Blog entry by Le Paleoblog

Picture of Le Paleoblog
by Le Paleoblog - Saturday, 13 March 2021, 10:34 PM
Anyone in the world

Les archives ne sont pas qu'un ramassis de vieux papiers poussiéreux, comme en témoigne cette copie manuscrite du XVIIIe siècle de l'énigmatique Carte de Tendre, d'auteur inconnu mais issu des papiers des familles Castelain-Mahieu et actuellement conservée au service Patrimoine de la Médiathèque Jean Lévy à Lille (Ms C5). Inventée probablement par plusieurs personnalités au XVIIe siècle, cette carte est une représentation allégorique de la vie amoureuse, telle qu'elle est perçue par le mouvement des Précieuses. Elle s'accompagne d'un texte – reproduit intégralement dans sa version d'époque – qui varie d'une version à une autre. Celui-ci évoque une vision de la tendresse et des sentiments, sans forcément d'imprégnation à connotation religieuse et gardant certaines distances avec la dimension salace... en mettant en avant que la seule passion acceptable est celle des "nobles sentiments que l'homme peut éprouver". 
Par l'allégorie, visible dès la première lecture, la carte ordonne et hiérarchise les rapports humains d'un point de vue subjectif. Toutefois, lorsqu'on analyse ce type de document, il faut garder à l'esprit que la pure amitié et l'amour platonique n'étaient pas nécessairement un idéal partagé par toutes les précieuses. En outre, au cours du temps, la carte a été abondamment critiquée pour sa dimension allégorique qui s'éloigne d'une approche classique et sur le fond par les auteurs libertins. Tant et si bien que, pour se protéger des critiques, Madeleine de Scudéry (1607-1701), souvent considérée comme à l'origine de cette représentation, a préféré en réduire la portée puisqu'elle déclara que la Carte de Tendre n'est que le fruit d'une demi-heure d'attention.

De quoi laisser libre cours à notre réflexion sur nos relations sociales actuelles, plus de deux siècles plus tard... et pour cause, le Siècle des Lumières marque un tournant remarquable dans l'expression des sentiments. Si les décennies précédentes avaient valorisé la figure idéale d'un amour vertueux, le bouillonnement intellectuel du XVIIIe siècle apporte une critique de la figure amoureuse et un enrichissement du concept. Connue comme l'époque où le libertinage est perçu comme un idéal, ce texte – par bien des aspects  fait preuve d'un certain conservatisme et d'un raidissement des mœurs perceptible à la veille de la Révolution. Voir ressurgir un tel document à ce moment précis est intéressant. Déjà, dans Les Précieuses ridicules (scène IV du premier acte), Molière (1622-1673) cite cette carte par dérision :

« En effet, mon oncle, ma cousine donne dans le vrai de la chose. Le moyen de bien recevoir des gens qui sont tout-à-fait incongrus en galanterie ? Je m’en vais gager qu’ils n’ont jamais vû la Carte de Tendre, et que Billets Doux, Petits Soins, Billets Galants et Jolis Vers, sont des terres inconnuës pour eux »

Certains auteurs, comme Voltaire (1694-1778), voient essentiellement la satisfaction des besoins dans l'amour, mais l'idée que la personne aimée fasse l'objet d'un choix intime existe en parallèle. À cette époque, l'expression des sentiments offre donc une tableau extrêmement contrasté. De même, les manifestations sensibles de l'amitié s'intensifient et s'extériorisent : tendresse, embrassades, serrements de mains, larmes et effusions. La notion d'amitié interprétée comme utilitariste et imbriquée dans des réseaux telle qu'elle est perçue au XVIIe siècle s'éloigne au profit d'une passion forte et légitime, objet de réflexions philosophiques nouvelles. 
Ce sentiment malléable et fluctuant a attiré l'attention des philosophes de l'Antiquité sous le nom de philia, durant l'époque médiévale l'amitié est intégrée à l'amour divin, alors que pour Montaigne (1533-1592) durant la Renaissance le mythe millénaire du couple d'amis ressurgit. Le Siècle des Lumières est celui du sentiment d'amitié, exprimé de manière sensible à travers les salons et les traités.


