Site blog

Anyone in the world

Empli de nos idées préconçues et de nos stéréotypes contemporains, nous pensons tous savoir ce qu’est un bourgeois. On est pourtant bien loin de la chanson de Jacques Brel de 1962, dans laquelle il met en accusation l’ascension sociale. Ce chanteur d’exception se plait à évoquer des provocations répétées vis-à-vis des notaires embourgeoisés sortant de l’Hôtel des Trois Faisans. Prenons, par exemple, le Registre des délibérations de l’assemblée des marchands qui fait état de listes de bourgeois rouennais des années 1648 à 1678. Ceux-ci ont alors voix au chapitre lors des assemblées générales.
À Rouen, ils participent donc à l’élection des prieurs et des consuls des marchands. Organisé sur un modèle proche des parisiens et des lyonnais, cette institution a un pouvoir d’inspection des marchandises qui arrivent dans la ville. Pour ce faire, ils nomment des commis et inspecteurs chargés de visiter les cargaisons et de condamner ceux qui apportent des marchandises de mauvaise qualité. Ces juges sont élus et les bourgeois participent effectivement au suffrage.
Ils sont aussi invités à voter pour les officiers municipaux lors des assemblées générales de la ville. Celles-ci offrent la possibilité d’élire les magistrats municipaux, appelés maires ou “premiers échevins”, comme c’est le cas à Rouen. Le choix d’un maire est d’importance puisqu’il préside les bureaux servants où se décident la majeure partie des options du corps de ville, le maire est donc amené à entretenir une imposante correspondance avec les autres organes de l’administration royale. N’allez pourtant pas croire que ces élections se font au suffrage universel ! Dans les faits, seuls les plus riches et les plus puissants votent, toujours des hommes semble-t-il. Ce droit de vote appartient en théorie à tous les chefs de famille, mais les candidatures ne sont pas libres. On peut même parler d’une véritable cooptation puisque les électeurs doivent choisir leur favori sur des listes d’éligibles. L’assemblée propose ensuite trois noms au roi qui peut choisir de suivre le suffrage ou non. Toutefois, comme dans le cas Nantais, sur 126 élections de maires entre 1598 et 1789, 100 résultats peuvent être analysés et la concorde prédomine. Dans l’écrasante majorité des cas l’autorité centrale suit totalement ou partiellement l’expression des votes (en choisissant le candidat ayant obtenu le plus de voix ou dans la liste des trois noms suggérés). Seuls 7 exemples laissent apparaître de graves conflits qui provoquent un choix hors de la liste.
En somme, qu’est-ce qu’un bourgeois durant l’époque moderne ? S’il faut résider en général un an dans une ville pour revendiquer le statut d’habitant, le bourgeois est un peu plus que cela. On peut considérer qu’il s’agit d’un habitant “hyper-privilégié”, une sorte d’élite urbaine par excellence. Ainsi, dans les villes, comme dans toute la société d’Ancien Régime, l’idée de hiérarchie est centrale. Pour devenir bourgeois, il faut donc remplir un certain nombre de critères juridiques : la naissance dans la cité, la résidence, au moins lors des fêtes principales, l'hérédité du statut de bourgeois, le paiement d'un droit d'entrée, la participation aux charges communes, l'inscription sur un livre…  
Être bourgeois dans une ville c’est bénéficier d’un statut juridique spécifique et appartenir à une communauté, mais c’est aussi bénéficier de droits et de devoirs :
- Les bourgeois bénéficient d’une certaine protection de la justice municipale puisqu’ils ne peuvent être jugés ailleurs que dans leur ville de rattachement. Ils échappent donc aux saisies de biens ou aux peines d’emprisonnement pour dettes. Et ce n’est pas rien puisque c’est la première cause d’emprisonnement durant l’époque moderne.
- Les bourgeois bénéficient aussi d’avantages fiscaux qui peuvent varier en fonction de ses activités. Ainsi, ceux qui ont ce statut ne sont pas soumis à la fiscalité directe, telle que la taille à Valenciennes. En ville, ils restent assujettis à une certaine charge fiscale sur les produits alimentaires (bière, vin, sel ou encore hareng) et sur les productions manufacturés. Ces impôts assurent effectivement une bonne part des recettes des municipalités.
- Enfin, les bourgeois doivent participer à la défense de la ville à travers les milices bourgeoises. Ils sont donc contraints de protéger les remparts et les portes, de sécuriser les rues et d’encadrer les cérémonies publiques. Si l’objectif pour les villes est de ne pas dépendre de garnisons de soldats, il demeure que cette charge est lourde puisque les bourgeois ne sont pas rémunérés pour les interventions intramuros, mais seulement si l’exercice de leur fonction sort du cadre urbain.

Toutefois, Jacques Brel n’est pas si loin ! Il suffit de jeter un œil à la Muse Normande du petit imprimeur rouennais David Ferrand (v. 1590-1660) pour s’en rendre compte. Souvent critique, parfois railleur et impertinent, celui-ci ne cesse de dépeindre le statut de bourgeois comme un jeu d’apparences où le vrai et le faux se mêlent et s’entremêlent :
« Voyant ainsi tant de plaisans moder,
Et les bourgeois & courtaux de boutique,
Comme jadis un Roland frenatique,
De drap de Thyr leur corps accomoder »
Dans ses poèmes, David Ferrand utilise le patois purinique, la langue des ouvriers du drap de Rouen, pour se faire le porte-parole du petit peuple. Le personnage du bourgeois est alors comparé à un simple tenancier de boutique qui - enrichi par ce commerce - pourrait se vêtir des habits les plus distingués afin de tromper son monde.

