Site blog

Anyone in the world

« Question de Mariage
Arrest du 14e janvier 1616, donné pour le sieur Gargueselle contre les nommés Malherbe. Plaidans Aleaume, Du Theil et d'Ambry.

Ledict de Gargueseilles avoit longtemps entretenu une femme, fille d'un paysan, qu'on disoit estre publique, et d'icelle avoit eu 10 à 12 enfans, et desirant l'espouser pour legitimer lesdicts enfans. Les parens l'avoient empesché pour deux raisons : l'une pour l'inégalité et prodigalité dudict Garsailles, l'autre pour ce que ladicte femme estoit tombée en demence.  »

La procédure qui nous intéresse aujourd’hui est riche et complexe. Afin de fixer le décor en deux mots : un couple vit en concubinage durant une bonne dizaine d’années. Ce couple illégitime est parfaitement toléré par la famille jusqu’à la demande en mariage.
Les parents multiplient alors les accusations et tentent de s’opposer autant que possible aux épousailles. Portée en justice, ce sont les médecins qui tranchent dans cette affaire de mœurs.

Acquis en 1895 par les Archives Départementales de Seine-Maritime, ce manuscrit composé de 216 folios - sans compter les annexes et l’index - n’a attiré l’attention des historiens qu’à la marge. Issu d’un Recueil d’arrêts du Parlement, ce document renvoie à une tradition apparue à la fin du Moyen Âge. D’une écriture fluide, on peut envisager une étude d’ensemble ou de cas, comme en témoigne cette affaire croustillante et d’un intérêt juridique certain.

Plus riche et dense qu’un aride registre du Parlement, cette oeuvre permet de cerner l’outillage juridique de l’époque moderne. Intitulée “question de mariage”, l’affaire touche directement les pratiques privées du XVIIe siècle. Ainsi, le Parlement de Normandie doit trancher quant à une procédure de contestation de mariage. Les parents d’un homme s’opposent à la publication de bancs de l’union envisagée avec une fille de paysan. Le fait de porter une affaire en justice n’a rien d’inhabituel.
Depuis 1556, les parlements de France et l’État s’emparent de la question sociale du mariage en prononçant l’illégalité des mariages secrets, c’est-à-dire les mariages contractés par un couple, et ce, sans le consentement parental. La même année, paraît un autre édit qui vise un “grave et détestable” crime de femme : la grossesse et l’enfantement clandestin. De plus, entre 1556 et 1639, une série d’édits se consacrent à la notion de consentement parental, à la publicité du mariage et introduit des sanctions contre les contrevenants.
À travers les affaires portées au Parlement, on peut constater de manière sensible de quelle manière l’État tente de gouverner la vie des individus et, en particulier, celles de femmes. Cette affaire rouennaise, montre à quel point le droit ecclésiastique s’oppose à la loi civile. Les tribunaux religieux tendent à considérer que le consentement du couple prime sur la célébration officielle.

Dans le cas qui nous intéresse ici, les jeunes gens ont vécu “longtemps” en concubinage avec une cohabitation librement choisie et la naissance d’enfants illégitimes. Ces pratiques sont tolérées et les fiançailles sur le tard possibles. Toutefois, l’affaire prend une autre dimension, dès lors que le mariage est réclamé. En d’autres termes, les déviances sexuelles sont acceptées socialement, du moment qu’elles restent dans la sphère privée et n’atteignent pas irrémédiablement l’honneur familial. À tel point que l’époux, “tant qu’il n’avoit parlé d’espouser cette femme”, “avoit esté estimé très sage et bon mesnager par ses parens”. Or, la procédure judiciaire engagée est grave et de conséquences.
Si le mariage est invalidé, l’époux risque une peine d’incarcération assez courte, alors que la jeune femme peut être condamnée à dix ou quinze ans d’enfermement, voire à une peine de réclusion à vie dans un couvent. Afin de mettre toutes les chances de leur côté, les parents accusent l’époux de dépenses excessives et de vie dissolue. On jète également l’opprobre sur la jeune femme que l’on juge “impudique” et “qu’on disoit estre publique”, ce qui revient à une accusation de prostitution.

Du côté des juges, les références antiques fusent pour démontrer que les enfants issus d’un couple “lubrique” et d’une “putain” ne peuvent être que “poltrons et pusillanimes”. Afin de prolonger l’analyse, d’autres magistrats considèrent que l’argument est valide puisque les Gaulois “estoient vaillans pour l’honnesteté et chasteté de leurs peres ès mariage”. L’affaire semble mal engagée d’un point de vue juridique, mais c’est sans compter sur l’intervention des médecins.
Selon Sophie Astier, Les Experts et autres fictions nous ont habitués à considérer l’expertise médico-légale comme un point central de toute enquête policière. Or, cette intervention des scientifiques dans le champ du droit est apparue progressivement dans les procédures et ce n’est pas un fait nouveau.
S’il faut attendre le siècle des Lumières pour que la médecine légale se constitue véritablement en tant que science, dans cette affaire de 1616, ce sont bien les médecins qui emportent le jugement :

"... or, les medecins assurent qu'une femme furieuse ne peut concevoir. La Cour a permis audict de Garsailles et à ladicte femme celebrer ledict mariage..."
"... or, les medecins assurent qu'une femme furieuse ne peut concevoir. La Cour a permis audict de Garsailles et à ladicte femme celebrer ledict mariage..."


Les scientifiques répondent à un enchaînement de questions posées par le procureur général. Suivez la réflexion intellectuelle :
1) le consentement au mariage a-t-il eu lieu avant ou après que la femme soit devenue folle ?
2) si elle était déjà folle, un nouveau consentement est-il nécessaire ?
3) il n’y a pas de preuve de la folie de cette femme, ce point est donc discuté en droit.
4) intervention des médecins qui assurent que la femme ne peut être folle dans le cas présent puisqu’elle “avoit eu un enfant depuis peu”.
Le lien entre enfantement et folie est ancien. Les médecins du XVIIe siècle repèrent dans l’Antiquité les premières descriptions de femmes “furieuses” et la psychanalyse trouve dans certains mythes l’origine d’une ambivalence ancestrale de la maternité. La science médicale fait alors largement référence aux médecins grecs (Hippocrate, Galien), latins (Soranos d’Ephese) et médiévaux (Avicenne) que l’on interprète. Encore au XVIIe siècle, la théorie dominante est celle d’une approche humorale de la maladie. Toutefois, si les déséquilibres des humeurs sont scrutés avec attention, on ne peut réduire la médecine de l’époque moderne au seul héritage.
La distinction entre l’esprit de la mère et de la femme repose donc sur la perception de l’accouchement et de l’allaitement, comme des phénomènes étranges. Pour la médecine des humeurs, la circulation et l’évacuation des fluides sont considérés comme nécessaires à la santé des hommes et des femmes. Par la maternité, de fait, on considère que la mère régule ses humeurs et ne peut être atteinte de folie.

