de ce lieu d’assistance. Dans ce cas, la répartition urbaine démontre une forte tendance à la polarisation avec un phénomène poussé de concentration des populations indigentes. Toutefois, nul ne peut ignorer la pauvreté et c’est, sans doute, ce qui explique la préoccupation croissante des autorités quant à la prise en charge et au secours des plus nécessiteux.


Sources :
- William Hogarth, « Gin Lane », eau-forte et burin, état III/IV. Inv. E 2012-0992, Musée d'art et d'histoire, 1751
- AD S-M, H dépôt 1 F 19, Hôtel-Dieu, « Registre des maladies contagieuses (1637) »


Bibliographie :
- Lucinda Beier, « Pauvreté et progrès à l’aube de l’Angleterre moderne », Les sociétés anglaise, espagnole et française au XVIIe siècle, Paris : Hachette, 2006, p. 179-209
- John Broad, Tomás A. Mantecón et Guy Saupin, « Aux marges de la société : pauvres et pauvreté », dans Les sociétés aux XVIIe siècle - Angleterre, Espagne, France, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2006, p. 179-195 (en ligne)
- Anne Béroujon, Peuple et pauvres des villes dans la France moderne. De la Renaissance à la Révolution, Paris : Armand Colin, 2014
- François Furet, « Pour une définition des classes inférieures à l’époque moderne », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, n° 3, 1963, p. 459-474 (en ligne)
- Véronique Meyer, « La représentation de la souffrance sociale dans la gravure parisienne (1635-1660) », dans Histoires de la souffrance sociale (XVIIe-XXe),Rennes : Presses Universitaires de Rennes, p. 19-31 (en ligne)
- Emmanuel Thévenet, « La pauvreté en Poitou sous l’Ancien Régime vue à travers le prisme de l’hôpital général de Poitiers », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, vol. 113, n° 4, 2006, p. 159-182 (en ligne)
- Olivier Zeller, « La place des miséreux et des malades à Lyon, de l’Ancien Régime à nos jours », dans Villes et hospitalité, Hors collection, Paris : Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004, p. 79-101 (en ligne)



[ Modified: Saturday, 13 March 2021, 11:11 PM ]
 
Logo Baptiste Etienne - Paléographie
by Baptiste Etienne - Saturday, 21 November 2020, 9:33 AM
Anyone in the world

La vision de l’historien sur les plus vulnérables est souvent tributaire du regard que les riches et privilégiés portent sur cette catégorie de personnes. Comme le souligne François Furet, ces Hommes des marges s’opposent aux élites et sont appelés « menu peuple » dans les sources.
Ainsi, on n’a accès aux pauvres et aux vulnérables qu’à travers le « regard des dominants » producteurs d’archives. Selon le Dictionnaire de l’Académie, la personne qui est vulnérable est celle « qui peut estre blessé ». La pauvreté est – sans conteste – le premier facteur de vulnérabilité puisque le moindre changement environnemental, économique ou social peut être capital. Toutefois, il s’agit d’une catégorie « tiroir » qui peut regrouper une multitude d’individus aux problématiques différentes en fonction de l’endroit où le chercheur place le curseur (enfants, femmes, handicapés, personnes âgées…). Du XIVe au XVIIIe siècle, la notion de pauvreté se caractérise par une certaine permanence et concerne avant tout l’individu qui ne dispose que de sa force de travail.
Toutefois, en elle-même, cette notion est nécessairement relative, suivant les époques, les lieux ou le contexte. Dans les dictionnaires, le pauvre n’est autre que celui qui « souffre », qui est « affligé, malheureux, désolé » et « qui est dans la nécessité ». Généralement, la définition renvoie aussi à l’absence puisque c’est la personne « qui n’est pas riche » ou « qui n’a pas de bien ». Le pauvre recoupe donc à la fois un état intrinsèquement lié à l’individu et une potentialité, c’est-à-dire une vulnérabilité. Dans la Muse Normande, le pauvre est un personnage que le petit imprimeur rouennais David Ferrand aime à mettre en image. Or, il demeure, lui-même, tributaire d’une vision héritée de l’Humanisme et partagée entre dénonciation et volonté d’accompagnement :

« Si queuque fais à soupire d'angoisse,
Ch'est à steur'là qu'o la cherge & l'oppresse ;
En vain no vait ses membres descouvers,
Sa chair jaunastre & à demy perchée,
Sans s'apiter à vair qu'à z'yeux ouvers »