 

Baptiste Etienne


Sources :
- AD S-M, 201 BP 270, Registre des délibérations de l’assemblée des marchands (1648-1678), assemblée générale du 10 janvier 1651
- Alexandre HÉRON, La Muse normande de David Ferrand - publiée d’après les livrets originaux (1625-1653), et l’inventaire général de 1655, avec introduction, notes et glossaire, vol. 1, impr. de E. Cagniard, 1891


Bibliographie :
- Simona CERUTTI, Robert DESCIMON et Maarten PRAK, « Le droit de bourgeoisie dans l’Europe moderne - Groupe de travail international. Paris, 7-8-9 octobre 1993 », Histoire intellectuelle - Réflexions collectives sur l’histoire sociale, n° 11, 1993 (http://journals.openedition.org/ccrh/2778)
- Yves JUNOT, Les bourgeois de Valenciennes - Anatomie d’une élite dans la ville (1500-1630), Presses Universitaires du Septentrion, 2009 (https://books.google.fr/books?id=-bjgxgNWOGsC&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q&f=false)
- Guy SAUPIN, « Les élections municipales à Nantes sous l’Ancien Régime (1565-1789) », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, n° 3, 1983, p. 429-450 (http://www.persee.fr/doc/abpo_0399-0826_1983_num_90_3_3133)

[ Modified: Tuesday, 29 May 2018, 11:31 AM ]

Comments

     
    Picture of Le Paleoblog
    by Le Paleoblog - Tuesday, 29 May 2018, 11:28 AM
    Anyone in the world

    « 1645
    Audit mois de janvier, fut executée une pauvre femme de la parr(oisse) de St Maclou, en la rue des Ravisez qui, par desespoir ou autre violence, occit d'un couteau en plus(ieu)rs parties son enfa(nt) qui estoit aagé environ de sept (ans), et fut pendue et estranglé, aya(nt) auparava(n)t senti par trois fois  le feu, et son corps fut donné au curé dud(it) St Maclou, et inhumé dans le cimetiere »   
    Plantons le décor : le drame se déroule paroisse Saint-Maclou de Rouen et ce n'est pas un hasard. Avec 21,74 ha, il s'agit de la seconde paroisse rouennaise en terme de superficie. Néanmoins, elle est sans conteste la plus populeuse de la ville, avec plus de douze mille habitants au milieu du XVIIe siècle, soit 30 % de l'ensemble de la population à elle seule. Résidant dans la rue des Rats-Visés, cette « pauvre femme » devait dépendre professionnellement de l'activité drapière, très importante à Rouen à cette époque. Les pollutions visuelles et olfactives renvoient les métiers du draps aux marges de l’espace urbain. Par ailleurs, au XVIIIe siècle, les ouvrières du textiles – couturières, fileuses ou ouvrières en dentelle – représentent une bonne part des accusées d'infanticides devant le Parlement de Paris.  
    Encore de nos jours, le meurtre intrafamilial alimente périodiquement la rubrique « faits divers » des médias, mais que se passe-t-il en janvier 1645 ? On exécute une femme qui aurait commis, à une date inconnue, le meurtre de son jeune enfant à l'aide d'un objet contondant. Ce n'est qu'au XVIe siècle que la criminalisation de l'infanticide et de l'avortement devient systématique. Or, l'infanticide a bénéficié d'une vision ambiguë durant l'époque moderne et cette exécution n'échappe pas à la règle.
    Crime de sang et péché contre la religion, l’infanticide cristallise donc une double transgression et occupe le sommet de la hiérarchie pénale, à l’image du parricide. Par ailleurs, dans la mémoire collective, l'histoire d'Abraham, à qui Dieu demande de lui donner son fils unique en sacrifice, est tout à fait révélatrice de l'interdit attaché au meurtre de l'enfant. Sans être un crime de masse, l'infanticide occupe une place privilégiée des jugements. Dans les pays habsbourgeois par exemple, les coupables sont enterrées vivantes puis empalées à l’aide d’un pieu, mais à partir de la fin du XVIIe siècle, on préfère la décapitation. La preuve du crime dans le cas rouennais qui nous intéresse ne semble pas poser de problème majeur et on observe un châtiment exemplaire.  Pendue et étranglée, la meurtrière est d'abord passée à trois reprises par le feu. Cette pendaison s'est probablement déroulée sur le lieu du crime, ce qui représente la peine la plus généralement donnée lorsque la culpabilité de l'accusée ne fait aucun doute. Durant le XVIIIe siècle, devant le Parlement de Paris, on peut considérer que près d'un quart des accusées d'infanticides sont condamnées à la peine capitale. Toutefois, tout au long du siècle des Lumières, la peine est souvent atténuée en appel. L’indulgence des juges atteint d’ailleurs son apogée sous le règne de Louis XVI, y compris lorsque la culpabilité de l’accusée est presque incontestable.   
    Enfin, une inconnue demeure : qui est cette « pauvre femme » ? En la matière, le Journal de Philippe Josse ne fourni aucune information supplémentaire. La consultation des registres paroissiaux n'est d'aucun secours puisque les condamnés à mort n'y figurent habituellement pas. Il demeure qu'elle a sans doute bénéficié d'un traitement de faveur – tout relatif j'en conviens – puisqu'elle est finalement inhumée en terre consacrée. Or, la sépulture ecclésiastique des condamnés à mort ne peut intervenir qu'avec l'accord du pouvoir civil. Toutefois, celle-ci a du faire l'objet d'une inhumation dans un espace spécifique et a été inscrite à part dans les registres. Comment interpréter cet isolement post mortem ? Les autorités ne souhaitent naturellement pas inhumer les suppliciées dans les fosses communes, aux côtés des autres morts qui ne sont pas frappés d'opprobres...   

     

    Baptiste Etienne


    Source :
    - BM Rouen, Ms. M. 41, Journal, par Philippe Josse
        
    Bibliographie :
    - Stéphane MINVIELLE, « Marie Bonfils, une veuve accusée d'infanticide dans le Bordelais de la fin du XVIIe siècle », Dix-septième siècle, n° 249, 2010 (https://www.cairn.info/revue-dix-septieme-siecle-2010-4-page-623.htm)
    - Daniela TINKOVÁ, « Protéger ou punir ? Les voies de la décriminalisation de l'infanticide en France et dans le domaine des Habsbourg (XVIIIe-XIXe siècles) », Crime, Histoire & Sociétés, vol. 9, n°2, 2005 (https://chs.revues.org/290#bodyftn15)

    Comments

       
      Anyone in the world

      Quoi de plus normal que l’établissement d’un traité de mariage en janvier 1636. Celui-ci uni Jean Perdrix et Catherine Allais. Tous deux sont issus du même milieu social puisque le père de Jean était procureur au bailliage et siège présidial de Rouen alors que Catherine est fille d’un procureur au Parlement et son beau-père est avocat de la même cour souveraine. Exemple type de l’homogamie sociale, le frère de la mariée apporte 1 000 livres pour don mobile et 50 livres pour les épousailles, et ce, sans compter la mise en place d’une rente de 35 livres. En Normandie, ce don est un avantage que la femme accorde ordinairement à son mari sur sa dot. De ce mariage, somme toute classique, naissent deux enfants.