Finalement, ce dernier élément emporte les voix d’une majorité de magistrats qui accordent le mariage et permet la légitimation des enfants issus de la relation illégitime entre les deux jeunes gens qui échappent à toute condamnation. De plus, l’affaire dépasse le cadre du couple et est importante pour l’ensemble de la famille puisque les “10 à 12 enfants” peuvent, une fois reconnus, prétendre à l’héritage. Enfin, avec ce cas spécifique, on devine parfaitement le conflit d’intérêt des parents que soulève Jacques Poërier en commentant cet arrêt du Parlement.
Issu d’une famille de la Manche, fils d’un contrôleur des Aides de Valognes, ayant commencé sa carrière en dehors du Parlement, ce président à mortier montre une réelle volonté de transmission de ses connaissances juridiques à sa descendance. Par cette démarche, le magistrat se fait arrestographe et ne se limite pas à de simples copies d’arrêts de la cour de souveraine dans laquelle il officie au quotidien. Il les adapte, il trie, il fait des choix et donne son avis juridique dans un écrit, strictement personnel qui n’a pas vocation à être publié. En somme, Jacques Poërier ne retient pas cet arrêt par voyeurisme mais pour sa valeur d’apprentissage.


Références :
- AD S-M, 28 F 62, « Recueil d’arrests donnés au Parlement de Normandie », par Jacques Poërier d’Amfreville, f° 41 et 42

- Francesca Arena, « La folie des mères », Rives méditerranéennes, Varia, 15 juin 2009 (http://journals.openedition.org/rives/2713)
- Sophie Astier, “Sherlock médecin : petite histoire de la médecine légale à l’époque moderne”, 6 mars 2015 (https://tresoramu.hypotheses.org/167)
- Fayçal El Ghoul, « Enfermer et interdire les fous à Paris au XVIIIe siècle : une forme d’exclusion ? », Cahiers de la Méditerranée, n° 69, 2004 (http://journals.openedition.org/cdlm/796)
- Bruno Lemesle (dir.), La Preuve en justice de l'Antiquité à nos jours, Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2003 (https://books.openedition.org/pur/15825)
- Hélène Ménard et Marc Renneville, « Folie et justice, de l’Antiquité à l’époque contemporaine », Criminocorpus, 5 février 2016 (http://journals.openedition.org/criminocorpus/3144)
- Alessandro Pastore, « Médecine et droit, compétition ou collaboration ? », Histoire, médecine et santé, n° 11, 2017 (http://journals.openedition.org/hms/1077)
- Diane Roussel, « La description des violences féminines dans les archives criminelles au XVIe siècle », Tracés. Revue de Sciences humaines,n° 19, 2010 (http://journals.openedition.org/traces/4892)


[ Modified: Saturday, 13 March 2021, 11:09 PM ]

Comments

     
    Picture of JF VIEL
    by JF VIEL - Saturday, 21 November 2020, 11:14 AM
    Anyone in the world

    Voici un document intéressant sur le plan généalogique : il s'agit d'arbres généalogiques qui explicitent la triple "parenté qui est entre le Roy et madame sa seur, avec le prince et l'infante d'Espagne". Le Roi est Louis XIII et sa sœur Élisabeth de France ; l'infant d'Espagne est le futur Philippe IV (qui n'a alors que 10 ans !) et l'infante sa sœur Anne d'Autriche.
    Comme on le sait, une double alliance unira les deux familles, Louis XIII épousant Anne d'Autriche (28 novembre 1615 à Bordeaux) et Élisabeth de France épousant le futur Philippe IV (25 novembre 1615 à Bordeaux). Ces tableaux ont été réalisés à Poitiers en septembre 1615, préalablement au double mariage.
    On y relève les liens de parenté tels qu'ils étaient comptés par le droit canon. Ce qui est très utile aux généalogistes.

    Bibliothèque nationale de France, manuscrit français 6392.

    [ Modified: Saturday, 21 November 2020, 12:19 PM ]

    Comments

       
      Logo Baptiste Etienne - Paléographie
      by Baptiste Etienne - Saturday, 21 November 2020, 11:11 AM
      Anyone in the world

      Dans la lignée de mon dernier article intitulé « Des pauvres dans la ville? » (ici), je vais me concentrer sur la grande précarité. Celle-ci se rencontre dans les archives rouennaises sous divers vocables qui se précisent progressivement durant l’époque moderne.
      Or, cette population flottante est – par nature – complexe à définir. Toutefois, dès le XVIe siècle, le vagabond commence peu à peu à désigner le sans domicile fixe ; il devient la personne qui manque de travail et donc de ressources. De fait, dans ce cas, émerge la différence de degré et non de nature entre pauvres et mendiants ; ils appartiennent au monde de la précarité et sont placés dans une situation de dépendance et d’exclusion.


      Par ailleurs, on ne trouve que 281 personnes identifiées formellement comme pauvres parmi les 48 000 Rouennais repérés pour le milieu du XVIIe siècle, ce qui est parfaitement résiduel. Les registres paroissiaux ne sont donc pas une source suffisamment précise à ce sujet et il convient de se pencher sur d’autres archives, à l’image des lieux d’assistance.
      Ainsi, à Rouen, Guillaume de La Mare, âgé de 27 ans en 1637, entre à l’Hôtel-Dieu et déclare « avoir couru le pays jusque à cette nuit ». Il annonce avoir passé sa dernière nuit « soubz la porte Bouvreul » au nord de la ville. D’autres font le choix d’une grange à la campagne, des quais et plus régulièrement des églises. Ils sont nombreux à passer « quantité de nuits » à l’ombre des lieux de cultes, comme en témoigne le cas d’un « pauvre garçon » nommé Gille Leterreux. Celui-ci décède finalement à l’Hôtel-Dieu, à l’âge de 18 ans.