Description de la carte de Nouvelle Amitié à Tendre, 1783

Pour aller de Nouvelle Amitié à Tendre, il faut commencer son voyage à Nouvelle Amitié, première ville qui est au bas de la carte, pour aller aux autres, c'est-à-dire qu'on peut avoir de la Tendresse par trois causes différentes :
– ou par une Grande Estime,
– ou par Reconnoissances,
– ou par Inclination.
C'est pourquoi les trois villes de Tendre sont sur trois fleuves différents qui portent trois noms. Ce sont aussi trois routes différentes pour y aller, si bien comme on dit Cumes sur la mer d'Ionce et Cumes sur la mer Thyrienne, elle fait qu'on dit Tendre sur Inclination et Tendre sur Estime et Tendre sur Reconnoissance.

La Tendresse, qui nait par Inclination, n'a le soin de nul village, le long des bords de ce fleuve, qui va si vite qu'on n'a point besoin de logement le long de ses rives pour aller de Nouvelle Amitié à Tendre, mais pour aller à Tendre sur Estime, il n'en est pas de même car il y a autant de village qu'il y a de petites et grandes choses qu'ils peuvent contribuer à faire naitre par Estime cette Tendresse.
En effet, l'on voit que de Nouvelle Amitié on passe en un lieu qu'on appelle Grand Esprit, parce que c'est ce qui commence ordinairement l'Estime, ensuite on voit ces agréables villages de Jolis Vers, de Billet Galant et de Billet Doux qui sont les opérations les plus ordinaires du Grand Esprit dans le commencement d'une Amitié. Ensuite, pour faire un plus grand progrès dans cette route vous voÿez Sincérité, Grand Cœur, Probité, Générosité, Respect, Exactitude et Bonté qui est tout contre Tendre pour faire connoitre qu'il ne peut avoir de véritable estime sans Bonté, qu'on ne peut arriver à Tendre de ce côté là, sans avoir cette précieuse qualité. Après cela, il faut s'il vous plait à Nouvelle Amitié pour voir par quelle route on va de là à Tendre sur Reconnoissance, il faut aller d'abord de Nouvelle Amitié à Complaisance. Ensuite à ce petit village qui se nomme Soumission et qui en touche un autre fort agréable qui s'appelle Petit Soin. De là, il faut passer par Assiduité pour faire entendre que ce n'est pas assez d'avoir, durant quelque jours, tous ces Petits Soins obligeants qui donnent tant de Reconnoissance, si on ne les a assiduement.
Ensuite, il faut passer par un autre village qui s'appelle Empressement et ne pas faire comme certaines gens tranquilles et qui ne se battent pas d'un moment, quelque priere qu'on leur fasse et qui sont incapable d'avoir cet empressement qui oblige quelque fois si fort. Après cela, il faut passer à Grands Services et pour marquer marquer (sic) qu'il y a peu de gens qu'ils en rendent de tels. Ce village est plus petit que les autres. Ensuite, il faut passer à Sensibilité, pour faire connoitre qu'il faut sentir jusqu'aux plus petites douleurs de cœur qu'on aime.

Après, il faut pour arriver à Tendre passer par Tendresse, car l'amitié attire l'amitié. 
Ensuite, il faut aller à Obéissance n'y ayant presque rien qui engage plus le cœur de ceux à qui on obéit que de le faire aveuglément et pour arriver, enfin, où l'on veut aller, il faut passer à Constante Amitié qui est, sans doute, le chemin le plus sur pour arriver à Tendre sur Reconnoissance, comme il n'y a pas de chemin où l'on ne se puisse égarer. 