      Or, à partir de 1647, Catherine Allais engage une procédure de divorce et celle-ci mettra cinq années à aboutir. Cette démarche est donc longue et semée d’embûches.
      Correspondant dans les faits à une séparation de biens et de corps qui n’est entérinée au bailliage que le 20 avril 1652. Il s’agit alors de prendre acte des lettres royaux obtenues devant la chancellerie dès le mois de janvier, de l’inventaire des biens meubles du couple du mois de septembre précédent et de l’ensemble des actes d’une procédure complexe. La fin du jugement entraîne l’enregistrement de Catherine Allais au tableau du tabellionage, ce qui lui offre, par la même, la possibilité de passer des actes sans l’autorisation de son époux.

      Que s’est-il passé depuis le mariage ? Jean Perdrix n’a pas choisi la voie des offices mais est devenu teinturier en soie. Cette activité oblige le couple à s’installer sur L’Eau de Robec, au cœur de la paroisse populeuse de Saint-Vivien, largement tournée vers le textile.
      Or, depuis quelques temps, Jean et Catherine sont tombés malades. Le maître teinturier est “paraliticque”, alors que Catherine est “grandem(en)t incommodée en sa santé (et) des executions rigoureuse faictes en leurs biens”. Et pour cause, les propriétaires et les créanciers tombent sur le couple à bras raccourcis et c’est sans compter sur les chirurgiens qui réclament près de 200 livres. Dès le mois de février 1652, la séparation civile (mais pas encore de corps) obtenue, Catherine empreinte 94 livres à un marchand afin de subvenir à ses besoins pressants. Afin d’apitoyer les juges, cette femmes met en avant que, lors du mariage, elle a apporté “bonne et grosse valleur”. Elle accuse son mari de “mauvais mesnage” puisqu’il aurait “dissipéz” l’ensemble des biens du couple. De même, elle demande la séparation de bien en considérant qu’elle “seroit en voye de tomber en pauvreter et mandicité”. L’argument est sans doute exagéré, mais a le mérite de souligner une situation financière précaire. Par ailleurs, c’est un point central de la Coutume normande dont la maxime est "bien de la femme ne peut se perdre" (art. 539 et 540). En somme, comme partout ailleurs, le régime matrimonial normand peut se résumer en quelques mots : la femme apporte une dot, mais le mari n'a que l'administration et la jouissance des biens durant le mariage. Les immeubles apportés par la femme sont en principe inaliénables.
      Enfin, Catherine Allais insiste sur l’inaptitude du mari, alors en “incapacité de gaigner sa vye” et sur leur dépossession matérielle puisqu’ils n’ont plus de meubles dans la maison... tous saisis en raison de leurs dettes.

      Contrairement à une idée reçue, le divorce existe en France avant même la Révolution française. Le terme apparaît même en toutes lettres dans les documents de séparation de ce couple. Déjà en vigueur à Rome durant l’Antiquité (par répudiation ou par consentement mutuel), le divorce est finalement interdit en 1563 par le Concile de Trente en raison de l’indissolubilité du mariage prônée par l’Église. Or, en 1694, le Dictionnaire de l’Académie française considère encore qu’il s’agit bien là d’une “rupture de mariage”. A la fois usité pour de simples dissensions de couples, ce terme est d’usage pour les séparations de “corps & de biens”. Selon la Coutume normande et dans les faits, cette séparation n’intervient que dans des cas rares d’inconduite ou de violence mais, ici, il s’agit essentiellement pour la femme de se désolidariser financièrement de l’époux. Une forme de divorce avant la lettre, mais qui n’induit qu’un relâchement des liens conjugaux.
      Par ailleurs, dans les colonies américaines dépendantes de la couronne anglaise, la législation sur le divorce est déjà plus libérale au XVIIIe siècle. Dans le Massachusetts, par exemple, il est possible de divorcer pour abandon ou adultère dans toutes ses formes. Toutefois, il faut attendre 1773, pour que les femmes obtiennent le droit d’engager cette procédure qui est longtemps demeurée un apanage masculin et les cas de divorces y sont restés rares... 143 prononcés de 1692 à 1786.

       

      Baptiste Etienne

       


      Source :
      AD S-M, H dépôt 2 H 15, Papiers étrangers aux hospices, “Contrat de mariage et papiers concernant le sieur Perdrix, teinturier à Rouen, et Dlle Catherine Allais (1647-1652)”

      Bibliographie :
      - David BASTIDE, "La survivance des coutumes dans la jurisprudence du XIXe siècle (1800-1830) - Autour de la femme, de la dot et du douaire normands", Annales de Normandie, n° 56, 2006, p. 395-414 (http://www.persee.fr/doc/annor_0003-4134_2006_num_56_3_1586)
      - Adrien Jean Quentin BEUCHOT, Oeuvres de Voltaire - Avec préfaces, avertissements, notes, etc., vol. 28, Paris, chez Lefèvre, 1829, article "divorce", p. 436-439
      - Jean-Louis HALPERIN, "Les fondements historiques des droits de la famille en Europe - La lente évolution vers l'égalité", Informations sociales, n° 129, 2006, p. 44-55 (https://www.cairn.info/revue-informations-sociales-2006-1-page-44.htm)
      - Roderick G. PHILLIPS, "Le divorce en France à la fin du XVIIIe siècle", Annales, n° 34, 1979, p. 385-398

      Comments

         
        Picture of Le Paleoblog
        by Le Paleoblog - Tuesday, 29 May 2018, 11:20 AM
        Anyone in the world

        « Le lendemain du jour de Noel, M. le p(resident) de Franquetot envoya un huissier chez touts Mrs du Parlement, qui estoient pour lors à Rouen, pour les prier de se trouver chez luy le jour suivant, jeudy 27 du mois. On croyoit que led(it) s(ieur) p(resident) eust quelque chose de fort considerable à proposer & à quoy il fust fort important de pourvoir puisqu’il assembloit ainsy la compagnie en un temps auquel le Parlement estoit vacant »

        Dans son Mémoires, Robert Bigot (1633-1692) fait état de son étonnement en raison de la convocation du Parlement en période de vacances du Parlement de Normandie. En 1652, ce magistrat a d’abord été en tant qu’avocat, puis conseiller aux requêtes en 1654. Il occupe cette charge jusqu’à son décès. Celui-ci est donc membre d’un Parlement de province, c’est-à-dire d’une cour souveraine prestigieuse qui juge en dernier ressort. Cette institution reçoit donc tous les procès en appels des tribunaux subalternes, ainsi que les affaires impliquant les pairs, les chapitres, les communautés, les bailliages ou les sénéchaussées.