      Répartition des pauvres de l’Hôtel-Dieu de Rouen (1637)
      Répartition des pauvres de l’Hôtel-Dieu de Rouen (1637)

      Vêtus de nippes et souvent inconnus des curés, ils sont retrouvés morts « sur le pavé », dans les fossés ou près des remparts, voire à proximité de lieux de cultes de la capitale normande. Or, le monde hétéroclite des pauvres ne peut se réduire à cette minorité des plus exclus et doit intégrer en son sein tous ceux qui se trouvent menacés d’indigence. Ces personnes vulnérables sont, pour l’essentiel, victimes de la conjoncture. Indéniablement, une géographie urbaine de la pauvreté et de la grande précarité se dégage.

      Présente partout dans la ville, nul ne peut les ignorer. Toutefois, cette population spécifique a des espaces privilégiés. Si les pauvres se réfugient aux portes ou à proximité des remparts, c’est probablement que les contrôles aux entrées régulent l’accès à la ville. Une fois à l’intérieur, le choix du Vieux Marché de Rouen est stratégique, puisqu’on y vend quotidiennement des denrées alimentaires : charcuterie, poissons, céréales, etc. Ils peuvent donc espérer y glaner quelques restes. Les lieux de cultes permettent un accès direct aux croyants, qui sont susceptibles d’actions charitables, encore marquées par l’image du pauvre comme reflet de la puissance divine. Issue du Moyen Âge, c’est de cette vision du pauvre renvoyant à Jésus-Christ dont témoigne le tableau de Pieter Brueghel l’Ancien.

      On y rencontre cinq mendiants, culs-de-jattes et estropiés qui se traînent à même le pavé sur leurs béquilles bancales dans la cour ensoleillée d'un hôpital de briques rouges. Ces pauvres invalides, en quête d’aumône qu’ils peuvent espérer dans divers lieux de la ville, suscitent la compassion du peintre puisque l’on rencontre une inscription flamande, au dos du tableau, qui proclame : " Courage, estropiés, salut, que vos affaires s'améliorent".

      Sources :
      - Pieter Brueghel l’Ancien,  Les mendiants, huile sur toile, 18 cmx21 cm, Musée du Louvre, 1568
      - AD S-M, H dépôt 1 F 19, Hôtel-Dieu , « Registre des maladies contagieuses  (1637) »

      Bibliographie :
      - Roger Chartier, « Pauvreté et assistance dans la France moderne : l’exemple de la généralité de Lyon »,  Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, vol. 28, n° vol. 28, n° 2, 1973, p. 572-582 ( en ligne)

      - Antony Kitts, « Mendicité, vagabondage et contrôle social du Moyen Âge au XIXe siècle : état des recherches »,  Revue d’histoire de la protection sociale,n° 1, 2008, p. 37-56 ( en ligne)
      - Véronique Meyer, « La représentation de la souffrance sociale dans la gravure parisienne (1635-1660) », dans  Histoires de la souffrance sociale (XVIIe-XXe), Rennes : Presses Universitaires de Rennes, p. 19-31 ( en ligne)
      - Michel Mollat,  Les pauvres au Moyen Âge – Étude sociale, Paris : Hachette, 1978
      - Emmanuel Thévenet, « La pauvreté en Poitou sous l’Ancien Régime vue à travers le prisme de l’hôpital général de Poitiers », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest,  vol. 113, n° 4, 2006, p. 159-182 (en ligne)

      [ Modified: Saturday, 13 March 2021, 11:09 PM ]

      Comments

         
        Anyone in the world

        Longtemps considérés comme disparus, les Mémoires de la famille de Jean Le Boindre (1620-1693) ont, récemment, été (re)découverts et offrent des perspectives exceptionnelles. Prototype du magistrat, l’auteur est ici un avocat de formation, reçu à la troisième chambre des Enquête du Parlement de Paris en 1645.


        Son écrit privé se compose de deux parties bien distinctes. Les deux premiers tiers comportent une « genealogie des Le Boindre et leurs alliances ». Celle-ci a pour but de démontrer l’ancienneté de la famille depuis le fondateur, Nicolas, dont il assure que la filiation remonte au XVe siècle. Il entrecoupe cette démarche par une succession d’inventaires de “pièces et écritures” qui répertorient les possessions familiales. Renforçant son statut, il considère que les biens et les seigneuries « sont l’ame des maisons de campagne ». Ainsi, les fiefs « en conservent le non et celuy de leurs auteurs », de même, ils « rendent leur sejour agreable, par cet ombre d’empire et d’autorité », en permettant de vivre noblement.
        Son Testamentqui occupe le dernier tiers de l’ouvrage, s’adresse à ses enfants. Dans cet écrit d’une grande sensibilité, il revient sur sa carrière et sa manière de voir le monde. Et c’est bien le sang qui est au cœur des enjeux politiques et familiaux pour ce magistrat parisien, originaire du Maine, comme en témoigne sa position sur la noblesse :

        «

        Ainsi, (mes enfans), l’honneur et les veritables marques de la noblesse du sang qui consiste dans unne longue suitte d’ayeuls de merite et de vertu ne manquoint point à vostre famille, elle en estoit en possession depuis trois siecles »