Si ceux qui sont à Nouvelle Amitié prenoient un peu plus à droite ou un peu plus a gauche, ils s'égareroient aussi, car si au partir de Grand Esprit on alloit à Négligence que vous voyez sur la carte, qu'ensuite continuant à cet égarement on alloit à Inégalité, de là à la Tiédeur, à Légèreté et à Oublie. Au lieu de se trouver vers Tendre sur Estime, on se trouveroit au Lac d'Indifférence que vous voyez marqué sur la carte et que par ses eaux tranquilles représentent la chose dont il porte le nom en cet endroit.

De l'autre côté, si au partir de Nouvelle Amitié on prenoit un peu trop à gauche et qu'on allat à Indiscretion, à Perfidie, à Orgueil, à Médisance ou à Méchanceté au lieu de se trouver à Tendre sur Reconnoissance, on se trouveroit à la Mer d'Inimitié, où tous les vaisseaux font naufrage et que par l'agitation de ses vagues convient fort juste avec cette impetueuse passion. 
Ainsi, on voit par ces routes différentes, qu'il faut avoir mille bonnes qualités pour acquérir une Amitié Tendre et que ceux qui en ont de mauvaises ne peuvent acquérir que la Haine ou l'Indifférence. Ainsi, pour faire connoitre sur cette carte qu'on ne peut acquérir l'amour ou la Tendresse de cœur des autres, on fait que la Rivière d'Inclination se jette dans une qu'on appelle la Mer Dangereuse parce qu'il est assez dangereux d'aller un peut au delà des dernieres bornes de l'Amitié et, ensuite, au delà de cette Mer, on trouve un pas qu'on appelle Terres Inconnuës, parce qu'en effet nous ne savons pas ce qu'il ÿ a et que nous ne croions pas que personne ait été plus loin qu'Hercule.
De sorte que, de cette façon, on trouve lieu de faire une agréable morale d'amitié par un simple peu d'esprit. 1783

Carte de tendre

Cyrille Glorieus

Références :
- Muriel Bassou, Représentations et pratiques de l'amitié : du cercle au jeu, du don à la collaboration, thèse de littérature, Université de Grenoble, 2011 (en ligne)
- Claude Filteau, « Le Pays de Tendre : l'enjeu d'une carte », Littérature, n° 36, 1979, p. 37-60 (en ligne
- Luisa Messina« L’amour au Siècle des lumières – Essor et fin des libertins »Revue des sciences sociales, n° 58, 2017, p. 40-45 (en ligne)
- Pièces choisies de Molière – à l'usage des écoles, Édimbourg : R. Fleming, 1744, p. 5
- Sylvie Mouysset, « De mémoire, d'action et d'amour : les relations hommes/femmes dans les écrits du for privé français au XVIIe siècle »Dix-septième siècle, n° 244, 2009, p. 393-408 (en ligne)
- Marie-Christine Pioffet, « Esquisse d'une poétique de l'allégorie à l'âge classique – La glose de l'abbé d'Aubignac »Études littérairess, vol. 43, n° 2, 2012, p. 109-128 (en ligne)
- Wolfgang Schmale, 
« Se révolter pour la fidélité : paysans en Saxe électorale (1648-1756) », dans Foi, fidélité, amitié en Europe à la période moderne – Mélanges offerts à Robert Sauzet, Tours : Presses universitaires François-Rabelais, 1995, p. 511-518 (en ligne)
- Guillaume Sciaux, « La carte du Tendre », article du site pacha-cartographe.fr, 2014 (en ligne)
- Id., « Jouer, penser, aimer sous l'Ancien Régime (XVIIe-XVIIIe siècle) », dans Storia Voce, émission présentée par Christophe Dickès, 2020 (en ligne)
« Arrêt sur... L'avènement de l'individu » BnF , exposition sur les "Lumières!" (en ligne )

[ Modified: Sunday, 11 April 2021, 1:43 PM ]

Comments