        Que se passe-t-il en cette période de Noël 1658 ? Le président à mortier Robert Franquetot (1600-1666), sieur de Coigny, décide subitement de réunir à son domicile tous les parlementaires présents dans la ville de Rouen. Ce président n’est pas n’importe qui puisqu’il occupe cette charge depuis une vingtaine d’années, ce qui lui offre une certaine aura. Déjà en 1629, il a été lieutenant-général du bailli de Cotentin et président au Présidial de Coutances, avant d’être reçu président à mortier à la résignation de son père. Enfin, Franquetot a tenu la première présidence du Parlement, par intérim, après la mort de Faucon de Ris en 1663. Voysin de La Noiraye, l’intendant de la province, juge qu’il est un “homme de petit esprit, lequel néantmoins ayant passé quelques années dans la charge de lieutenant-général de Coutance et plusieurs dans celle de président au Parlement, s'est acquis quelque capacité ; touttesfois assez médiocre pour la fonction de sa charge”. L’intendant ajoute même subtilement que Franquetot “est fort impatient, n'a nul intérest sordide, mais donne beaucoup dans la justice a ses amis et à la faveur”.
        Si la décision de réunir extraordinairement les juges en pleine vacances ordinaires n’a rien d’inhabituel, il demeure que le président aurait pu faire le choix d’attendre la rentrée puisque cette réunion a pour seule vocation de présenter un arrêt du conseil du roi. Celui-ci vise à interdire la fabrication de liards à partir de la fin du mois. Les liards sont une monnaie de billon ou de cuivre qui vaut 3 deniers ou le quart d'un sou, ils sont réduits à 2 deniers par lettres patentes de 1658. Sous Louis XIV une ordonnance de 1654 oblige à fabriquer les liards en cuivre pur et sans aucun mélange. Or, Robert Bigot considère que cet arrêt n’a rien de nouveau car la cour en avait déjà été informée quinze jours auparavant. On ne juge donc pas nécessaire de réaliser un arrêt à ce sujet.
        Cette remarque de Robert Bigot invite à nous interroger quant à l’absentéisme des parlementaires. L’année judiciaire, en elle-même, conditionne la présence des magistrats. Celle-ci est ponctuée par de nombreuses vacances et jours chômés ; pour seulement cent soixante-dix jours d’exercice par an. On est donc bien loin de nos cinq semaines de congés payés instaurés en France depuis 1982...

        Les historiens ont longtemps considérés que les parlementaires du Grand Siècle sont massivement absents et que seuls quelques uns s’occupent d’évacuer les affaires courantes. Or, au milieu du XVIIe siècle, il ressort nettement que ces officiers ont une présence que l’on peut considéré comme “moyenne”. La part de ces juges totalement absents ou très présents est faible. En outre, l’institution parlementaire est soucieuse d’assurer la discipline et aborde la question de l’absentéisme dans nombre d’arrêts de règlement.
        Bref... il ne me reste qu’à vous souhaiter de bonnes fêtes et, surtout, de bonnes vacances ! Peut-être pourriez-vous vous inspirer de Robert Bigot qui déclare, dans la suite de son Mémoires, avoir “travaillé pendant ces festes à revoir les livres d’Homere, sur lesquels j’ay fait quelques remarques qui peuvent servir à destromper ceux qui proposent cet ouvrage comme le modelle le plus accomply d’un poëme héroique”.

         

        Baptiste Etienne


        Source :
        BM de Rouen, Montbret 986, Depuis la Saint Martin 1657 jusques à la Saint Martin 1658, par Robert Bigot de Monville, f° 1 et 2

        Bibliographie :
        - Baptiste ETIENNE, Le Parlement, les parlementaires rouennais et l'autorité royale, durant la Fronde (1648-1652), vol. 1, Mémoire de Master II, Université de Caen, 2013 (https://www.academia.edu/21860361/Le_Parlement_les_parlementaires_rouennais_et_l_autorit%C3%A9_royale_durant_la_Fronde_t._I_)
        - Virginie LESAGE, « Multiples domaines abordés par les arrêts de règlements », dans Du Parlement de Normandie à la Cour d'appel de Rouen (1499-1999), Nicolas PLANTROU (dir.), Paris, Imprimerie nationale, 1999, p. 214
        - Thomas LUTTENBERG, « Messieurs sont absents. L’assiduité des trésoriers généraux de France au bureau des finances de Bourges (1578-1650) », dans Offices et officiers « moyens » en France à l’époque moderne - Profession, culture, Michel CASSAN (dir.), Pulim, Limoges, 2004, p. 75-95

        Sitographie :
        https://parlementdeparis.hypotheses.org/ (blog de recherche "Parlement(s) de Paris et d'ailleurs (XIIIe-XVIIIe s.)", réalisé par Isabelle Brancourt et proposant d’innombrables références sur le monde parlementaire d'Ancien Régime)

        Comments

           
          Picture of Le Paleoblog
          by Le Paleoblog - Tuesday, 29 May 2018, 11:14 AM
          Anyone in the world

          De manière générale et contrairement aux idées reçues, le statut de la veuve permet un certain maintien de rang social. Elles bénéficient de diverses formes de solidarité au sein des corporations de métiers ou des confréries religieuses. Toutefois, la question financière demeure alors que près de 30 % des Rouennaises de la seconde moitié du XVIIe siècle meurent après leurs maris.
          Le veuvage entraîne t-il un déclassement économique ? La réponse à cette problématique est complexe, en raison d’un manque de sources fiscales, de livrets de compte ou de toutes autres documents permettant une approche macroéconomique de la situation des femmes seules. Prenons l’exemple de Nouelle Jouane (1605-1668), évoquée quelques mois après son décès à l’âge de 63 ans par son neveu Robert de La Fosse :
          « Il ne faut pas vous imaginer que vostre maison fust en l’estat qu’elle est sans
          l’assistance & assiduité de v(otre) f(rere) dans la boutique. Ma tante ayant esté
          presque tousjours malade & sans beaucoup de santé depuis vostre dernier depart,
          c’est beaucoup en faire de vous avoir tous eslevés & nouris. […]
          Vous devés sçavoir, la bone femme s’estant embarasséz
          plus(ieurs) fois de marchandise sans la vendre et je peus dire,
          sans reproche, que sans mon assistance en diverses rencontre elle eust esté
          assés empeché
          »