        Selon Jean Le Boindre, « le sang » constitue un élément structurant. Ce même sang qui, pour conserver sa valeur, ne doit pas se mêler à un autre moins glorieux et permet de cumuler les vertus des membres du même lignage. Ce principe de distinction renvoie à l’ancrage dans des lignées. L’idée de race se trouve, ici, soulignée par la qualité irréfutable attachée au caractère quasi biologique. À l’image de ce texte, l’importance accordée aux liens familiaux touche l’ensemble de la noblesse, d’épée comme de robe.
        En insistant sur le sang bleu, il s’agit pour ce magistrat de souligner l’antiquité de la noblesse héréditaire. Servant historiquement le roi sur les champs de bataille, en versant le sang, il convient que les nobles demeurent exemptés d’impôts, et ce, même si nombre d’entre eux n’ont pas vu une épée depuis longtemps. De plus, en versant l’impôt du sang, les nobles estiment pouvoir incarner une forme de contre-pouvoir face à la domination d’un gouvernement qu’ils jugent gangrené par les roturiers.
        Les mérites et la vertu que Jean Le Boindre attache à ses ancêtres sont également un moyen pour ce juge de se positionner vis-à-vis de ses confrères parisiens. N’appartenant pas à une illustre famille de membres du Parlement, il n’est pas davantage en mesure de se prévaloir d’une immense assise financière. En insistant sur l’honneur et la droiture auprès de ses enfants, il se sert de ses ancêtres pour asseoir sa propre carrière.
        Engagé dans la Fronde parisienne de 1648 à 1652, Jean Le Boindre considère que cette prise de position politique le rapproche des autres grands parlementaires, tels que Pierre Broussel (1575-1654) ou René de Longueil (1596-1677), son parent. Vaste mouvement de révolte des élites, la Fronde lui offre donc l’occasion de faire valoir ses propres mérites... comme un palliatif de la fortune et de la notoriété. De fait, son regard est original à bien des égards. Il incarne l’esprit de la Fronde parlementaire qui touche tout le royaume de France.

        Arbre généalogique

        Généalogie insérée au début de l'ouvrage


        Bibliographie :
        - Jean-Marie Constant, Nobles et paysans en Beauce aux XVIe et XVIIe siècles, thèse en histoire, université de Lille III, 1981
        - ID., 
        « Terre et pouvoir : la noblesse et le sol », dans La terre à l’époque moderne, Paris : Association des historiens modernistes des Universités, 1983
        - Robert Descimon, « Le conseiller Jean Le Boindre (1620-1693) : un destin de vaincu », dans Débats du Parlement de Paris pendant la minorité de Louis XIV, vol. 1, Paris : Librairie Honoré Champion, 1997
        - Alain Devyver, Le sang épuré. Le préjugés de race chez les gentilshommes français de l’Ancien Régime (1560-1720), thèse de doctorat, Bruxelles, 1973
        - Arlette Jouanna, L’idée de race en France au XVIe et au début du XVIIe siècle (1498-1614), thèse de doctorat, Université de Lille, 1976
        - Ellery Schalk, From valor to pedigree – Ideas of nobility in France in the sixteenth and seventeenth centuries, Princeton : Princeton University Press, 1986
        - Isabelle Storez-Brancourt, « Introduction », dans Débats du Parlement de Paris pendant la minorité de Louis XIV, vol. 2, Paris : Librairie Honoré Champion, 2002

        [ Modified: Saturday, 13 March 2021, 11:10 PM ]

        Comments

           
          Logo Baptiste Etienne - Paléographie
          by Baptiste Etienne - Saturday, 21 November 2020, 11:02 AM
          Anyone in the world

          Ceux qui lisent régulièrement mes articles savent que le monde de la grande précarité dans la capitale normande me tient particulièrement à cœur. J’ai déjà pu aborder l’évolution de la notion de pauvreté du XIVe au XVIIIe siècle (ici) ou l’établissement de l’Hôtel-Dieu de La Madeleine (ici). Ces figures sociales font l’objet de peu de représentations visuelles, comme dans l’œuvre de William Hogarth (1731). À travers une véritable fable satyrique, l’artiste fait du monde des pauvres un magma informe débauché et oisif où ils se vautrent dans la luxure et le vice.

          Si le monde des marges est souvent perçu comme celui des masses et de l’anonymat, le registre de l’Hôtel-Dieu, « contenant les noms et surnoms des personnes malades de contagion », offre des perspectives pour l’année 1637. Cette source recense 3 513 malades, dont près de 45 % décèdent à La Madeleine de Rouen, quand d’autres reviennent au moins une fois bénéficier de soins.
          Ces entrants sont - pour la plupart - des pauvres. Ce registre permet donc de se faire une idée précise de leur répartition au travers de l’espace urbain. Comme dans le cas lyonnais, l’essentiel des hospitalisés est issu de la ville ou de son bassin démographique. Ainsi, en excluant ceux qui reviennent à une ou deux reprises dans l’année, seuls 431 viennent des faubourgs ou sont des horsains (donc issus d'une paroisse en dehors de la province ), contre 1 836 qui logent intra-muros. Pour 60 % d’entre eux, il s’agit de femmes âgées de 23 ans en moyenne.
          De ce point de vue, on observe que les tranches d’âge sont fortement clivées, avec une surreprésentation des jeunes et des personnes âgées. À l’image du modèle anglais, ce phénomène peut s’expliquer en raison de l’installation à leur compte, des charges familiales ou de raisons de santé qui rendent les adultes vulnérables. Hommes et femmes confondus de l’intra-muros affichent directement des professions ou par des collatéraux dans plus des trois quarts des cas. En d’autres termes, le pauvre n’est pas totalement dépourvu de ressources ; il peut posséder son instrument de travail. Environ un quart des professions affichées sont en lien avec les métiers du drap et de la domesticité. Seulement une quarantaine d’activités ont trait aux quais, tandis qu’une forte proportion de petits artisans apparaît.

          Répartition géographie des pauvres de l'Hôtel-Dieu de Rouen (1637)
          Répartition géographie des pauvres de l'Hôtel-Dieu de Rouen (1637)

          Comme en témoigne cette carte de synthèse, la moitié est de la ville regroupe 1 082 entrants de l’Hôtel-Dieu, soit près de 60 % de l’effectif total de l’année 1637. Pour le reste, les pauvres malades se rencontrent dans les rues qui communiquent avec les quais ou aux marges, c’est-à-dire à proximité des remparts et des portes. Néanmoins, un certain nombre de pauvres sont également répartis de manière assez homogène dans le reste de la ville. Chaque rue a son lot de pauvres.
          Ainsi, même au cœur du Castrum, la bien nommée rue de l’Aumône compte – à elle seule – plus de 85 pauvres. La proximité de La Madeleine attire également une quantité non négligeable d’entre eux, qui s’installent au plus près de ce lieu d’assistance. Dans ce cas, la répartition urbaine démontre une forte tendance à la polarisation avec un phénomène poussé de concentration des populations indigentes. Toutefois, nul ne peut ignorer la pauvreté et c’est, sans doute, ce qui explique la préoccupation croissante des autorités quant à la prise en charge et au secours des plus nécessiteux.