En 1640, David Ferrand (1589-1660) offre un regard rempli d’empathie sur la peur du pauvre à demi-mort et tenaillé par la faim. En multipliant les descriptions de ce type, il cherche à pousser son auditoire et son lectorat à s’apitoyer sur les pauvres, alors même qu’il ne cesse d’utiliser des substantifs péjoratifs pour condamner la mendicité qu’il réprouve. De ce point de vue, ce Rouennais a de l’imagination en évoquant des « petits gueux d’hostiere », c’est-à-dire des mendiants allant de porte en porte, des « trucheurs » qui renvoient à ceux jugés « professionnels » ou en utilisant encore les métaphores, comme celle des « morpions ». On est au cœur de l’ambivalence des catholiques vis-à-vis du pauvre. Ainsi, le nécessiteux renvoi à deux images paradoxales. S’ils évoquent l’image de Dieu incarné, ils évoquent aussi les fainéants et les profiteurs. Le langage et les expressions mobilisées par David Ferrand sont le reflet de ses peurs et, à l’occasion, de son repentir vis-à-vis des marginaux.

De manière générale et pour leur permettre de subsister, sans recours à la mendicité, les autorités estiment qu’il faut leur distribuer trois sols par jour dans le cadre de l’aumône. L’idée avancée est bel et bien de les empêcher de mendier en les contraignant à « vivre chez eux ». Ils sont aussi obligés de se rendre tous les samedis dans des lieux de distribution définis. Les pauvres dits « honteux » sont traités de manière séparée puisqu’ils font l’objet d’un « rolle à part » et l’aumône est distribué à leur domicile. En 1650, le nombre de pauvres invalides à Rouen est estimé à 600, et ce, sans prendre en compte les enfants et les pauvres « honteux ». Seuls quelques pauvres, les invalides, considérés comme des « vrais » pauvres, sont autorisés à demander l’aumône, les autres étant donc cachés à la vue de tous.


Or, les nécessiteux bénéficiant de l’aumône ne sont qu’une partie de tous ceux qui se concentrent dans la ville : les malades sont admis dans les hôpitaux, les valides sont forcés au travail et les horsains sont expulsés, alors que certains sont assistés secrètement, mais préservés. Depuis quelques décennies, sous l’impulsion de chercheurs tels que Michel Mollat, Bronislaw Geremek, Jean-Pierre Gutton ou Alan Forrest, le thème de la pauvreté est revenu au centre de l’attention en offrant des perspectives plus détachées du seul regard des représentants du pouvoir.


Illustration :
- Sébastien BOURDON, Les Mendiants, Musée du Louvre, 49x65cm, 1640

Sources :
- BM Rouen, Ms. M. 276, fos 82 et 83
- Alexandre HÉRON, La Muse normande de David Ferrand, vol. 2, Rouen : E. Cagniard, 1892, p. 200

- Pierre RICHELET, Dictionnaire François,Genève : J.-H. Widerhold, 1680, p. 159
- Antoine FURETIÈRE, Dictionnaire universel, contenant généralement tous les mots françois tant vieux que modernes, et les termes de toutes les sciences et des arts...,vol. 1, La Haye, A. et R. Leers, 1690, “pauvres”
Dictionnaire de l’Académie Française,Paris : veuve Jean-Baptiste Coignard, 1694, p. 666


Bibliographie :
- Patrice BOURDELAIS, « Qu’est-ce que la vulnérabilité – « Un petit coup renverse aussitôt la personne » (Süssmilch) », Annales de démographie historique, n° 110, 2005, p. 5-9
- Roger CHARTIER, « Pauvreté et assistance dans la France moderne : l’exemple de la généralité de Lyon », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, vol. 28, n° 2, p. 572
- Laurence FONTAINE, « Pauvreté, dette et dépendance dans l’Europe moderne », Les Cahiers du Centre de Recherches Historiques, n° 40, 2007, p. 79-96
- Alan FORREST, Les Pauvres et la Révolution,Paris : Perrin, 1988
- François FURET, « Pour une définition des classes inférieures à l’époque moderne », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, n° 3, 1963, p. 459
- Bronislaw GEREMEK, La potence ou la pitié : l’Europe et les pauvres du Moyen Âge à nos jours, Paris : Gallimard, 1987
- Jean-Pierre GUTTON, La société et les pauvres : l’exemple de la généralité de Lyon (1534-1789), Bibliothèque de la Faculté des lettres et sciences humaines de Lyon, XXVI, Paris : Société d’édition « Les Belles Lettres », 1971
- Michel MOLLAT, Les Pauvres au Moyen Âge – Étude sociale,Paris : Hachette, 1978
- Denise TURREL, « Une identité imposée : les marques des pauvres dans les villes des XVIe et XVIIe siècles », Cahiers de la Méditerranée, n° 66, 2005, p. 1-4