          Par la correspondance de ce marchand mercier, on sait que dans l’année qui précède son décès celle-ci est malade « de la goutte ordinaire & d’une siatique dans les rains, dont elle souffre beaucoup ». Durant une vingtaine d’années, elle est veuve d’un marchand mercier, Thomas de La Fosse, et elle reprend alors l’établissement familial à son compte.
          En octobre 1651, en tant que tutrice des enfants mineurs, elle en est encore à tenter de solder les affaires de son époux décédé depuis plus d’une dizaine d’années. Ainsi, elle cherche à recouvrer 295 livres que lui doit un marchand de Flavacourt. Toutefois, afin de maintenir la boutique à flot, elle est contrainte de s’appuyer sur l’un de ses fils et son neveu, alors que son autre fils est installé à Cadix.
          Cette femme joue alors un rôle important dans l’activité familiale en tant qu’intermédiaire avec plusieurs marchands. Comme de nombreuses veuves, elle s’implique dans le commerce et on perçoit son inquiétude lorsque les affaires ne se déroulent pas comme prévu et, notamment, alors que l’un de ses fils perd la somme considérable de 60 000 livres en l’espace de six années. A son décès, elle n’a manifestement aucune dette majeure et dispose de biens meubles et de marchandises, dont des “boucaux de piques” et de la toile qui sont retirés de l’inventaire à cause des créanciers. Par ailleurs, son cas rappelle ceux étudiés par André Lespagnol qui signale 10 % de veuves parmi les négociants Malouins. Celles-ci mènent de vastes opérations commerciales, parfois risquées, comme le montre la faillite retentissante de l’une de ces femmes en 1715.  
          Le décès de Nouelle Jouanne laisse apparaître qu’elle est le véritable ciment du noyau familial puisqu’il provoque une profonde discorde entre ses deux fils au sujet d’une bourse qu’elle aurait constitué pour Jacques de La Fosse, alors installé en Espagne. Anticipant des tensions entre ses deux fils, l’objectif de cette pensée particulière est bel et bien d’éviter tout procès. Or, la disparition de cette bourse entraîne un conflit et les deux frères cessent alors tout commerce ensemble. Se joue peut-être ici le rôle de chef de famille, remis en cause en raison du décès d’une veuve et du non respect de sa volonté d’un partage égal entre ses deux héritiers.
          S’il reste difficile d’établir la situation exacte de Nouelle Jouanne lors de son décès, sa reprise d’une activité marchande est loin d’être un cas isolé.  Ainsi, de 1625 à 1655, les veuves représentent environ 27 % des demandes d’occupation de places dans la halle aux blés, située à proximité des quais au sud du Castrum de Rouen. Après 1625, l’année 1650 est la plus exceptionnelle de ce point de vu puisque trois veuves obtiennent des places. Parmi elles, la protestante Judith Cossart (1602-1684) se voit accorder en juin 1650 le droit « d’occuper sa vie durant » l’espace de vente d’Alexis Le Comte (1590-1650) qui était l’un des anciens marchands de grains. Moins d’une dizaine de jours après son décès, Judith reprend donc la place que son mari avait obtenu en février 1626 à la suite de sa mère, Susanne Le Sueur, « l’une des anciennes marchandes de grains ». Le rôle de la femme - et plus encore de la veuve - est donc de maintenir la place aux mains de la famille. Tout relâchement de ce point de vue entraînerait une forme de déclassement de l’affaire familiale puisque la place serait distribuée à un autre marchand. En parallèle, à la fin du mois de juin 1650, le fils de Judith et d’Alexis reprend la place vacante depuis quatre ans de Michel, son oncle. Ainsi, il convient pour cette famille de marchands de sécuriser deux places vacantes le même mois. Ces exemples de veuves-marchandes invitent donc à réviser notre vision de la solitude féminine et de la déchéance sociale qu’elle pourrait entraîner. Durant l’époque moderne, la veuve a un véritable rôle social et économique. Elle accède à une certaine forme d’indépendance, mais c’est d’autant plus vrai dans un secteur d’activité sans corporation et moins réglementé.
              

          Baptiste Etienne


          Source :
          - AD S-M, 1 ER 2057, Livre de copies - Lettre de commerce de Robert de La Fosse, marchand mercier grossier
          - AD S-M, 2 E 2 2448, Tabellionage, actes du 10/10/1640 et 2 E 1 2471, acte du 04/10/1651
          - AD S-M, 3 E 1 ANC 172, Hôtel de ville - Halle aux grains, actes du 07/02/1626, du 14/06/1650 et du 18/06/1650

          Bibliographie :
          - Scarlett BEAUVALET-BOUTOUYRIE, Être veuve sous l'Ancien Régime, Paris, Belin, 2001
          - Scarlett BEAUVALET-BOUTOUYRIE, "La femme seule à l'époque moderne : une histoire qui reste à écrire", Annales de Démographie Historique, 2001, p. 127-141
          - Laurence CROQ, "La reprise des commerces en difficulté, l'exemple de la mercerie parisienne de Louis XIV à la Révolution", L'échec a-t-il des vertus économiques ?, Congrès de l'Association française d'histoire économique des 4 et 5 octobre 2013, Institut de la gestion publique et du développement économique, Comité pour l'histoire économique et financière de la France, coll. "Histoire économique et financière XIXe-XXe", Paris, 2015
          - Christine DOUSSET, "Commerce et travail des femmes à l'époque moderne en France", Les Cahiers de Framespa, 2006 (http://journals.openedition.org/framespa/57)

          Comments

             
            Picture of Le Paleoblog
            by Le Paleoblog - Tuesday, 29 May 2018, 10:58 AM
            Anyone in the world

            Ceux qui commencent à connaître mes articles savent bien que je n’ai pas choisi ce texte pour sa graphie... il faut même dire qu’elle est plutôt désagréable. Prieur de Saint-Ouen de Rouen de 1663 à 1669, Victor Texier (1617-1703) l’auteur de ces Mémoires, n’entrera donc jamais dans la longue liste des auteurs dont la plume titille mon âme de paléographe. Néanmoins, l’anecdote qu’il relate est précieuse puisqu’elle constitue le point de départ de l’affaire qui nous intéresse aujourd’hui.