          Sources :
          - William Hogarth, « Gin Lane », eau-forte et burin, état III/IV. Inv. E 2012-0992, Musée d'art et d'histoire, 1751
          - AD S-M, H dépôt 1 F 19, Hôtel-Dieu, « Registre des maladies contagieuses (1637) »


          Bibliographie :
          - Lucinda Beier, « Pauvreté et progrès à l’aube de l’Angleterre moderne », Les sociétés anglaise, espagnole et française au XVIIe siècle, Paris : Hachette, 2006, p. 179-209
          - John Broad, Tomás A. Mantecón et Guy Saupin, « Aux marges de la société : pauvres et pauvreté », dans Les sociétés aux XVIIe siècle - Angleterre, Espagne, France, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2006, p. 179-195 (en ligne)
          - Anne Béroujon, Peuple et pauvres des villes dans la France moderne. De la Renaissance à la Révolution, Paris : Armand Colin, 2014
          - François Furet, « Pour une définition des classes inférieures à l’époque moderne », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, n° 3, 1963, p. 459-474 (en ligne)
          - Véronique Meyer, « La représentation de la souffrance sociale dans la gravure parisienne (1635-1660) », dans Histoires de la souffrance sociale (XVIIe-XXe),Rennes : Presses Universitaires de Rennes, p. 19-31 (en ligne)
          - Emmanuel Thévenet, « La pauvreté en Poitou sous l’Ancien Régime vue à travers le prisme de l’hôpital général de Poitiers », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, vol. 113, n° 4, 2006, p. 159-182 (en ligne)
          - Olivier Zeller, « La place des miséreux et des malades à Lyon, de l’Ancien Régime à nos jours », dans Villes et hospitalité, Hors collection, Paris : Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004, p. 79-101 (en ligne)



          [ Modified: Saturday, 13 March 2021, 11:11 PM ]

          Comments

             
            Logo Baptiste Etienne - Paléographie
            by Baptiste Etienne - Saturday, 21 November 2020, 10:56 AM
            Anyone in the world

            Proche de celle que l’on lit encore de nos jours, la presse est véritablement née au XVIIe siècle, comme en témoigne la création de la Gazette de France par Théophraste Renaudot (1586-1653). En 1629, ce médecin fonde le Bureau d’adresse, puis le premier journal hebdomadaire deux ans plus tard.
            Au milieu du siècle, alors que la tension politique est à son comble, on a souvent considéré que le gazetier prenait une certaine forme d’autonomie vis-à-vis du pouvoir royal :

            « Les gazettes ne font point assez valloir les avantages des armes du Roy. Je sçay bien que les publications qui s’en font ne sont que pour amuser le peuple, mais cela ne laisse pas de faire impression sur son esprit et il me semble que l’on ne debvroit point souffrir que le gazetier fit sonner si haut les arrests du Parlement de Paris. C’est ce qui seduit davantage le monde et à entendre parler les enragez du temps, il semble que toute l’auctorité du Roy soit renfermée dans cette compagnie, on debvroit aussy du costé de la Cour faire courir quelque pieces bien faites en faveur des desseyn de Sa Majesté »

            Rédigé en 1652 par un auteur anonyme, un manuscrit intitulé « Nouvelles de Roüen » revient sur le rôle de la Gazette de France durant la Fronde (1648-1652). Dans ce document envoyé au cardinal Mazarin, l’agent royal considère qu’il convient d’influer sur le journaliste afin de faire valoir l’intérêt de la Couronne. S’il demeure très difficile de mesurer l’impact de ces écrits sur la population, ce manuscrit remet nettement en cause certaines idées préconçues sur la notion de propagande, si souvent attachée à la Gazette.

            Ce fait est d’autant plus marquant dans une période où les mazarinades foisonnent. Souvent mensongers, ces pamphlets visent à proposer une interprétation des faits plutôt qu’à rendre compte des réalités. On peut également y voir un procédé pour pousser à l’action, de sorte que leur fonction politique dépasse l’explicite de leurs propos. Comme en témoigne la richesse du débat des années 1980 entre Hubert Carrier et Christian Jouhaud, il convient d’utiliser l’ensemble de ces documents avec précaution.
            C’est ce dont témoigne l’image du duc de Longueville véhiculée dans ces écrits. Gouverneur de la province, principal meneur de la Fronde en Normandie, il est décrit dans des termes très élogieux jusqu’à la paix conclue avec l’autorité royale. Or, à partir de ce moment et de la découverte qu’il n’a jamais été en mesure de mobiliser les troupes qu’il prétendait avoir… son image tend à se dégrader :

            « Le duc de Longueville.
            Bas bruit est bon garçon, & qui va lentement, va seurement.
            Le Critique.
            Autant chemine un homme en un jour, qu’une limasse en cent ans
            »

            Les auteurs de proverbes, à l’image du rédacteur de cette mazarinade, s’en donnent à cœur joie : celui qui était autrefois qualifié de judicieux, de prévoyant, voire de véritable « Heros » est alors logé ironiquement « ruë du Renard qui pesche, & de la limasse » ou « au Limaçon, au Chat qui Vielle, au vieux Singe & à l’Escrevisse ». Est-ce un exemple de ce que l’on pourrait appeler un redoutable retournement d’opinion ? En tous cas, il s’agit bien d’arguments tendant à montrer que l’information orientée, voire l’information falsifiée, sont des éléments aussi anciens que la presse, qu’elle soit “officielle” ou clandestine.


            Sources :
            - AN, KK 1083, « Nouvelles de Roüen », le 28 janvier 1652, f° 314
            Paris débloqué, ou les passages ouverts – En vers burlesques, Paris : Claude Huot, 1649
            Le visage de la Cour, et la contenance des Grands, avec leur censure – et le dialogue du Roy, & du duc d’Anjou, avec la mamman. En proverbes, Paris, 1652
            Le tout en tout du temps, s.l., s.d.