[ Modified: Saturday, 13 March 2021, 11:17 PM ]
 
Picture of Le Paleoblog
by Le Paleoblog - Sunday, 3 March 2019, 10:02 AM
Anyone in the world

À l’ombre de la cathédrale de Rouen, l’Hôtel-Dieu de La Madeleine est desservi par une double communauté d’hommes et de femmes, placés sous la direction d’un prieur. Dès le XIIe siècle, il prend le nom de prieuré de La Madeleine et s’étend progressivement jusqu’à l’incendie de 1624 qui permet de mieux comprendre son fonctionnement grâce à l’état des lieux qui en découle.
 Le vendredi 13 septembre, un incendie se déclenche avec « grande force et abondance » et ravage l’établissement en raison de l’inattention d’un épicier. L’incendie reste actif six jours consécutifs et « donna beaucoup d’espouvente aux pauvres qui estoitz dans la feurrerie qui comblez de fumée furent (soit couchés, bossus et agonisantz) contraintz de fuir dans l’aistre de Nostre Dame ».

Carte

L'Hôtel-Dieu de La Madeleine de Rouen

Le terme de “feurrerie” est, ici, une variante orthographique de “forrerie”, c’est-à-dire le lieu où l’on stocke le foin. Espace de refuge, l’aitre correspond au parvis ou à un porche couvert de la cathédrale de l’autre côté de la rue. Échappant de peu aux flammes grâce à l’intervention solidaire de religieux Capucins qui s’exposent au feu, la « grande salle des pauvres » mesure 50 mètres de longueur pour 15 mètres de large et peut comporter 80 lits. Accolée à celle-ci s’ajoute une infirmerie de 30 lits, ainsi que trois salles plus petites pour des soins spécifiques. En 1655, on ajoute à l’Hôtel-Dieu reconstruit la salle Saint-Louis à l’est de la rue du Bac et la salle Saint-Charles au sud de la rue de La Madeleine, signe de besoins croissants. Situé au cœur de la ville, son emplacement est constamment remis en cause par les autorités, à tel point qu’en 1569, l’Hôtel-Dieu se dote d’un terrain servant de « lieu de santé » aux marges de la ville et permettant d’isoler les contagieux ou encore de désinfecter les objets et vêtements contaminés.

En 1654, le Parlement intervient finalement et ordonne la construction d’un nouvel hôpital en dehors des murs et, en mars, les premières pierres sont posées. Celui-ci se compose de deux bâtiments. Le premier est l’hôpital Saint-Louis, destiné aux malades, alors que le second – Saint-Roch – est réservé aux convalescents. De manière générale, l’assistance publique a fait l’objet d’études historiques. Toutefois, si le Moyen Âge et l’époque révolutionnaire ont été explorés de manière plus approfondies peu d’études se concentrent de manière privilégiée sur le Grand Siècle qui dénombre pourtant nombre d’évolutions notables.


Baptiste Etienne

Sources :
BM Rouen, Ms. M 41, Journal, par Philippe Josse, f° 53

Bibliographie :
- Sébastien LE BRAS, L’Hôpital général et l’assistance à Rouen aux XVIIe-XVIIIe siècles, Mémoire de Maîtrise d’histoire, Université de Rouen, 1993
- Yannick MAREC (dir.), Les hôpitaux de Rouen : du Moyen Âge à nos jours – Dix siècles de protection sociale, Paris : Éditions PTC, 2005 
 - Éric PLANTROU, La peste à Rouen, 1348-1669, Thèse de doctorat en Médecine, 1980
- Jean-Claude VIMONT, « L’hôtel-Dieu de Rouen au cœur d’un espace néo-classique », Mémoire de la protection sociale en Normandie, n° 1, 2002

[ Modified: Saturday, 13 March 2021, 10:56 PM ]