            « Ce Mr de La Croisette estoit 1 ho[mm]e d'esprit et de teste,
            mais sorty de         et origine du Bas Languedoc,
            il avoit espousé l'heritiere du Rolet. Da[ns] la
            recherche qu'on fit lorsq[ue] j'estois prie[ur] de Caen
            et do[nt] Mr Cousin etoit le traita[nt], Mad[am]e du
            Rolet me vint voir et me demanda s'il n'y
            avoit pas au Bas Languedoc une abbaye
            apellée Aniane, "ouy et j'en conois fort le prieur".
            "Ecrivez luy, je v[ous] prie, da[ns] une recherche
            on a besoin de tous les tiltres, q[u'i]l v[ous]
            envoye ceux de la noblesse de mon mary, do[nt]
            les ancestres so[nt] fondate[urs] de cete abbaye et
            enterrez là, da[ns] une manifiq[ue] sepulture. »

            La femme d’Anne Le Blanc du Roullet ( -1680), seigneur de La Croisette, vient demander de l’aide à un religieux bien dans le monde et en relation avec de nombreuses personnalités normandes. Elle souhaite alors entrer en contact avec le prieur de l’abbaye d’Aniane, en Languedoc. La raison de cette requête ? Dans le cadre “d’une recherche” anodine, cette femme aurait besoin de se procurer les titres de noblesse de son époux. A priori, cela ne pose aucun problème et Victor Texier accepte la commission. Rien de plus normal puisque Monsieur de La Croisette est un ancien gouverneur et bailli de Caen. Considéré comme “le favoris” du duc de Longueville, le gouverneur de la province. Bien implanté en Normandie, La Croisette y possède de nombreuse terres. Il a incontestablement de l’entregent et a même été en contact direct avec Mazarin à plusieurs reprises.
            Sauf que... quelques temps plus tard, Anne Le Blanc du Roullet, seigneur de La Croisette, vient en personne à la rencontre de Victor Texier. “Il parla de mille choses indiferentes”, comme pour noyer le poisson avant d’en venir à l’essentiel. Et l’essentiel c’est bel et bien de discréditer sa femme en assurant qu’elle est “folle”. Notre prieur en convient volontiers en affirmant qu’il “l’apelloit ainsy et avoit raison”. La Croisette affirme alors qu’il n’y a nul besoin de rechercher de titres puisqu’on “me connoist et on sçait ma noblesse”. D’un commun accord, les deux hommes décident de ne pas pousser plus avant les recherches.
            Ce que Victor Texier ne dit pas, lors de la rencontre, c’est qu’il a déjà reçu la réponse du prieur languedocien et elle est sans appel ! Toute cette histoire de noblesse n’est en fait qu’une “chansson” et les La Croisette ont usurpé leurs titres. Après avoir fait fortune en Languedoc, ils déménagent en Normandie pour vivre noblement et faire croire à une ascendance illustre. Or, le patriarche de la famille n’était qu’un “malheureux, dont à peine conoissoit-on la famille”. L’affaire est donc enterrée discrètement...
            Dès le milieu du XVIe siècle, le genre de la généalogie se développe en lien avec l’affirmation identitaire. Au même moment, se met en place l’usage de parentés fictives à travers toute l’Europe. En France, l’étude des bourgeois de Valencienne conduit à déceler des embellissements de généalogies par la création d’origines nobles totalement fictives, « mais crédibles ».
            Toutefois, si au début de l’époque moderne, il suffisait de vivre noblement sur trois générations pour être reconnu comme tel, à partir du XVIIe siècle l’autorité royale souhaite incarner la seule source de prestige en la matière. Excessivement fréquents, ce genre de cas encouragent la Couronne à mener aux grandes recherches de noblesse à partir de 1666, dont l’objectif est de taxer des “finances” pour de prétendues maintenues de noblesse. Il convient alors de vérifier attentivement les preuves de noblesses, et ce, même pour les familles les plus illustres. Évidemment, on trouve des “pièces originales” des plus douteuses pour les plus hardis et, parfois, un malencontreux incendie de papiers est si vite arrivé... Du reste ces maintenues de 1666 et 1696 font souvent l'objet de contestations au siècle suivant, ce qui donne à la Couronne l'occasion de taxer de nouvelles "finances".
            En somme, s’il n’y avait qu’une seule leçon à retenir de cette affaire, c’est que les sources doivent être vérifiées et plutôt deux fois qu’une, même lorsque l’antiquité de noblesse paraît assurée.   

             

            Baptiste Etienne


            Source :
            BnF, F FR 25 007, Mémoires, par Victor Texier, f° 27 et 28


            Bibliographie :
            -   Germain BUTAUD et Valérie PIETRI, Les enjeux de la généalogie (XIIe-XVIIIe siècle). Pouvoir et identité, Paris : Autrement, 2006
            -   Yves JUNOT, Les bourgeois de Valenciennes - Anatomie d’une élite dans la ville (1500-1630), Villeneuve d’Ascq : Presses Universitaires du Septentrion, 2009 (https://books.google.fr/books/about/Les_Bourgeois_de_Valenciennes.html?id=-bjgxgNWOGsC&redir_esc=y)
            -  Valérie PIETRI, « Vraie et fausse noblesse: l’identité nobiliaire provençale à l’épreuve des reformations (1656-1718) », Cahiers de la Méditerranée, n° 66, 2003 (http://journals.openedition.org/cdlm/117)
            -   Augustin REDONDO, « Légendes généalogiques et parentés fictives en Espagne au Siècle d’Or », dans Les parentés fictives en Espagne (XVIe-XVIIe siècles), Travaux du « Centre de recherche sur l’Espagne des XVIe et XVIIe siècles », Paris: Publications de la Sorbonne, 1988

            [ Modified: Thursday, 12 July 2018, 12:55 PM ]

            Comments

               
              Anyone in the world

              « (Jeanvier 1709)