            Bibliographie :
            - Hubert Carrier, La presse de la Fronde (1648-1653) – Les mazarinades, vol. 1, Genève : Librairie Droz, 1989
            - Hubert Carrier, « Journalisme et politique au XVIIe siècle : Théophraste Renaudot », dans Le livre et l’historien, Genève : Librairie Droz, 1997
            - Gilles Feyel, « Renaudot et les lecteurs de la Gazette, les "mystères de l’État" et la "voix publique", au cours des années 1630 », Le Temps des médias, n° n° 2, 2004 (en ligne)
            - Stéphane Haffemayer, « Les ambiguïtés idéologiques de l’information périodique au milieu du XVIIe siècle », dans L’information à l’époque, n° 25, Paris : Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2001 (en ligne)
            - Christian Jouhaud, Mazarinades – La Fronde des mots, Paris : Aubier, 1985
            - Simone Mazauric, Savoirs et philosophie à Paris dans la première moitié du XVIIe siècle – Les conférences du bureau d’adresse de Théophraste Renaudot (1633-1642), Paris : Publications de la Sorbonne, 1997
            - Roland Mousnier, Paris capitale – Au temps de Richelieu et de Mazarin, Paris : Éditions A. Pedone, 1978

            [ Modified: Saturday, 13 March 2021, 11:11 PM ]

            Comments

               
              Anyone in the world

              Ce texte, extrait des livres de couleur du Châtelet de Paris (Archives nationales, Y 6/6, f°102 r°), est une sentence rendue par le Parlement de Paris le 8 août 1523, ordonnant la première exécution d’un protestant en France.
              Le supplicié se nommait Jean Vallière. Natif d’Acqueville, près de Falaise, il était devenu moine augustin au couvent de Livry-en-Aulnois, près de Paris. Progressivement gagné aux idées du cénacle de Meaux puis à celles de Luther, il eut l’outrecuidance d’affirmer publiquement, ainsi que le rapporte le "Journal d’un bourgeois de Paris", que « Nostre Seigneur Jesus Christ avoit esté de Joseph et de Nostre Dame conceu comme nous autres humains ». Il n'en fallut pas davantage pour que sa condamnation à mort soit prononcée, dans des conditions particulièrement atroces, pour servir d'exemple...
              Transcription :
              « Extraict des registres de Parlement.
              « Veues par la court les charges et informacions faictes par le juge et garde des
              prevostz et soubz baillye de Poissy ou son lieutenant alencontre de Jehan VALLIERE, soy
              disant hermite, prisonnier en la conciergerie du Pallais pour raison des excecrables
              et detestables blaphemes par luy dictz et proferez de Nostre Saulveur et Redempteur
              Jhesus Crist et de la Glorieuse Vierge Marie sa mere, les interrogatoires et confessions
              dudict Valliere faictes par devant aucun conseiller d'icelle court à ce faire par elle
              commis, les recollemens de tesmoings et confrontacions faictes audict prisonnier.
              Et luy oy et interrogé en ladicte court sur lesdictz cas, lequel c'est advoué
              clerc et comme tel a requis estre rendu à son ordinaire. Et tout consideré,
              dit a esté que ledict VALLIERE ne sera rendu comme clerc et ne joyra de privilleige
              de clericature. Et au surplus la court pour raison desdictz cas a condempné
              et condempne ledict VALLIERE à estre mené en ung tumbereau où l'en porte les
              immundices de la ville jusques devant l'eglise Nostre Dame de Paris, et illec
              requerir mercy et pardon à Dieu et à la Vierge Marie desdictz blaphemes. Et ce
              faict estre d'illec mené au marché aux pourceaulx et illec avoir la langue
              couppée et après estre bruslé tout vif, son habit et son corps mis en
              cendre. Et a ordonné et ordonne ladicte court que le procès faict contre ledict
              VALLIERE sera bruslé. Et declaire ses biens confisquez. Faict et excecuté
              le huitiesme jour d'aoust l'an mil cinq cens vingt troys. Ainsi signé
              MALON. Collation est faicte. »
              Ainsi signé : LORMIER, avec paraphe.

              Bibliographie :
              - Journal d’un bourgeois de Paris (1515-1536), Paris, 1910, pp. 397-398.
              - John Viénot, Histoire de la Réforme française, Paris, 1926, vol. 1, p. 90.
              - David El Kenz, Les bûchers du Roi : la culture protestante des martyrs (1523-1572), Paris, 1997, p. 10.
              [ Modified: Saturday, 21 November 2020, 4:39 PM ]

              Comments

                 
                Logo Baptiste Etienne - Paléographie
                by Baptiste Etienne - Saturday, 21 November 2020, 10:46 AM
                Anyone in the world

                « Ce ne fut que joyes par toulte la ville. De ce pas, se transporterent dans le Vieil Marché, plusieurs enfantz qui abbatirent et arracherent la potence, et la trainerent par toulte la ville avec cordes, criantz ‘’Vive le roy !‘’ et, en après, la rapporterent au Vieil Marché et fut consommée en feu »


                En janvier 1635, alors que la ville de Rouen vient de subir deux révoltes coup sur coup, le temps des condamnations est venu. Parmi les six personnes emprisonnées pour sédition depuis 5 mois, trois sont des tanneurs et sont envoyés aux galères. Un officier est condamné à 2 000 livres d’amende et à 3 mois d’interdiction de sa charge, alors qu’un marchand n’a qu’une peine pécuniaire conséquente de l’ordre de 10 000 livres.
                Philippe Josse ( -1650) - curé de Notre-Dame-de-La-Ronde et l’auteur du  Journal qui relate les faits - évoque les conditions d’incarcération des accusés au château du Pont-de-l’Arche. Celles-ci sont exécrables puisqu’ils sont « enchaisnés » et en mauvaise condition physique. Exception faite de ceux qui disposent de plus de moyens et « qui avoitz plus de liberté pour leur argent ». Il ne reste donc plus qu’un accusé de rébellion, le fils d’un savetier sans le sou et qui est condamné à la pendaison. Pour avoir insulté des financiers, il est conduit « par le bourreau, la corde au col ». Cela montre bien que les grands crimes font l’objet d’une sentence spectacle. Selon Christophe Regina, il convient « d’exhiber le crime vaincu » et les exécutions publiques en sont l’incarnation. L’idée est bel et bien d’éveiller la peur instinctive chez le spectateur et utiliser l’exemple au service de la lutte contre le crime. Ainsi, le prisonnier chemine à travers la ville dans une charrette, accompagné de deux religieux. Ce n’est qu’une fois arrivé sur la place, lieu habituel des exécutions, que se produit une « chose admirable ».