              L'iver a esté très exstraordinairement rude par
              tout l'Uroppe que de vie d'homme l'on n'a veu un
              pareil iver, sy long, aÿant continué à Rouen par 5
              fois, de sorte qu'après Pacque l'on ce choffoit. Ce quÿ
              a caussé disette de bois, manques de travail, tout
              aresté, les vivres manques, pour les chemins inpratica-
              ble, par les grande naige qui ont tombé, donc jamais
              son pareil, grose eauxs pasable qui a duré 3 semaine plus-
              ieurs mords de froit, pieud, mains gelléz, charté de bois.
              Ce quÿ valloit 14 s. a esté vendu 45 s. à 50 s. C'est ensuivÿ, au
              commensement d'avril, charté de grains, de vivres. Le pain
              de 3 s. 6 d. à 15 s. et 18 s., les 6 marques ou 6 lt. la viande. De mesme,
              sidre, vin, eau de vie, rencherie de plus d'une motié, pouvre-
              té, misere, argen tres court, pettite gangne, métier demeurés
              plain de pouvre, forse hause, drois d'entrée sur tout quÿ mine
              & reduict le peuple à l'exstremité, gaierre contre l'Alemangne,
              l'Engleterre, Holande, Portugal (...) »
              En quelques lignes, on découvre tout l'effroi de Jacques Papavoine (1648-1724) confronté au Grand Hiver de 1709. Ce marchand mercier, puis courtier, est enregistré comme bourgeois de Rouen. Celui-ci est connu grâce à la rédaction de son Livre de raison. Il rédige régulièrement ce manuscrit sur une période allant de 1655 à 1723 et dans lequel il évoque ses affaires commerciales, mais aussi les événements du quotidien.
              Son récit du mois de janvier 1709 est – c'est le moins que l'on puisse dire – relativement confus. Il évoque sans transition le froid, la cherté, les impositions, ainsi que les guerres.
              Et pour cause, la guerre de Succession d’Espagne, entamée dès 1701 par Louis XIV s’enlise, faisant augmenter les prélèvements fiscaux et freinant considérablement l’activité économique du royaume. Dans ce mélange de complaintes, le trouble de ce marchand est des plus sensible. Qu’est-ce qu’il se passe lors du Grand Hiver 1709 ?
              Comme le souligne Jacques, un grand froid touche l'Europe entière de la Scandinavie à la Méditerranée durant au moins quatre mois. Cette année glaciale succède à plusieurs années clémentes de 1701 à 1708, mais se situe dans une période plus large de climat capricieux. Concrètement,  entre 1630 et 1730, le climat est au cœur d'une courbe séculaire relativement moyenne à bonne. Toutefois, les années 1687-1700 constituent un bloc d'années froides avec une différence de 1,3 C° inférieure par rapport à la moyenne. Cela peut paraître faible, mais sur une période aussi courte c'est énorme puisqu'un dixième de degré peut faire varier d'un jour la date des moissons ou des vendanges. 1,3 C° de moins, ce sont des récoltes retardées de deux semaines en moyenne.
              A l'échelle du royaume, l'hiver 1709 fait suite à un automne 1708 déjà rigoureux. En janvier, un froid vif s'installe subitement. Le 5 janvier, il fait encore +10,7 C° à Paris et -3,6 C° dès le lendemain. Jusqu'à la fin du mois de mars le froid persiste et, entre janvier et février, il fait en moyenne -20 C° en Île-de-France. La neige couvre presque entièrement le royaume et les eaux des fleuves et rivières débordent et gèlent en transformant les plaines en vastes glacières.
              Jacques Papavoine est loin d'être le seul à évoquer cet événement majeur de l'histoire de France et il ne peut être suspect d'exagération.  S’il évoque cinq vagues de froid, l'historien Michel Lachiver n’en retient que quatre grands épisodes de froid consécutives à l’échelle du royaume. Le nord de la France a été particulièrement touché, mais le Grand Hiver frappe l’hexagone de manière généralisée. A Versailles, Louis XIV, lui-même, est contraint de rester cloîtré du 8 au 17 janvier ce qui « l'incommode, un peu, de ne point prendre l'air ». Il ne peut aller se promener à Marly que le 18 et le lendemain à Trianon. Pour le commun, la vie quotidienne est paralysée par le froid durant plusieurs jours et il gèle même dans les maisons, au coin des cheminées. Dans la suite de son évocation du Grand Hiver et de ses conséquences, Jacques Papavoine ne cesse de se plaindre de l'augmentation des impôts et d'une justice abandonnant « le tout en proÿe au plus forz ; parjures, fraude, subtillitéz, nulle consianse, sans charité, médisance, usure et autres genre de vivre sont dit usagé pour persécuter le juste ».
               

              Baptiste Etienne


              Source :
              - BM Rouen, Ms. M. 281, Livre de raison, par Jacques Papavoine, f° 136

              Bibliographie :
              - Michel DERLANGE, « Aspects et conséquences d’une crise sur le temps long », Cahiers de la Méditerranée, 74 (http://cdlm.revues.org/2173-)
              - Olivier JANDOT, « Les gens simples face à l'hiver (XVIe siècle-XVIIIe siècle) », Colloque qui s'est tenu les 26 et 27 septembre 2017 à la Fondation Singer-Polignac (https://vimeo.com/236119785)
              - Marcel LACHIVER, Les années de misères – La famine au temps du Grand Roi, Fayard, Millau, 1991 

              [ Modified: Tuesday, 29 May 2018, 11:03 AM ]

              Comments

                 
                Picture of Le Paleoblog
                by Le Paleoblog - Tuesday, 29 May 2018, 10:47 AM
                Anyone in the world

                « J’avois obmis d'escrire cecy en son ordre, qu'il estoit
                tombés le 19 de juin en plus(ieu)rs lieux, comme au Petit
                Quevilly, St Julian, Andely, plus(ieu)rs gouttes de sang,
                de sorte qu'on a veu plus(ieu)rs murailles et pierres
                teintes de sang. »
                En octobre 1636, le prêtre de Notre-Dame de La Ronde, Philippe Josse ( -1650), tient à souligner dans son journal un évènement qui s’est déroulé plusieurs mois auparavant. Ainsi, au sud de Rouen, sur une zone d’une quarantaine de kilomètres, “plus(ieu)rs gouttes de sang” tombent le long de la Seine. De sorte que des témoins rapportent avoir “veu plus(ieu)rs murailles et pierres teintes de sang”.
                Habituellement, cet auteur se consacre essentiellement aux évènements rouennais, mais il lui arrive de jeter un coup d’œil à l’extérieur en fonction des éléments qui lui viennent aux oreilles. Difficile de déterminer si l’auteur s’intéresse au phénomène parce que les murs sud de Rouen auraient été teintés de rouge ou s’il fait alors référence à une enceinte fortifiée aux Andelys ou à Petit-Quevilly. Les Andelys présente la particularité d’être composé de deux éléments et était un site réputé, avant la décennie 1640, pour son commerce des blés. Le Grand et Le Petit Andelys sont localisés à un demi-quart de lieu l’une de l’autre. Dans sa description de la Normandie, Charles Hérembert (1605-1693), sieur du Pastis, avocat à Argentan, considère que cette séparation est un point faible puisqu’il souligne que ces deux entités “composeroit une belle et grande ville tout ensemble, mais divisée, comme elle est, ne parest pas beaucoup”.

                Une pluie de sang ? Vraiment ? Événement météorologique rare, la pluie de sang peut surprendre nos ancêtres. Pourtant attesté depuis l’Antiquité et interprété comme un signe de punition divine, ce phénomène demeure mal connu. Encore à l’été 2001, en Inde, la région du Kerala a été arrosée durant six semaines par des pluies rouge sang. Pour le cas espagnol de 2014, les chercheurs sont parvenus à trouvé le responsable derrière cette pluie rouge: l’Haematococcus pluvialis, une microalgue d’eau douce. Or, celle-ci est justement réputée pour synthétiser un pigment rougeâtre, l’astaxanthine, lorsqu’elle se retrouve dans des conditions défavorables. Ce serait d'ailleurs le même microorganisme qui aurait causé les pluies semblables d’Inde plus d’une décennie auparavant. Reste à déterminer de quelle manière cette algue qui se trouve généralement en Amérique du Nord ou sur les côtes Atlantique de l’Europe peut se retrouver dans une pluie à l’intérieur des terres ? À en croire les données météorologiques analysées par les scientifiques, des vents forts d'ouest peuvent permettre à ces microalgues de se transporter sur de grandes distances, mais il ne s’agit là, que d’une hypothèse...

                Baptiste Etienne


                Sources:
                - Bib. Caen la Mer, in-8 238, Singularités de la province, par C. Hérembert, f°248 et 253
                - BM Rouen, Ms. M. 41, Journal, par P. Josse, f°77 bis
                - http://www.dailymotion.com/video/x3fcb0a

                 

                [ Modified: Tuesday, 29 May 2018, 11:03 AM ]

                Comments

                   
                  Picture of Le Paleoblog
                  by Le Paleoblog - Tuesday, 29 May 2018, 10:41 AM
                  Anyone in the world

                  À l’image du pont de bateaux, les quais de Rouen sont un espace de l’entre-deux qui voient se développer des activités interlopes et criminogènes. Prenons l’exemple d’un crime commis sur les quais en mars 1651. À l’occasion de cette procédure, le voiturier Guillaume Aleaume est accusé de violences, « avec injures et grand scandale », envers le sergent Sebastien Descambosc.


                  Ce dernier souhaite alors placer une caisse de savon, qui n’avait pas encore fait l’objet d’une taxation, sous la garde du voiturier. Or, ce dernier aurait alors demandé « as-tu de l’argent pour me payer ? ». Malgré les protestations du sergent, affirmant être en mesure de régler cette charge, Guillaume Aleaume aurait entraîné un attroupement en refusant la garde et en déclamant « va t’en à La Bouille » ! Par la suite, le sergent est molesté par la foule « par forme de risée ». Déjà, en janvier de la même année, Nicollas de Bouelle, le serviteur de Guillaume Aleaume, était accusé d’homicide envers Pierre Duchesne, probablement domestique lui aussi. Cette affaire, parmi d’autres, révèle l’importance des personnels dédiés à la gestion et au maintien de l’ordre dans cet espace spécifique. Ainsi, l’administration de la police sur les quais ne relève – en théorie – que de la vicomté de l’eau.

                  Or, que signifie cette expression « va t’en à La Bouille » ? Il faut consulter l’interrogatoire du voiturier pour en comprendre tout son sens. Renvoyant à la paroisse de La Bouille, située à 25 km de Rouen, cette expression signifierait « va te f[air]e foutre » et a été reprise en cœur par la foule, afin de se moquer du sergent.

                   

                  Baptiste Etienne

                   


                  Sources :
                  - Archives Départementales de Seine-Maritime, 6 BP 138, Vicomté de l’eau, acte du 22 mars 1651; « Pour violence commise à Sebastien Descambosc, sergent de la viconté de l’eaue sur lesquels par des voituriers et brouettiers », acte du 3 mars 1651; « Comparence personnel pour crime commis sur le quay », acte du 18 mars 1651 ; « Minutte de contumace à baon contre François de Bouelle pour homicide », 1651

                  [ Modified: Tuesday, 29 May 2018, 11:04 AM ]

                  Comments

                     
                    Picture of Le Paleoblog
                    by Le Paleoblog - Tuesday, 29 May 2018, 10:35 AM
                    Anyone in the world

                    Cette carte du réseau d’hébergements par rues présente des perspectives intéressantes quant à l’implantation des hôtels dans une ville de l’importance de Rouen au milieu du XVIIe siècle. Nous connaissons la rue, la place ou la proximité d’un établissement public dans 102 cas contre seulement 82 sites d’accueil pour lesquels la paroisse est identifiée.

                    Un premier maillage en forme d’étoile se dessine, avec des auberges situées sur les principales artères donnant aux portes de la ville. Comme dans le cas Rennais, la localisation de ces établissements répond à la vocation de carrefour de Rouen, croisement dont les axes principaux sont signifiés par les portes. Un second maillage, plus dense dans le centre-ville, offre une répartition focalisée majoritairement dans la partie nord du Castrum et dans le quartier Beauvoisine. Saint-Martin-sur-Renelle connait la plus grande agrégation d’établissements, soit une vingtaine d’auberges en activité sur une période d’une cinquantaine d’années.

                    La proximité du palais de justice attire environ vingt-cinq sites comme en témoignent les cinq établissements localisés « proche le Parlement ». S’ajoutent les six autres de la rue Saint-Lô et en particulier celle du Lion Rouge. En janvier 1650, le tavernier et hôtelier de cet établissement est convoqué au bailliage dans le cadre d’un procès contre les pâtissiers-oublayers pour avoir congelé des saucisses achetées au Vieux Marché. Une vingtaine d’autres sites se concentrent dans un rayon de 100 mètres, dont onze sont localisés dans la rue Percière de la paroisse Saint-Martin-sur-Renelle. Un troisième maillage est identifiable à proximité des quais. Cet espace permet l’implantation d’une dizaine d’autres hôtels avec une répartition plus éparse. Les quais et la porte sont essentiellement marqués par l’activité fluviale et les conflits, comme en témoigne l’agression, un après-midi d’août 1650, du poissonnier Jean Golain. Alors qu’il pêche près de sa boutique, celui-ci est attaqué par trois inconnus armés d’épées et de « croq de fer ».

                    Dans les faubourgs, Saint-Gervais, Saint-André et Saint-Sever, se partagent un minima de six auberges, alors que celui de Saint-Paul est bien moins attractif. Comme dans le cas de Lyon, ces espaces jouent un rôle de sas, en offrant une solution de repli aux voyageurs qui trouvent les portes de la ville closes. L’ensemble de ces établissements hôteliers qui scandent l’espace et offrent de nombreux points de rencontre se situe principalement aux extrémités et dans le voisinage de lieux fréquentés.

                    Baptiste Etienne

                    [ Modified: Tuesday, 29 May 2018, 11:06 AM ]

                    Comments