                Potence à deux piliers (XVIIIe siècle)

                Potence à deux piliers (XVIIIe siècle)

                C’est le moment choisi par un garde royal pour apporter une grâce de manière théâtrale. Le pardon est un acte souverain, caractéristique de la justice retenue. Comme le souligne Fanny Cosandey, par la grâce, le roi affirme « sa prééminence » et se place comme la pièce maîtresse de l’échiquier institutionnel. En visant le dernier accusé, la politique royale cherche sans doute à atténuer la sévérité du système pénal, mais aussi à transcender la vie politique et sociale. Comment ne pas y voir aussi l’expression d’une crainte de la part des autorités ?
                Cette mansuétude ne s’adresse pas à un noble ou à un puissant. Le condamné n’a sans doute pas fait de demande explicite de pardon. Or, dans le cadre d’exécutions pour révoltes, les autorités appréhendent souvent la réaction populaire. Ici, dès l’annonce de cette nouvelle, la foule s’en prend à la potence.
                Dans son récit, Philippe Josse dédramatise l’événement en évoquant des enfants. Le duc de Longueville, alors gouverneur de Normandie, est présent pour la mise à mort. Il se serait contenté de féliciter les bourgeois et tous « retournerent, chacun en sa maison, joyeux ». Néanmoins, comme les fourches patibulaires, la potence est un symbole de l’affirmation du pouvoir central, l’infamie en plus. Celle-ci fait partie des cinq peines capitales avec le feu, la roue, la tête tranchée et l’écartèlement. L’intérêt limité des autorités peut s’expliquer par le fait que les potences sont en bois, installées pour l’occasion au coeur des villes. Elles ne sont pas de nature à prolonger le spectacle morbide des corps en décomposition.

                Enfin, contrairement à une idée reçue, les exécutions capitales n’appartiennent pas aux manifestations ordinaires de la justice de l’époque moderne. Dans le cas Toulousain, de 1738 à 1780, on en relève près de 8 annuellement, dont 64 % par pendaison. Or, si l’on compare avec le nombre de plaintes déposées, cette sanction paraît pratiquement anecdotique.


                Sources :
                - BM de Rouen, Ms M 41, Journal, par Philippe Josse, f° 73
                - Anonyme, Potences à deux piliers, aquarelle, collection privée, XVIIIe siècle


                Bibliographie :
                - Jean-Marie Carbasse, La peine de mort, coll. « Que sais-je ? », Paris : Presses Universitaires de France, 201
                - Fanny Cosandey, « Instituer la toute-puissance ? Les rapports d’autorité dans la France d’Ancien Régime », Tracés. Revue de Sciences humaines, n° 17, 2009, p. 39-54
                - Jacqueline Hoareau-Dodinau, Xavier Rousseaux et Pascal Taxier (dir.), Le pardon, Limoge : Presses universitaires de Limoges, 1999
                - Michel Nassiet, « Grâce et entérinement : une mutation (XVIe-XVIIIe siècles », Les justices locales et les justiciables – La proximité judiciaire en France du Moyen Âge à l’époque moderne,Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2015, p. 219-228
                - Christophe Regina, « Exhiber le crime vaincu : les fourches patibulaires et la justice criminelle sous l’Ancien Régime », Criminocorpus, 2015
                - Robert A. Schneider, « Rites de mort à Toulouse : les exécutions publiques (17381780) », dans L’exécution capitale – Une mort donnée en spectacle (XVIe-XXe siècle), Aix-en-Provence : Presses Universitaires de Provence, 2003, p. 129-150


                [ Modified: Saturday, 13 March 2021, 11:12 PM ]

                Comments

                   
                  Logo Baptiste Etienne - Paléographie
                  by Baptiste Etienne - Saturday, 21 November 2020, 10:41 AM
                  Anyone in the world

                  Un maître et sa famille, parfois aidés de quelques compagnons et apprentis, forment la base de la production de biens. Depuis le Moyen Âge, Rouen est une ville jurée, ce qui sous-entend que ceux qui exercent la même activité sont regroupés en corporations, masculines, féminines ou mixtes. Organes d’autorégulations, elles ont pour objet de « soumettre leurs membres à une discipline collective pour l’exercice de leur profession ». Les corporations de métiers ont un rôle important au quotidien dans la société d’Ancien Régime. Comme en témoignent les statuts des étainiers-plombiers de 1618 l’intérêt pour les marques est central. En partant du principe que « les fautes peuvent etre commises plus hardiment de nuit que de jour », les horaires de travail et les matériaux utilisables sont strictement règlementés. On souligne le monopole des maîtres qui doivent exercer leur activité dans leurs boutiques ou maisons pour empêcher le « changement de marque & de membres ». Ainsi, il est strictement interdit de la modifier sans autorisation.


                  À Rouen, un intérêt similaire pour la « traçabilité » se retrouve dans nombre de corporations, comme en témoignent les devises d’imprimeurs-libraires et le Livre portatif de contrôle des marques des cartiers. Ce dernier regroupe 335 marques sur une période allant de 1539 à 1766, dont certaines sont associées à une devise. De 1600 à 1666, on relève l’enregistrement d’une centaine de marques de ce métier. C’est le cas, par exemple de Nicolas Guerin, reçu en 1641 et dont la devise est « de l’aurore l’etoille, chacun la trouve belle ». Fils de Robert et d’Isabeau Saulnier, lui aussi cartier, il est reçu maître la même année que son frère. Sur l’ensemble de la période, on rencontre plus de sept membres de cette famille qui choisissent cette activité. Depuis 1589, les Guerin sont proches des Le Cornu, eux aussi cartiers et qui fournissent trois maîtres encore au XVIIe siècle. Ainsi, en mai, la femme d’Alonce Guerin est marraine de Pierre Louis. Les Louis sont également cartiers durant un temps et sont aussi alliés aux Le Cornu depuis le XVIe siècle.

                  Marque de Nicolas Guerin, cartier

                  Marque de Nicolas Guerin, cartier

                  Le Livre de raison permet de suivre ces familles sur plusieurs générations. La stratégie des Le Cornu montre une volonté de s’allier avec divers cartiers, tels que les Acart dès 1580 et dont trois sont maîtres durant l’ensemble de la période. Signe d’une solidarité professionnelle, à l’origine de cette alliance, on relève qu’Antoine Le Cornu – né au milieu du XVIe siècle – a probablement appris son métier auprès de Guillaume Acart. Témoins de l’homogamie sociale au sein de la corporation, les Le Cornu sont entre autres alliés avec les Desbans, les Chrestien, les Larcaniers, les Du Gripon, les Le Vasseur ou encore les Primoult, tous cartiers. On note aussi des unions permettant de maitriser la chaîne de production, avec des marchands de papiers, des peintres ou des merciers. Certaines alliances ou parrainages sont choisis en dehors du milieu des fabricants de cartes, au profit d’officiers, tels que les avocats. Ce qui s’explique sans doute par le fait que l’une des branche des Le Cornu appartenait au monde des procureurs du Parlement au XVe siècle. Au XVIIe siècle, cette branche présente encore des trésoriers de France et un représentant au Parlement.
                  D’autres alliances se constituent dans le monde plus large des artisans, avec des chapeliers, des corroyeurs ou des teinturiers. De plus, encore 1585, les Le Cornu semblent relativement aisés avec des terres et des rentes, notamment celle du Bosguoüet vendue au Premier Président du Parlement, Claude Groulart, contre 1 100 livres. Ceci s’explique – encore – par l’existence de la branche noble issue de Robert Le Cornu, un échevin, qui a été anobli en 1463.


                  À Rouen, l’attention portée aux marques est un point central pour les corporations de métiers. Ainsi, en 1627, Jacques Renant, un marchand mercier est approché par les maîtres. On lui rappelle alors qu’il est interdit « de vendre ny exposez aucuns livres marqués ». Déjà au XVIe siècle, en matière de fabrication de chaussures, les normes sont très précises. Ainsi, il convient de marquer en haut et en bas « les chausses à l’aiguille, sans les endommager ». Cette obligation appartient aux artisans et les revendeurs – tels que les chinchers ou les fripiers – ne sont pas autorisés à effectuer l’opération eux-mêmes. Encore au siècle suivant, les menuisiers s’en prennent aux revendeurs en matière de marques. Tout achat par des chinchers d’un ouvrage de menuiserie doit donc être signalé aux gardes du métiers dans les trois jours, afin de procéder au marquage. Toute fraude en la matière est sanctionnée par une confiscation et 50 livres d’amendes. Ils ont également l’interdiction de teindre le bois, ce qui pourrait masquer la marque. Le respect du travail des autres artisans et de leurs marques étaient donc un élément important dès l'époque moderne, ciment du vivre ensemble.


                  Sources :
                  - AD S-M, 5 EP 485, Corporation des libraires-imprimeurs, f° 77
                  - AD S-M, 5 EP 591, Contentieux contre différentes corporations,« Status des etainiers plombiers de l’année 1618 », articles 1-3, 9, 10, 11, 12…
                  - AD S-M, J 365, Livre portatif de contrôle des marques, f° 31
                  - BM de Rouen, Ms Y 128, Livre de raison, par les Le Cornu, fos 2, 5 et 13


                  Bibliographie :
                  - Thierry Depaulis, « Le mémorial des Le Cornu, cartiers à Rouen (manuscrit Y 128 de la Bibliothèque municipale de Rouen) », Le Vieux Papier pour l’étude de la vie et des mœurs d’autrefois, Bulletin de la Société Archéologique, Histoire et Artistique, fasc. 334, Paris, 1994, p. 72 et 516-517
                  - Jochen Hoock, « Réunion des métiers et marché régional – Les marchands réunis de la ville de Rouen au début du XVIIIe siècle », Annales, n° 2, 1988
                  - Jean-Dominique Mellot et Élisabeth Queval, Répertoire d’imprimeurs/libraires (XVIe-XVIIIe siècle) – État en 1995 (4 000 notices), Paris : Bibliothèque nationale de France, 1997
                  - François Olivier-Martin, L’Organisation corporative de la France d’Ancien Régime, Paris : Sirey, 1938

                  [ Modified: Saturday, 13 March 2021, 11:13 PM ]

                  Comments

                     
                    Anyone in the world

                    Nous sommes à Paris en 1598(1). L’établissement de la succession de Paris Hesselin, un riche conseiller du Roi et maître ordinaire de la Chambre des comptes, nécessite de dresser un inventaire des titres et papiers demeurés après son décès. Un gros acte de quelque 144 pages recense ainsi un grand nombre de pièces, tant actes notariés que sentences et autres pièces de procédure. L’écriture du clerc est très cursive et les abréviations y sont particulièrement nombreuses, ce qui fait de cet acte une vraie pièce de choix pour un paléographe !
                    Ce qui est ici exceptionnel, c’est que le patronyme « parlant » d’une personne citée dans ces pièces fait l’objet d’une abréviation : Anne de Quatrelivres devient ainsi « Anne de IIII L ». Contrairement à l’usage antique, qui notait quatre en chiffres romains sous la forme « IV », les clercs des XVIe-XVIIe siècles lui préféraient la forme « IIII ». Quant à la lettre L placée en exposant, elle prenait la valeur de « livres », l’une des principales unités de compte de l’époque.

                    Voici cette abréviation replacée dans son contexte :
                    « Item un brevet dudict Chastelet signé Le Charron et Dunesmes du Vme aoust 1544 contenant
                    Me Pierre du Hamel, sieur de Guibeville, conseiller du Roy et auditeur de ses comptes,
                    et damoiselle Anne de Quatrelivres sa femme, de luy auctorisée, avoir vendu et promis garantir
                    audict Me Paris Hesselin XXVlt. de rente annuelle à eulx appartenant et constituée
                    par la ville le Vme avril 1543, signé Quentin et Cordelle, pour les
                    causes et ainsi etc. avec lequel sont les lectres de constitution de ladicte rente
                    assize sur les fermes de l’imposition du vin vendu en gros, huictiesme
                    du vin et aultres breuvages vendus au detail et tavernes aux villes et villages à plain
                    mentionnez par lesdictes lectres, ainsi inventorié au doz de chaque…………..XL. »

                    (1) Archives nationales, Minutier central, LXXVIII-157, 20 mai 1598.

                    [ Modified: Saturday, 21 November 2020, 4:44 PM ]

                    Comments